Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 juillet 2015

Le Prince travesti de Marivaux / Daniel Mesguich / Avignon - Théâtre du Chêne noir

 "Que ne dites-vous : J'aime, voilà mon plaisir ?"

Ce n'est pas une mais deux pièces que présente la famille Mesguich cette année dans le Off d'Avignon au Théâtre du Chêne noir. Après Noces de sang, mis en scène par William et dont je vous ai parlé la semaine dernière, voici Le Prince travesti de Marivaux, mis en scène par Daniel Mesguich.

_JER7579(1).jpg
Photo :  Arnold Jerocki

Une princesse est amoureuse. Elle demande à Hortense, sa suivante, de parler pour elle à l'objet de son désir. Ce faisant, la suivante découvre que l'homme en question lui a sauvé la vie quelques temps plus tôt. Depuis lors, elle entretient un profond amour pour ce sauveteur (forcément). L'on apprendra bien plus tard que le galant est en fait un prince. Un personnage qui cache sa véritable identité : voilà une fois de plus sur quoi Marivaux fait reposer l'intrigue dans ce Prince Travesti mais cette fois, le dramaturge met plus de noirceur dans son récit.

Un côté sombre que Daniel Mesguich respecte parfaitement. Ce palais-labyrinthe se résume ici à une pièce aux murs recouverts de miroirs. Des miroirs sans teint forcément, derrière lesquels la princesse surveille ces sujets. A cela viennent s'ajouter des bruits angoissants - grincements et cris étouffés - dignes d'un thriller. 

_JER7549.jpg
Photo :  Arnold Jerocki

Sur scène, on retrouve les deux enfants du metteur en scène, William et Sarah (dont on avait apprécié l'adaptation et mise en scène de Zazie dans le métro au  Lucernaire). Lui, campe un conseiller de la reine malfaisant, dans un costume de serpent ; elle est cette princesse à la fois douce et cruelle. A leurs côtés, Sterenn Guirriec est Hortense, suivante aux accents de tragédienne, et Alexandre Levasseur un arlequin espiègle venant apporter un peu de légèreté à cette pièce. Grégory Corre (dans le rôle titre), Alexis Consolato et Rebecca Stella complètent cette distribution sans fausse note.

Loin des "usines à rire" de l'avenue de la République, le Théâtre du Chêne Noir nous offre avec Le Prince travesti un classique bien mis en scène. Une pièce donc fort recommandable !  Dernier conseil : il est préférable de réserver à l'avance compte tenu de l'affluence constatée le jour où j'ai assisté à la pièce.

Le Prince travesti de Marivaux, mise en scène Daniel Mesguich. Avec Sarah Mesguich, Grégory Corre, Sterenn Guirriec, William Mesguich, Alexandre Levasseur, Rebecca Stella, Alexis Consolato. A Avignon, au Théâtre du Chêne noir, tous les jours à 18h45 jusqu'au 26 juillet 2015 (relâche le 20 juillet). Réservations au 04 90 86 74 87. Durée 1h30.

20 juillet 2014

Avignon Off : Les Fables de La Fontaine / William Mesguich / Théâtre de La Luna

"La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir" 

les fables de la fontaine,william mesguich,mathias maréchal,arnaud maillard,david nathanson,rebecca stella,marie fremont,théâtre de la luna,festival d'avignon,avignon off,avis,critique,blogUne énième version des Fables me direz vous ? Oui mais celle-ci, accessible aux enfants dès 6 ans, vaut le détour. La mise en scène signée William Mesguich est pleine de fantaisie. A voir durant le festival d'Avignon au Théâtre de la Luna.

On retrouve La Fontaine en pleine séance d'écriture. Le roi Soleil vient de lui passer commande - par téléphone ! - d'un spectacle. Pris part le temps, La Fontaine se met donc à l'ouvrage et les animaux stars de ses fables prennent vie sous nos yeux : le lièvre, la tortue, le coq, l’âne ...

Un humour décalé, basé sur l'anachronisme, et un répertoire musical contemporain raviront autant les parents que les enfants. La cigale se métamorphose ainsi en Dalida pour qu'on la "laisse chanter" et le rap s'invite dans le bestiaire de La Fontaine. Le texte de chaque fable est cependant respecté à la lettre.

William Mesguich en La Fontaine est entouré de deux comédiens au talent comique indéniable. Les costumes contribuent eux aussi à la qualité de ce spectacle. Le format calibré pour les enfants - 50 minutes - aura probablement pour les plus grands un goût de trop peu. On avait beaucoup aimé l'adaptation des Mystères de Paris par ce jeune metteur en scène : William Mesguich confirme avec ce spectacle tout le bien que l'on pensait de lui ! 

Les Fables de La Fontaine, mise en scène de William Mesguich​. Avec, en alternance William Mesguich, Mathias Maréchal, Arnaud Maillard, David Nathanson, Rebecca Stella et Marie Frémont. A Théâtre de La Luna à Avignon, jusqu'au 27 juillet 2014, tous les jours à 16h00. A partir de 6 ans. Durée 50 mn.
Réservations au 04 90 86 96 28. 

20 octobre 2012

Une plongée éblouissante au coeur des "Mystères de Paris"

"Y'a une riche misère à Paris."

Un magnifique spectacle et une prouesse en ce qui concerne l'adaptation : voilà les deux premières réflexions qui viennent spontanément après avoir vu Les Mystères de Paris, mis en scène par William Mesguich.

Mais comment représenter un roman de plus de 1500 pages sur scène en 2h15 ? C'est la question que je me suis posée dès le départ. L'artifice utilisé est parfait : conserver presque in extenso les scènes clefs et faire appel à un monsieur/madame Loyal (les comédiens endossent sa cape et son chapeau haut-de-forme tour à tour) pour nous résumer le reste de l'intrigue. Adaptation dans l'esprit de l'oeuvre puisqu'on y retrouve par ce biais l'aspect feuilletonnesque du récit d'Eugène Sue. 

Les Mystères de Paris furent en effet - dans un premier temps - publiés par épisode dans Le Journal des débats pendant. On retrouve dans cette histoire, Rodolphe (William Mesguich), jeune aristocrate qui se déguise pour venir en aide aux nécessiteux dans les bas-fonds de Paris. Il rencontre Fleur-de-Marie (Sterenn Guirriec), une jeune fille pauvre livrée à la rue, le Chourineur, repris de justice au grand coeur ... mais aussi des personnages moins sympathiques voire carrément abjects comme la Chouette et son homme, surnommé le Maitre d'école. Au fil de l'histoire, vous découvrirez ce qui pousse Rodolphe à agir ainsi et comment, bien qu'il l'ignore, son histoire est liée à celle de Fleur-de-Marie. 

La scénographie (réalisée par Anne Lezervant) réussit à nous entrainer dans le Paris populaire du 19e siècle.  Quelques tuyaux rouillés sur la scène, des loges à peine dissimulées derrière des rideaux de fils : décor minimum mais énorme travail sur les lumières (signées Mathieu Coutaillier).  On est plongé dans une atmosphère sombre et brumeuse, angoissante à souhait.

Plus de 20 rôles pour sept comédiens : la distribution n'est pas aisée. Chacun doit jongler entre plusieurs personnages haut en couleurs, personnalités très marquées mais pas caricaturales pour autant. Mention spécial pour l'horrible Chouette (Zazie Delem) dont le rire fait froid dans le dos (Cruella et Maléfice peuvent aller se rhabiller!) et la gentille Rigolette (Marie Frémont), affublée d'une zozettement qui la rend encore plus sympathique. Et lorsque deux personnages incarnés par le même comédien se retrouvent dans une même scène, on atteint des sommets : Romain Francisco - le Chourineur profil droit, François Germain profil gauche - surmonte cette difficulté sans que nous perdions le fil un seul instant. 

C'est un réel plaisir de découvrir cette fabuleuse histoire sur scène, de voir ces héros prendre vie. Si vous n'avez jamais lu l'oeuvre d'Eugène Sue, vous apprécierez également, j'en suis certaine. La pièce ne se joue que quelques jours au Théâtre de l'Ouest parisien mais part en tournée et sera pour un mois au Théâtre de la Tempête en mai : n'hésitez pas ! 

Les Mystères de Paris de Eugène Sue, adaptation Charlotte Escamez, mise en scène William Mesguich. Avec Jacques Courtes, Zazie Delem, Romain Francisco, Marie Fremont, Sterenn Guirriec, Julie Laufenbuchler, William Mesguich. Au Théâtre de l'Ouest Parisien à Boulogne-Billancourt (92) jusqu'au 23 octobre 2012.

En tournée ensuite :
Le jeudi 25 octobre 2012 à 20h30 au Théâtre Victor Hugo à Bagneux (92)
Le jeudi 8 novembre 2012 à 20h30 à l’ Espace Fayolle de Guéret (23)
Le mardi  18 décembre 2012 à 20h30 à l’Espace Camille Claudel de Saint Dizier (52)
Le vendredi 22 mars 2013 à 21h00 au Sud Est Théâtre à Villeneuve Saint Georges (94)
Le jeudi 18 avril 2013 à 20h30 au Théâtre Jacques Cœur de Lattes (34)

Et du jeudi 16 mai 2013 au dimanche 16 juin 2013 au Théâtre de la Tempête (du mardi au vendredi à 20h et le dimanche à 16h).