Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 novembre 2012

"J'avance et j'efface" au Théâtre Silvia Monfort : une fable sur la mémoire au accent japonais

"Comme c'est étrange ..."

Photo 2 J'avance et j'efface - libres de droits Isabelle Vignaud.jpg
Photo : Isabelle Vignaud

J'avance et j'efface : voilà résumée dans le titre la vie de Stirs, le héros de la pièce présentée actuellement au Monfort dans le cadre du parcours "Enfance et jeunesse".

Ce qu'il efface, ou plutôt ce qui s'efface, c'est sa mémoire. A neuf ans, Stirs a eu un accident. S'il est toujours vivant, le temps s'est un peu arrêté pour lui. Sa mémoire est désormais limitée à trois minutes. Impossible dans ces conditions de s'adapter au monde qui change autour de lui.

Alors pour le protéger, ses parents l'ont envoyé au Japon et confié aux bons soins d'une nourrice, Asaki. Le Japon où les traditions sont préservées, où le temps s'écoule différemment. Pour l'aider au quotidien, Stirs peut compter sur les dessins de sa nourrice, qui consigne ainsi sur papier les souvenirs de cet éternel petit garçon, devenu adulte.

Photo J'avance et j'efface - libres de droits Isabelle Vignaud.jpg
Photo : Isabelle Vignaud

Alexis Armengol s'appuie sur cette fable pour évoquer avec pudeur le thème de l'oubli. Le spectacle est destiné aux enfants: il ne s'agit donc pas de provoquer une angoisse mais de montrer à quel points les souvenirs sont précieux. La vie de Stirs (Laurent Seron-Keller) pourrait être un véritable enfer sans la protection bienveillante d'Asaki : comment retrouver son chemin lorsque l'on n'a que trois minutes de mémoire devant soi ? 

Véritable hommage au Japon, ce spectacle est plein de poésie et fait la part belle aux dessins, réalisés en direct par Shih Han Shaw et projetés sur écran, à la vidéo, la danse mais aussi au chant. Camille Trophème passe ainsi de la berceuse à la chanson d'héroïne manga. Avec sa perruque flamboyante, elle se transforme alors en divinité protectrice comme en trouve chez Miyazaki. Dépaysement garanti ! 

J'avance et j'efface d'Alexis Armengol (Compagnie Théâtre à cru). Avec Claudine Baschet, Laurent Seron-Keller, Shih Han Shaw, Camille Trophème, Frank Ternier, Mélanie Loisel. Au Théâtre Silvia Monfort (en collaboration avec le Théâtre de la Ville), jusqu'au 24 novembre 2012, du mardi au samedi à 20h30; représentations supplémentaires les mercredis & vendredis à 14h30 et le samedi 17/11 à 16h. Durée 1h. A partir de 8 ans. Réservations au 01 56 08 33 88.

30 mai 2012

"L'art de la fugue" : légèreté et de poésie sur la scène du Théâtre Silvia Monfort

"La syntaxe des songes"

l'art de la fugue,yoann bourgeois,marie fonte,célimènedaudet,théâtre silvia monfort,paris"La danse c'est pas trop ma tasse de thé" tentais-je d'expliquer à un interlocuteur me proposant d'aller voir L'art de la fugue la semaine dernière. Je me suis finalement laissée convaincre (je ne sais pas dire non !) et bien m'en a pris. Ne pas y aller aurait été passer à côté d'un magnifique spectacle.

Sur la scène du Théâtre Silvia Monfort, un piano et un énorme cube de bois. Au piano, Célimène Daudet interprête les fugues de Bach tandis qu'autour du cube en bois Yoann Bourgeois, circassien, et Marie Fonte, danseuse, développent leur art.

Dis - ou lu - comme ça, cela reste assez abscon, il est vrai. Mais croyez-moi sur paroles, ce spectacle est d'une beauté à couper le souffle. D'abord parce que Yoann Bourgeois et Marie Fonte réalisent de vraies prouesses physiques sur le plateau. La scénographie est très travaillée. Cet énorme cube de bois éclate au fil du spectacle. Ou plutôt se disloque - en dés, en lamelles - dévoile des trappes, des escaliers ... Un fabuleux terrains de jeu pour les deux virtuoses. Vous dévoiler plus de détails sur leur gestuelle serait un peu gacher votre plaisir de spectateur. 

Mais au-delà de cet aspect athlétique, c'est l'émotion et la grâce qu'ils insufflent à leur prestation qui fascinent le plus. Il y a dans leurs déplacements, une légéreté et une aisance qui vous font, vous aussi, vous envoler de votre fauteuil. Sur le plateau, ils ne sont plus deux êtres humains mais deux plumes qui flottent. Avec, pour couronner le tout, une intensité dans les échanges de regards qui nous bouleverse au plus profond.

Il est parfois bon de ne pas savoir dire non et de se laisser convaincre ...

L'art de la fugue avec Yoann Bourgeois, Marie Fonte et Célimène Daudet. Au Théâtre Silvia Monfort, jusqu'au 09 juin, du mardi au samedi à 20h30. Réservations au 01 56 08 33 88.

06 avril 2012

Au Théâtre Silvia Monfort : Jérôme Thomas et Markus Schmid renovent le cirque avec "ICI"

Ici, theatre silvia monfort, Jérôme Thomas, Markus Schmid, Pierre Bastien, jonglageSpectacle inclassable - tous les critiques sont unanimes sur ce point - Ici, présenté actuellement au Théâtre Silvia Monfort, peu laisser perplexe. Spectacle muet, mais pas silencieux, il met en scène deux artistes : Jérôme Thomas, jongleur, et Markus Schmid, mime.

Du "cirque" ? Oui mais sous sa forme la plus moderne : trois séquences qui s'enchainent et dans lesquelles les deux protagonistes développent prouesse physique et visuelle.

Dans le premier tableau, Thomas et Schmid nous livrent un face à face entre deux personnages caparaçonnés et dotés de faux nez. Assis face à face, les deux "clowns" manipulent une mystérieuse substance visqueuse avant de se lancer dans un nettoyage frénétique de fourchettes. J'avoue, je suis restée assez hermétique à la poésie de ces fourchettes, même quand il s'agit de les faire crisser sur la table en inox.

Plus intéressants, les deux tableaux suivants mettent également en scène les machines sonores de Pierre Bastien. Serpents de papier propageant une onde imaginaire qui gagne peu à peu le corps des deux interprètes - les deux artistes sont alors pris de spasmes et tremblements de plus en plus forts  (mais comment font-ils pour soutenir si longtemps cet effort physique ?)- orgues de papier ou mécanoïde, sorte de construction en mécano projetant sa silhouette sur le mur de scène tandis que les deux compères déploient d'immenses cellophanes ou jonglent avec des feuilles de papier.

On admire la technique, l'implication physique. Pour autant, je ne suis pas vraiment parvenue à entrer dans cette univers. La symbolique - l'enfermement - est restée pour moi également insaisissable tout au long de la petite heure que dure ce spectacle. Pour autant, beaucoup de personnes dans la salle ont visiblement apprécié.

Ici, un projet de Jérôme Thomas, Markus Schmid, Pierre Bastien. Avec Jérôme Thomas et Markus Schmid. Au Théâtre Silvia Monfort, jusqu'au 14 avril. Réservations : 01 56 08 33 88.