Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 juillet 2015

Le Prince travesti de Marivaux / Daniel Mesguich / Avignon - Théâtre du Chêne noir

 "Que ne dites-vous : J'aime, voilà mon plaisir ?"

Ce n'est pas une mais deux pièces que présente la famille Mesguich cette année dans le Off d'Avignon au Théâtre du Chêne noir. Après Noces de sang, mis en scène par William et dont je vous ai parlé la semaine dernière, voici Le Prince travesti de Marivaux, mis en scène par Daniel Mesguich.

_JER7579(1).jpg
Photo :  Arnold Jerocki

Une princesse est amoureuse. Elle demande à Hortense, sa suivante, de parler pour elle à l'objet de son désir. Ce faisant, la suivante découvre que l'homme en question lui a sauvé la vie quelques temps plus tôt. Depuis lors, elle entretient un profond amour pour ce sauveteur (forcément). L'on apprendra bien plus tard que le galant est en fait un prince. Un personnage qui cache sa véritable identité : voilà une fois de plus sur quoi Marivaux fait reposer l'intrigue dans ce Prince Travesti mais cette fois, le dramaturge met plus de noirceur dans son récit.

Un côté sombre que Daniel Mesguich respecte parfaitement. Ce palais-labyrinthe se résume ici à une pièce aux murs recouverts de miroirs. Des miroirs sans teint forcément, derrière lesquels la princesse surveille ces sujets. A cela viennent s'ajouter des bruits angoissants - grincements et cris étouffés - dignes d'un thriller. 

_JER7549.jpg
Photo :  Arnold Jerocki

Sur scène, on retrouve les deux enfants du metteur en scène, William et Sarah (dont on avait apprécié l'adaptation et mise en scène de Zazie dans le métro au  Lucernaire). Lui, campe un conseiller de la reine malfaisant, dans un costume de serpent ; elle est cette princesse à la fois douce et cruelle. A leurs côtés, Sterenn Guirriec est Hortense, suivante aux accents de tragédienne, et Alexandre Levasseur un arlequin espiègle venant apporter un peu de légèreté à cette pièce. Grégory Corre (dans le rôle titre), Alexis Consolato et Rebecca Stella complètent cette distribution sans fausse note.

Loin des "usines à rire" de l'avenue de la République, le Théâtre du Chêne Noir nous offre avec Le Prince travesti un classique bien mis en scène. Une pièce donc fort recommandable !  Dernier conseil : il est préférable de réserver à l'avance compte tenu de l'affluence constatée le jour où j'ai assisté à la pièce.

Le Prince travesti de Marivaux, mise en scène Daniel Mesguich. Avec Sarah Mesguich, Grégory Corre, Sterenn Guirriec, William Mesguich, Alexandre Levasseur, Rebecca Stella, Alexis Consolato. A Avignon, au Théâtre du Chêne noir, tous les jours à 18h45 jusqu'au 26 juillet 2015 (relâche le 20 juillet). Réservations au 04 90 86 74 87. Durée 1h30.

12 juillet 2015

Noces de sang de Federico Garcia Lorca / William Mesguich / Avignon - Théâtre du Chêne Noir

"A qui la faute ?"

Dans la chaleur avignonaise, William Mesguich restitue l'Andalousie des années 1930. Noces de sang de Federico Garcia Lorca est à découvrir au Théâtre du Chêne noir.

IMG_2103.JPG
Photo : Marie Julliard

Il y a d'abord cette mère, veuve andalouse, corsetée dans sa rigueur et ses principes. Le double de Bernarda Alba, en somme, personnage créé quelques années plus tard par l'auteur. Mais si Bernarda est mère de cinq filles qu'elle cloitre pour protéger son honneur, cette mère-là n'a plus qu'un garçon. Son mari et son autre fils ont été tués à coups de couteau par une famille rivale. Dès la première réplique, l'on sent bien que le malheur plane encore et que cette histoire de vendetta digne de Colomba n'est pas terminée. Le fils survivant est sur le point de se marier. Sa fiancée fut celle d'un autre auparavant. Celui-là même est le dernier rejeton de la famille rivale.

L'histoire est tirée d'un fait divers de l'époque, dans les environ d'Almeria. Garcia Lorca lui ajoute une dimension mystique, faisant entrer en scène les personnages de la Mort et de la Lune. Les deux divinités dialoguent ensemble. Il y a ainsi dans cette œuvre une dimension tragico-poétique, faisant de ce drame plus une fable qu'un témoignage réaliste. Autant d'éléments que William Mesguich sait mettre en valeur.

201312_filage_nocesdesang_williammesguich_canon5DMKII_©MarieJulliard-3.jpg
Photo : Marie Julliard

Comme souvent dans le OFF, les décors sont épurés - succession des pièces oblige - et la pièce repose pour beaucoup sur le jeu des acteurs. Ils sont cinq en scène, William Mesguich et Sterenn Guirriec assurant les rôles des deux jeunes hommes et des deux jeunes femmes. Michèle Simmonet, elle, est parfaite dans le rôle de cette mère froide et austère.

Les accords de Flamenco qui ponctuent la pièce nous plongent encore plus dans l'atmosphère du lieu et de l'époque. William Mesguich sait créé des univers, des ambiances. Nous l'avions constaté déjà avec son adaptation des Mystères de Paris. Avec ces Noces de sang, il signe une nouvelle fois une mise en scène réussie. 

Noces de Sang de Federico Garcia Lorca, adaptation Charlotte Escamez, mise en scène William Mesguich. Avec Estelle Andrea, Eric Bergeonneau, Sterenn Guirriec, William Mesguich, Michèle Simonnet. Festival Off d'Avignon, Théâtre du Chêne Noir, tous les jours à 12h30 jusqu'au 26 juillet 2015 (relâche les 18 et 25 juillet). Réservations au 04 90 86 74 87. Durée : 1h20.

11 juillet 2013

Avignon OFF : Ali Bougheraba nous raconte L'Odyssée de la moustache au Théâtre du Chêne noir

« Même quand il est seul,
ils sont plusieurs dans sa tête »

photo-2-Ali-Copyright-©Johann-Hierholzer-P.-Houssin (1).jpg

Après nous avoir raconté son enfance marseillaise dans Ali au pays des merveilles, l'heure de la maturité semble venue pour Ali Bougueraba. Dans son nouveau spectacle, L'Odyssée de la moustache il est désormais question de paternité.

Photo ©Johann-Hierholzer-P.-Houssin

Cette moustache dont il nous narre l'odyssée une heure trente durant,  c'est le galon que l'on gagne en devenant père. Pas au moment de la naissance de l'enfant mais en lisant l'admiration dans les yeux de son rejeton, en l'occurence une pitchounette de quatre ans. Et à cet age là, ça pose beaucoup de questions ! Ali Bougheraba fait appel à sa tchatche, ses talents d'imitateur et son sens de la métaphore pour y répondre. Trois ingrédients qui firent le succès du spectacle précédent.

La vieillesse, la peur, l'homosexualité … autant de questions épineuses soulevées par la fillette. L'occasion pour ce père de faire face avec humour à ses propres angoisses. Les réponses sont souvent farfelues et drôles, émouvantes aussi. Si l'on rit un peu moins que dans l'opus précédent, on est une fois de plus charmé par la poésie qu'Ali Bougheraba parvient à placer dans son récit. 

L'Odyssée de la Moustache, un spectacle écrit et interprêté par Ali Bougheraba. Au Théâtre du Chêne noir à Avignon, tous les jours à 13h30, jusqu'au 28 juillet 2013. Réservations : 04 90 86 74 87

A lire aussi 
Avignon Off : les pièces déjà vues que l'on vous conseille vivement
Neuf jeunes du Val-Fourré se lancent dans la théâtre : Illumination(s) à voir dans le Off à Avignon
Avignon OFF / Il était une fois ... Le Petit Poucet : le spectacle pour enfant à voir absolument