Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 février 2013

Hélène Vincent émouvante et bouleversante dans "Ita L. née Goldfeld" au Théâtre du Petit-Saint-Martin

"On est en sécurité ici" 

ita l. née goldfeld,eric zanettacci,julie lopes curval hélène vincent,théâtre du petit saint-martin

Une femme seule, silhouette frêle et fragile, sur la scène du Petit Saint-Martin.  Hélène Vincent, incarne Ita L. née Goldfeld d'Eric Zanettacci. L'histoire bouleversante d'une vieille femme juive à Paris en 1942, à quelques minutes de son arrestation. 

L'auteur a voulu par ce texte rendre hommage à son arrière grand-mère morte en déportation. Née à Odessa, Ita est arrivée à Paris au début du siècle, fuyant avec son mari Salomon les pogroms d'Europe de l'Est. Trente ans plus tard, la France est devenue leur pays. Salomon s'est battu pendant la guerre 14-18 dans les rangs de la légion étrangère. Une guerre dont il est mort, à petit feu, des années plus tard. Ita est donc seule, en ce mois de décembre 1942, dans son appartement parisien, lorsque débute la pièce. Deux de ses enfants sont passés en zone libre ; l'ainé, lui, est déjà à Drancy. Des policiers viennent de passer. Ils ne l'ont pas arrêtée mais lui ont   laissé une heure pour "préparer ses affaires". Peut-être est-ce le portrait du défunt mari en uniforme qui les a rendu magnanimes, les poussant à offrir à Ita une chance de fuir. Mais pour aller où ? Nombreux sont ceux qui ont tourné le dos à Ita dans ce quartier où elle vit depuis 30 ans. A commencer par ses voisins de palier. Alors au lieu de partir, Ita déploie ses souvenirs, raconte sa vie dans cette dernière heure de liberté.  

ita l. née goldfeld,eric zanettacci,julie lopes curval hélène vincent,théâtre du petit saint-martin

Hélène Vincent est magnifique dans ce rôle. Tour à tour joyeuse et légère comme une adolescente lorsque Ita raconte son mariage ou son arrivée à Paris, vulnérable et résignée en évoquant son quotidien sous l'occupation, puis terrorisée par ce qui ce qui l'attend. L'émotion est omniprésente mais à aucun moment l'on ne tombe dans la pleurnicherie ni le pathos. On sent la comédienne vraiment touchée par son personnage, les yeux humides au moment des saluts. Les nôtres le sont tout autant. Comment pourrait-il en être autrement ?

C'est un petit morceau de l'Histoire vu de l'intérieur, pour ne pas oublier  que derrière les chiffres de la déportation, il y avait des personnes, des vies, des noms. Parmi lesquels celui de Ita L. née Goldfeld. 

Ita L. née Goldfeld d'Eric Zanettacci, mise en scène Julie Lopes Curval et Hélène Vincent.  Avec Hélène Vincent. Au Théâtre du Petit Saint-Martin jusqu'au 14 avril 2013, du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h. Réservations : 01 42 08 00 32
Durée : 1h10
 

24 septembre 2012

"Doris Darling" au Théâtre du Petit Saint-Martin : adorablement détestable !

"De la pitié ? Je suis journaliste, Peggy !
Plus le monde va mal,  mieux je me porte."

?ui=2&ik=31c73607af&view=att&th=139b4c0778df94a0&attid=0.1&disp=emb&zw&atsh=1

Sa façon de vous toiser sur l'affiche vous effraie ? Vous avez bien raison! Doris Wallis, l'héroïne de Doris Darling, est le genre de personne que l'on n'aimerait pas cotoyer dans la vraie vie. Sur la scène du Petit Saint-MartinMarianne Sergent interprête ce personnage créé par l'auteur anglais Ben Elton. Adaptation et mise en scène sont signées Marianne Groves.

Journaliste peau de vache qui trempe sa plume dans le vitriol, Doris est méchante et caustique. Elle ruine les carrières en deux phrases, sans aucun remord. Autour d'elle, sa cour : une assistante aussi dévouée que nunuche (Amélie Etasse), un comptable austère (Eric Prat), un patron de presse spécialisé dans les tabloïds (Yannick Laurent)  ... sans oublier l'incontournable toy-boy (Thierry Lopez)

Le kitsch est ici parfaitement assumé. Les premières minutes peuvent un peu vous décontenancer mais on s'y laisse prendre. Les dialogues sont vachards, politiquement incorrects mais terriblement drôles. Evitez toutefois d'y aller avec des enfants: le langage de Doris Wallis est très, très cru !

Marianne Sergent est formidable dans ce rôle. Pleine d'assurance, en talons de plus de 10 centimètres et microshort, elle arpente le plateau d'un pas déterminé en crachant ses répliques pleines de venin.  On se surprend rapidement à adorer ce personnage détestable, cousine des héroïnes d'Absolutly fabulous. D'autant que les événements ne tournent pas vraiment en sa faveur... (mais chut, ne révélons rien de l'intrigue !)

Alors si vous aimez l'humour décalé et les personnages hors-norme, Doris Darling est un spectacle pour vous !

Doris Farling de Ben Elton, traduction, adaptation et mise en scène Marianne Groves. Avec Marianne Sergent, Amélie Etasse, Yannick Laurent, Eric Prat et Thierry Lopez. Au Théâtre du Petit Saint-Martin, du mardi au vendredi à 21h, le samedi à 16h30 et 21h, le dimanche à 16h. Réservation au 01 42 08 00 32 ou en ligne.