Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 février 2016

[REPRISE] : "Ancien Malade des Hôpitaux de Paris" de Daniel Pennac / Théâtre de l'Atelier

"Il se peut que j'exagère"

Saladin2.jpg
 
Au Théâtre de l'Atelier, Olivier Saladin, seul en scène, interprète la nouvelle de Daniel Pennac Ancien malade des Hôpitaux de Paris. Un long monologue plein de drôlerie mis en scène par Benjamin Guillard.La pièce, jouée au printemps 2015, est reprise jusqu'au 20 mars 2016. Voici la critique écrite l'année dernière :
 

Gérard Galvan, jeune interne ambitieux, est de garde pour le week-end. Venant à bout d'une journée éprouvante car surchargée en patients, il s'apprête à soigner le cas en apparence le plus bénin de cette journée : un monsieur discret qui "ne se sent pas très bien". Indication assez flou du mal qui ronge ce patient dont l'état va bizarrement se détériorer. Tout au long de la nuit, de nouveaux symptômes apparaissent, convoquant au chevet du patient tous les spécialistes de l'hôpital. Tous restent sans voix devant cette maladie mystérieuse.

Saladin3.jpg

Vu comme cela, ça pourrait paraître sinistre. Bien au contraire ! Qui a lu la prose de Pennac connaît sa truculence, ici à son apogée. Il y a quelque chose de gargantuesque dans ce texte. Tout y est démesuré. Le plus trivial est raconté par le menu détail, dans un élan épique et poétique.

Mais si l'on rit autant c'est aussi grâce à l'interprétation d'Olivier Saladin, ancien Deschiens que l'on avait récemment découvert en critique de cinéma. De la cardiologue à la voix sensuelle au médecin à l'accent belge en passant par le responsable du scanner qui marmonne au téléphone, il campe avec dérision une multitude de personnages. La pièce est un vrai régal jusqu'au rebondissement final (ou plutôt aux rebondissements finaux) qui remettent en cause la vocation du jeune interne ambitieux. Mais au fait de quoi souffrait exactement ce malade ?
 
Ancien malade des Hôpitaux de Paris de Daniel Pennac, mise en scène Benjamin Guillard. Avec Olivier Saladin. Au Théâtre de l'Atelier, du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h,  Reprise jusqu'au 20 mars 2016. Réservations au 01 46 06 49 24. Durée : 1h15.

18 juin 2015

Gustave de Arnaud Bedouet / Jacques Weber / Théâtre de l'Atelier

"Galactique !"

Au Théâtre de l'Atelier, Jacques Weber reprend Gustave, un long monologue tiré de la correspondance de Flaubert. Le comédien se glisse avec brio dans la peau de l'écrivain du XIXe siècle. De quoi conclure en beauté cette saison théâtrale. 

DSC_0335-2.jpg
Photo : Kim Weber

C'est un court instant de la vie de Gustave Flaubert que cette pièce nous fait entrevoir. L'écrivain est chez lui par une nuit d'orage. La lecture d'une lettre de sa maitresse lui rend le sommeil impossible : la dame lui reproche son goût pour les "filles" - comprenez les prostituées - et son refus de vivre à Paris. Des remontrances qui font sortir Flaubert de ses gonds. Face à Eugène (Philippe Dupond), serviteur peu loquace, il se lance alors dans une diatribe où tout le monde en prend pour son grade : les femmes, les bourgeois, les écrivains de son temps - Lamartine, cet "esprit eunuque", et Musset en tête - l'Académie Française et les politiciens.

Le texte est mordant et l'on rit de tant d'impertinences. Il faut entendre Flaubert/Weber décortiquer un poème jusqu'à le rendre plat et sans intérêt, conspuer les gens de son époque, donner sa vision de l'art, parler des plaisirs de la chair en des termes impudiques. Il y a dans ce personnage, quelque chose de gargantuesque, de "plus grand que la vie" comme disent les anglo-saxons. 

DSC_0475.jpg
Photo : Kim Weber

La gouaille, le verbe haut, la capacité à s'emporter de façon tonitruante, le côté grivois : Jacques Weber à toutes les qualités pour ce rôle. On croirait le costume taillé sur mesure pour lui. Un fois de plus, il nous démontre qu'il est un immense acteur et ravive en nous un profond regret : ne pas l'avoir vu incarner Cyrano ! Ce Gustave nous console (un peu) de cela et nous garantit en tout cas une belle soirée théâtrale. 

Gustave de Arnaud Bedouet, d'après la correspondance de Gustave Flaubert, mise en scène Christine Weber. Avec Jacques Weber et Philippe Dupont. Au Théâtre de l'Atelier, du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15h30 (pas de représentation le 21 juin 2015), jusqu'au 23 août 2015. Réservations au 01 46 06 49 24. Durée : 1h30

31 mars 2015

Ancien malade des Hôpitaux de Paris de Daniel Pennac / Benjamin Guillard / Théâtre de l'Atelier

"Il se peut que j'exagère"

Au Théâtre de l'Atelier, Olivier Saladin, seul en scène, interprète la nouvelle de Daniel Pennac Ancien malade des Hôpitaux de Paris. Un long monologue plein de drôlerie mis en scène par Benjamin Guillard.

Saladin2.jpg

Gérard Galvan, jeune interne ambitieux, est de garde pour le week-end. Venant à bout d'une journée éprouvante car surchargée en patients, il s'apprête à soigner le cas en apparence le plus bénin de cette journée : un monsieur discret qui "ne se sent pas très bien". Indication assez flou du mal qui ronge ce patient dont l'état va bizarrement se détériorer. Tout au long de la nuit, de nouveaux symptômes apparaissent, convoquant au chevet du patient tous les spécialistes de l'hôpital. Tous restent sans voix devant cette maladie mystérieuse.

Saladin3.jpg

Vu comme cela, ça pourrait paraître sinistre. Bien au contraire ! Qui a lu la prose de Pennac connaît sa truculence, ici à son apogée. Il y a quelque chose de gargantuesque dans ce texte. Tout y est démesuré. Le plus trivial est raconté par le menu détail, dans un élan épique et poétique.

Mais si l'on rit autant c'est aussi grâce à l'interprétation d'Olivier Saladin, ancien Deschiens que l'on avait récemment découvert en critique de cinéma. De la cardiologue à la voix sensuelle au médecin à l'accent belge en passant par le responsable du scanner qui marmonne au téléphone, il campe avec dérision une multitude de personnages. La pièce est un vrai régal jusqu'au rebondissement final (ou plutôt aux rebondissements finaux) qui remettent en cause la vocation du jeune interne ambitieux. Mais au fait de quoi souffrait exactement ce malade ?
 
PS : Comme je vous le disais dans le dernier billet, les lecteurs du blog bénéficient d'un tarif préférentiel pour assister à ce spectacle.

Ancien malade des Hôpitaux de Paris de Daniel Pennac, mise en scène Benjamin Guillard. Avec Olivier Saladin. Au Théâtre de l'Atelier, du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h, jusqu'au 6 juin 2015 (relâche exceptionnelle les 12 et 13 mai 2015).  Reprise jusqu'au 20 mars 2016. Réservations au 01 46 06 49 24. Durée : 1h15.