Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 juillet 2012

Avignon : Julien Cottereau et son spectacle "Imagine-toi", valeurs sûres du Off

julien cottereau,avignon,théâtre buffon

"Pfuit, Pfuit ..."*

Rarement titre aura été si bien trouvé : Imagine toi de Julien Cottereau fait appel à toute la puissance de notre imagination. Le spectacle, crée en 2006,  est repris à Avignon, au Théâtre Buffon. Presque un classique du Off.

Seul en scène, sans décor ni accessoire, l'artiste nous entraîne dans un monde sans paroles - mais pas silencieux. "Un clown-mime show" comme le dit l'affiche.

D'emblée, le personnage incarné par Cottereau nous charme. Une drôle de redingote, un pantalon trop court, un chapeau informe : il ressemble à un pantin surgit tout droit de notre enfance. Un vieil ami que l'on aurait mis de côté à l'adolescence et que l'on retrouve aujourd'hui avec émotion. Un peu pierrot, un peu Peter Pan, ce clown-là a la grâce de l'innocence.

Un coeur qui bat, un chewing-gum mélodieux, un chien méchant ... avec son petit micro collé sur la joue, Julien Cottereau semble avoir un répertoire de bruits sans limites. Il sait aussi jouer avec le public. C'est même le coeur de ce spectacle. A plusieurs reprises, il invite des spectateurs sur scène. Un moment qui pourrait être un supplice pour celui qui se retrouve choisi Il n'en n'est rien, tant l'artiste sait faire preuve de bienveillance et de gentillesse. Sans un mot, il explique ce qu'il attend de son nouveau complice. Cela marche parfois du premier coup, parfois pas et cela n'est que plus drôle.

Difficile de dire qui des adultes ou des enfants sont les plus émerveillés par ce spectacle, sortie idéale pour toute la famille donc.

Un conseil d'amie : si vous êtes tentés, pensez à réserver!



Julien Cottereau / Imagine-toi par kidamprod

Imagine-toi de Julien Cottereau et Erwan Daouphars. Jusqu'au 29 juillet au Théâtre Buffon, 18 rue Buffon à Avignon. Tous les jours à 18h40. Durée : 1h15. Réservations : 04 90 27 36 89

*Bruit du balais (ndlr, Me voilà bien coincée avec mon habitude d'utiliser une réplique du spectacle en guise de titre !)

16 juillet 2011

Thomas Le Douarec nous livre un "Dorian Gray" musical au Vingtième Théâtre (reprise à Avignon en 2012)

Article mis à jour le 14 juillet 2012

"A quoi sert de posséder le monde
quand on a perdu son âme ?"

Après le festival Off d'Avignon 2011 (où j'ai vu la pièce) et un passage au Vingtième Théâtre à Paris cet hiver,  Dorian Gray revient dans la Cité des papes, au Collège de la Salle cette fois.

 IMG_0352.JPG

Du théâtre musical oui, mais à des kilomètres des grosses productions, aux dizaines de danseurs et ritournelles entêtantes, diffusées en boucle à la radio. Une mise en scène intimiste avec cinq comédiens sur scène, un piano et un décor minimaliste : c'est ce que nous propose Thomas Le Douarec pour cette adaptation de l'oeuvre d'Oscar Wilde Le Portrait de Dorian Gray. 

Le metteur en scène, loin d'être un débutant en la matière, a signé l'année dernière la comédie musicale Mike, d'après la vie de Mike Brant (trois nominations aux Molières 2011), mais aussi une version Flamenco du Cid que l'on a pu voir en 2009 au Théâtre Comedia. Un penchant pour les comédies musicales qui ne l'empêche pas de s'adonner aussi au théâtre sous sa forme plus classique, notamment en mettant en scène des pièces de René de Obaldia (dont Grasse matinée avec Cyrielle Clair en 2009).

festival d'avignon,dorian gray,oscar wilde,thomas le douarec,theatre buffon,gregory benchenafi,stefan corbin,caroline devismes,gilles nicoleau,laurent morelDorian Gray, c'est Grégory Benchenafi. Le jeune comédien - déjà dirigé par Le Douarec dans Mike et nommé comme Révélation théâtrale masculine pour ce rôle - incarne avec crédibilité le jeune dandy qui préfère voir vieillir son portrait plutôt que son visage, quitte à y laisser son âme. Interprêtation juste, et  voix puissante dans les morceaux chantés. Ajoutez à cela un fort joli minois ... Rien à redire sur sa prestation !

Mais les personnages secondaires, sont tout autant intéressants et lui piquent même un peu la vedette. Laurent Maurel, notamment, dans le rôle de Lord Henry, cynique à souhait, un brin diabolique, corrupteur du jeune Gray. Caroline Devisme, seule femme de la distribution, passe brillamment du rôle de l'énamourée Sybil Vane à celui de la piquante duchesse en accompagnant à la flûte les parties musicales entre les deux !!! Gilles Nicoleau (Basil le peintre) et Stephan Corbin (James Vane et piano) complètent cette distribution réussie. Le tout dans les très beaux costumes de Frédéric Pineau (des carreaux, encore des carreaux, toujours des carreaux !!!)

festival d'avignon,dorian gray,oscar wilde,thomas le douarec,theatre buffon,gregory benchenafi,stefan corbin,caroline devismes,gilles nicoleau,laurent morel

Le spectacle, sans vous scotcher dans votre fauteuil, est plaisant. On passe un moment agréable, que l'on soit fan de théâtre musical ou non, car le découpage est équilibré entre parties chantées et parties jouées.

Dorian Gray, d'après Oscar Wilde. Livret et mise en scène Thomas Le Douarec, musique Stefan Corbin.Avec Grégory Benchenafi, Caroline Devismes, Gilles Nicoleau, Stefan Corbin et Laurent Maurel.
Jusqu'au 28 juillet 2012 à 19h10  au Collège de la Salle (Place Pasteur à Avignon).
Réservations : 04 90 82 10 16