Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 septembre 2012

A la Comédie-Française, reprise de "L'école des femmes" et de "La Critique de l'école des femmes"

Belle idée de programmation en ce début de saison à la Comédie-Française: présenter en même temps L'Ecole des femmes et La Critique de l'école des femmes, sur la scène du Théâtre Ephémère pour la première, au Studio-théâtre pour la seconde.

Deux reprises : on a pu voir ces deux pièces de Molière au cours de l'année 2011, à quelques mois d'intervalle.

La distribution de chacune des pièces a subi quelques modification : Adeline d'Hermy reprend notamment le rôle tenu par Julie-Marie Parmentier aux côtés de Thierry Hancisse.

Je vous propose néanmoins de (re)lire ci-dessous les articles écrits aux sujets de ces pièces sur le blog l'année dernière :
La Critique de l'école des femmes, mise en scène par Clément Hervieu-Léger
L'Ecole des femmes, mise en scène par Jacques Lassalle

L'Ecole des femmes de Molière, mise en scène par Jacques Lassalle. Avec Thierry Hancisse, Andrzej Seweryn, Christian BlancCéline Samie, Pierre Louis-Calixte, Gilles David, Jérémy Lopez et Adeline d'Hermy. Au Théâtre Ephémère de la Comédie-FrançaiseJusqu'au 28 octobre 2012 (en alternance). 

La critique de l'Ecole des femmes de Molière, Studio Théâtre de la Comédie française, mise en scène Clément Hervieu-Léger, avec Clotilde de Bayser, Elsa Lepoivre, Loïc Corbery, Christian Hecq, Georgia Scalliet, Jérémy Lopez et Samuel Labarthe. Jusqu'au 28 octobre 2012.

Réservations : 0 825 10 1680


20 septembre 2012

Dom Juan ou le festin de pierre de Molière / Jean-Pierre Vincent / Comédie-Française

"Je ne puis refuser mon coeur
à tout ce que je vois d'aimable" 

(article mis à jour le 8 novembre 2013)


dom juan, moliere, comédie-française, théâtre éphémère, jean-pierre vincent, loic corbery, serge bagdassarian, suliane brahimReprise de Dom Juan de Molière à la Comédie-Française jusqu'au 9 février 2014, Salle Richelieu. 

"Pas d'actualisation" ni de "révérence historique" explique Jean-Pierre Vincent, metteur en scène de la pièce et ancien administrateur de la maison de Molière. A nous de trouver librement une raisonnance contemporaine à cette histoire de libertin rejetant toute croyance. Le metteur en scène s'autorise cependant une pirouette finale dont je vous laisse juge ne voulant pas vous la dévoiler par avance. 

Pour ceux qui auraient raté les billets précédents, le rôle titre a été confié à Loïc Corbery (note aux nouveaux lecteurs ce blog : je suis très fan donc plus du tout objective. Ma déontologie journalistique m'interdit donc de me lancer - à nouveau - dans une critique dithyrambique des qualités théâtrales de ce comédien !). Il incarne un Don Juan plus insouciant que mal-intentionné, un être léger qui butine de fleur en fleur bien plus qu'un prédateur. Et même si le héros demeure un grand provocateur, c'est tête baissée et mâchoire serrée qu'il accueille les reproches paternels, tel un adolescent à qui on vient faire la morale.  

Le côté comique de la pièce tient surtout sur les épaules de Serge Bagdassarian, formidable Sganarelle. Ses mimiques font mouche. La scène 1 de l'acte III, lorsque Sganarelle s'émerveille des capacités du corps humain pour justifier une existence divine, donne ainsi lieu  à  une chorégraphie des plus hilarantes. Elvire, alias Suliane Brahim, est très émouvante ; Jérémy Lopez fort amusant dans le rôle de paysan au parler rustique. 

On rit beaucoup grâce à cette mise en scène qui use de nombreux effets burlesques. Pour autant, le côté pamphlétaire de l'oeuvre, contre les croyances en tout genre, garde toute sa force. Le spectacle frôle les trois heures mais passe en un éclair. Une nouvelle réussite pour la Comédie-Française ! 

Dom Juan ou le Festin de pierre de Molière, mise en scène de Jean-Pierre Vincent. Avec Alain Lenglet,  Loïc Corbery, Serge Bagdassarian, Clément Hervieu-Léger, Gilles David, Suliane Brahim, Jérémy Lopez, Adeline d'Hermy et Jennifer Decker, et les élèves-comédiens de la Comédie-Française Lola Felouzis, Matëj Hofmann, Gabriel Tur, et Jean-Michel Rucheton. A la Comédie-Française, salle Richelieu en alternance jusqu'au 9 février 2014. Réservation : 0 825 10 1680

05 juillet 2012

Nos plus belles chansons : Philippe Meyer et la troupe de la Comédie-Française présentent leur Best-of

nos plus belles chansons,comédie-française,théâtre éphémère,philippe meyer,michel favory,cécilé brune,sylvia bergé,laurent natrella,julie sicard,loïc corbery,léonie simaga,clément hervieu-léger

 "Tout s'achève
par des chansons"
 

Dernier spectacle parisien avant le grand départ vers le sud. On finit l'année un peu comme on l'a commencée, en allant écouter chanter la troupe de la Comédie-Française, dirigée par Philippe Meyer, pour le cabaret Nos plus belles chansons.

C'est un florilège des cabarets précédents qui nous est présenté, cette fois au Théâtre Ephémère et non plus au Studio-Théâtre. Une preuve, s'il en fallait une, que ces cabarets séduisent. La salle était pleine dimanche soir pour la première.

Sur scène pour ce "best-of", huit comédiens de la troupe. On sait maintenant qu'en plus de bien jouer, ils ont de jolies voix - sans pour autant couvrir trois octaves -  et l'on ne s'en lasse pas ! D'autant que les chansons sélectionnées sont toujours aussi savoureuses et que, question interprétation, difficile de faire mieux.

Spécificité de ce spectacle : il semblerait que les chansons retenues soient succeptibles de changer d'un soir à l'autre. Quelques titres parmi d'autres (un peu mes préférés) :  Tout est au duc (C. Trenet / P. Pares) , chanson interprêtée par Loïc Corbery ("Il est un poil cabotin, Corbery, mais ça ne lui sied pas mal..." comme l'écrit en commentaire sur la note précédente la délicieuse Anne) mais aussi Le tango stupéfiant, une chanson de 1936 reprise ici par Clément Hervieu-Léger ou encore La gérontophile  par Julie Sicard. Et puis il y a cette chanson, en ouverture du spectacle, Le moucheur de chandelle (C. Bonheur / R. Bourdin , 1964) par Michel Favory. Un moment très émouvant. 

Le spectacle finit en apothéose avec ce morceau désormais culte : le Méli-mélo du chanoine Bovet (1949), interprêté par l'ensemble des comédiens en canon (vous pouvez découvrir cette chanson en écoutant le podcast du cabaret précédent). Un morceau entêtant en diable mais que l'on a envie de chanter à plein poumons avec eux. On se retient bien évidemment dans la salle du Théâtre Ephémère car on est bien elevée ... Mais on le chantera probablement sur la route des vacances, les vitres grandes ouvertes sur l'autoroute. Ne reste plus avant cela qu'à caser dans la voiture maillots de bain, appareil photo, ordinateur portable sans oublier le chat et cap sur Avignon ! 

Nos plus belles chansons - Cabaret, spectacle proposé par Philippe Meyer, au Théâtre éphémère de la Comédie-Française, jusqu'au 15 juillet 2012.  Avec Michel Favory, Cécile Brune, Sylvia Bergé, Laurent Natrella, Julie Sicard, Loïc Corbery, Léonie Simaga et Clément Hervieu-Léger. 1h30 sans entracte. Réservations : 0825 10 1680.