Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 février 2016

[REPRISE] : "Ancien Malade des Hôpitaux de Paris" de Daniel Pennac / Théâtre de l'Atelier

"Il se peut que j'exagère"

Saladin2.jpg
 
Au Théâtre de l'Atelier, Olivier Saladin, seul en scène, interprète la nouvelle de Daniel Pennac Ancien malade des Hôpitaux de Paris. Un long monologue plein de drôlerie mis en scène par Benjamin Guillard.La pièce, jouée au printemps 2015, est reprise jusqu'au 20 mars 2016. Voici la critique écrite l'année dernière :
 

Gérard Galvan, jeune interne ambitieux, est de garde pour le week-end. Venant à bout d'une journée éprouvante car surchargée en patients, il s'apprête à soigner le cas en apparence le plus bénin de cette journée : un monsieur discret qui "ne se sent pas très bien". Indication assez flou du mal qui ronge ce patient dont l'état va bizarrement se détériorer. Tout au long de la nuit, de nouveaux symptômes apparaissent, convoquant au chevet du patient tous les spécialistes de l'hôpital. Tous restent sans voix devant cette maladie mystérieuse.

Saladin3.jpg

Vu comme cela, ça pourrait paraître sinistre. Bien au contraire ! Qui a lu la prose de Pennac connaît sa truculence, ici à son apogée. Il y a quelque chose de gargantuesque dans ce texte. Tout y est démesuré. Le plus trivial est raconté par le menu détail, dans un élan épique et poétique.

Mais si l'on rit autant c'est aussi grâce à l'interprétation d'Olivier Saladin, ancien Deschiens que l'on avait récemment découvert en critique de cinéma. De la cardiologue à la voix sensuelle au médecin à l'accent belge en passant par le responsable du scanner qui marmonne au téléphone, il campe avec dérision une multitude de personnages. La pièce est un vrai régal jusqu'au rebondissement final (ou plutôt aux rebondissements finaux) qui remettent en cause la vocation du jeune interne ambitieux. Mais au fait de quoi souffrait exactement ce malade ?
 
Ancien malade des Hôpitaux de Paris de Daniel Pennac, mise en scène Benjamin Guillard. Avec Olivier Saladin. Au Théâtre de l'Atelier, du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h,  Reprise jusqu'au 20 mars 2016. Réservations au 01 46 06 49 24. Durée : 1h15.

15 juillet 2015

Z'Ombres d'Isabelle Pirot / Aurore Frémont / Avignon - Théâtre du Balcon

"J'ai 18 ans, ne vous déplaise !"

De quelqu'un qui est diminué, on dit qu'il n'est plus que "l'ombre de lui même". Est-ce à cela que fait référence le titre de cette pièce ? Au Théâtre du Balcon à Avignon, Z'Ombres de et avec Isabelle Pirot, pose le problème du grand âge et de l'inéluctable déclin du corps.

z'ombres,isabelle pirot,aurore frémont,marie frémont,théâtre du balcon,avignon off 2015,théâtre,critique,avis,blog
Photo © Julie Rozenn

Les cheveux sont poivre et sel - avec un peu plus de sel que de poivre - mais elle l'affirme pourtant : "j'ai 18 ans !" Comprenez 18 ans dans sa tête. Et pour mieux étayer le propos, cet état d'esprit juvénile est assis à côté d'elle, matérialisé sous les traits d'une comédienne beaucoup plus jeune, au visage expressif et facétieux. Monologue à deux voix, narration comme "dédoublée" : une façon de faire mentir le dicton "on ne peut pas être et avoir été".

Une histoire de famille que ce spectacle : Isabelle Pirot l'a écrit ; elle le joue aux côtés de sa fille Marie Frémont. La ressemblance entre les deux femmes est frappante et renforce le dédoublement de personnalité. Quant à la mise en scène, c'est l'autre fille de l'auteur comédienne, Aurore Frémont, qui l'assure.

z'ombres,isabelle pirot,aurore frémont,marie frémont,théâtre du balcon,avignon off 2015,théâtre,critique,avis,blog
Photo © Julie Rozenn

Il est donc ici question du temps qui s'écoule. Non pas d'une nostalgie du passé, juste du regret d'un état physique perdu alors que l'esprit, lui, reste vif. Et ce corps qui fait défaut, c'est d'abord auprès d'une amie souffrante qu'on le découvre. Une femme brillante, chercheuse au CNRS, réduite au statut de "petite mamie" par une aide soignante attentionnée mais pas très futée. Sont ensuite évoqués la mémoire qui n'est plus très fiable ou encore les membres qui font mal. Sur chacun de ces thèmes, les interventions de la seconde comédienne - ce moi intérieur drôle et impertinent - permettent de détendre l'atmosphère, de faire passer le message en douceur et parfois de dire tout fort ce que l'on peut penser tout bas.

Avec ce sujet assez lourd et qui nous concerne tous à plus ou moins brève échéance, on aurait pu s'attendre à sortir de la salle le moral à zéro. Le caractère enjoué et attachant des deux comédiennes - avec un vrai coup de coeur pour le jeu de Marie Frémont - et le recul humoristique omniprésent font que l'on en sort au contraire le sourire aux lèvres. 

Z'Ombres d'Isabelle Pirot, mise en scène Aurore Frémont. Avec Isabelle Pirot et Marie Frémont. Au Festival d'Avignon, Théâtre du Balcon, tous les jours jusqu'au 26 juillet 2015 à 17h25 (relâche le 20 juillet). Réservations au 04 90 85 00 80. Durée : 1h.

03 juillet 2015

Avignon Off : petite sélection de spectacles jeune public

Ça y est, on y est presque ! Le festival d'Avignon commence demain. Pour les amoureux de théâtre, c'est un peu Noël. Et comme Noël, le festival se vit aussi en famille : de nombreux spectacles pour enfants sont présents dans la programmation du Off. En voici quatre, vu précédemment, que l'on vous conseille vivement. En cliquent sur le titre de la pièce, vous accèderez à la critique publiée précédemment sur le blog.

avignon off,enfants,théâtre,jeune publicavignon off,enfants,théâtre,jeune publicIl était une fois le Petit Poucet de Gérard Gélas
Alizé, 15h

La Vraie Fiancée d'Olivier Py
Alizé, 16h30

Mises en scène Emmanuel Besnault

En 2013, j'avais, je l'avoue, carrément craqué pour le travail de ce tout jeune metteur en scène en découvrant ce Il était une fois ... le Petit Poucet. Un spectacle jeune public comme on les aime : plein d'humour, enjoué et bien joué, avec quelques jolies ritournelles que l'on reprend en chœur avec plaisir. Le talentueux Emmanuel récidive (et fait même encore mieux) avec La Vraie Fiancée d'Olivier Py, un conte inspiré des frères Grimm.  Les deux pièces sont cette année à l'affiche du off, vous pouvez même les voir l'une à la suite de l'autre. Un seul mot (ou plutôt trois): FONCEZ, FONCEZ, FONCEZ ! 

avignon off,enfants,théâtre,jeune publicValises d'enfance de Christine Delattre et Agnès Gaulin Hardy
Espace Alya, 13h40

Le concept de ce spectacle est un vrai challenge : parler de la Shoah aux plus jeunes. Le résultat est fort réussi : un peu d'émotions mais pas trop de pathos et rien qui pourrait traumatiser ou effrayer les enfants. Le spectacle met aussi en lumière un fait oublié : les "maisons d'enfants" où après-guerre les orphelins juifs trouvèrent un nouveau foyer.

avignon off,enfants,théâtre,jeune publicUn Bon Petit Diable de la Comtesse de Ségur
La Luna, 10h
Mise en scène Rébecca Stella

Enfant, je fus terrorisée par Alice Sapritch incarnant la veuve Mac'miche dans le film tiré du roman de la Comtesse de Ségur. Ici, on rit plus qu'on ne tremble. Un spectacle plein de malice pour les tout petits.