Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 février 2014

Songe d'une nuit d'été de Shakespeare / Muriel Mayette-Holtz / Comédie-Française (Salle Richelieu)

"Quelles fêtes nous prépare-t-on ?
N’a-t-on pas une comédie

Pour soulager les angoisses d’une heure de torture ? "

le songe d'une nuit d'été,william shakespeare,muriel mayette-holtz,martine chevallier,michel vuillermoz,julie sicard,christian hecq,stéphane varupenne,suliane brahim,jérémy lopez,adeline d’hermy,elliot jenicot,laurent lafitte,louis arene,benjamin laverhne,pierre hancisse,sébastien pouderoux,comedie-française,avis,critique,blog,theatre

Avant même d'avoir été présenté, ce Songe d'une nuit d'été faisait déjà couler beaucoup d'encre. Une mise en scène signée par l'administratrice elle-même, Muriel Mayette-Holtz, alors qu'une partie de la troupe de la Comédie-Française (les sociétaires) s'est prononcée contre le renouvellement de son mandat : voilà une situation des plus inconfortables et l'on pouvait craindre un impact sur la pièce. Mais les comédiens du Français sont de grands professionnels et rien ne transparaît au final, laissant les spectateurs devant un Songe tout en légèreté et drôlerie.

Rappelons l'histoire en quelques lignes. L'histoire se déroule à Athènes. Thésée est sur le point d'épouser Hippolyta. Alors que l'on prépare la noce, Egée vient solliciter le souverain : sa fille, Hermia, refuse d'épouser Démétrius car elle lui préfère Lysandre. Thésée tranche : Hermia devra plier face à la volonté paternelle ou se retirer du monde. Pour échapper à ce sort, la jeune femme décide de fuir avec son amant. Mais son amie Héléna, par amour pour Démétrius, révèle à celui-ci cette fugue. Les quatre jeunes athéniens se retrouvent alors dans une forêt remplie de magie où Titania la reine des fées et Obéron, roi des elfes, sont en pleine crise conjugale. Ils vont, par leurs chamailleries, jeter la confusion sur les humains. Dans cette même forêt, les artisans de la ville répètent une pièce pour fêter le mariage de Thésée. 

La distribution fait la part belle aux plus jeunes membres de la troupe. Adeline d'Hermy, magnifique Helena, Sébastien Pouderoux (Lysandre), Louis Arene dans le costume de Puck ou encore Benjamin Lavernhe (Flute) et Jérémy Lopez (Bottom) s'affirment ici comme les valeurs montantes de la maison. La relève est assurée ! 

Dans sa mise en scène, Muriel Mayette-Holtz utilise largement la salle : toutes les scènes se déroulant à la cour de  Thésée prennent place aux premiers rangs de l'orchestre, au beau milieu des spectateurs. La scène, c'est la forêt. Distinction nette entre le monde réel et les lieux empreints de magie. Seul regret : la quasi absence de décor. La scénographie se résume à quelques bâches de plastiques. Pas vraiment féerique ! Un peu décevant dans le premier théâtre de France où l'on est en droit d'espérer en prendre plein les yeux... 

Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, traduction François-Victor Hugo, mise en scène Muriel Mayette-Holtz. Avec Martine Chevallier, Michel Vuillermoz, Julie Sicard, Christian Hecq, Stéphane Varupenne, Suliane Brahim, Jérémy Lopez, Adeline D’Hermy, Elliot Jenicot,  Laurent Lafitte, Louis Arene, Benjamin Lavernhe,  Pierre Hancisse, Sébastien Pouderoux et les élèves-comédiens de la Comédie-Française Heidi-Eva Clavier, Lola Felouzis, Matĕj Hofmann, Paul Mc Aleer , Pauline Tricot, Gabriel Tur. A la Comédie-Française, Salle Richelieu, jusqu'au 15 juin 2014 (en alternance). Réservations au 0 825 10 1680. Durée : 2h15 sans entracte. 

20 septembre 2012

Dom Juan ou le festin de pierre de Molière / Jean-Pierre Vincent / Comédie-Française

"Je ne puis refuser mon coeur
à tout ce que je vois d'aimable" 

(article mis à jour le 8 novembre 2013)


dom juan, moliere, comédie-française, théâtre éphémère, jean-pierre vincent, loic corbery, serge bagdassarian, suliane brahimReprise de Dom Juan de Molière à la Comédie-Française jusqu'au 9 février 2014, Salle Richelieu. 

"Pas d'actualisation" ni de "révérence historique" explique Jean-Pierre Vincent, metteur en scène de la pièce et ancien administrateur de la maison de Molière. A nous de trouver librement une raisonnance contemporaine à cette histoire de libertin rejetant toute croyance. Le metteur en scène s'autorise cependant une pirouette finale dont je vous laisse juge ne voulant pas vous la dévoiler par avance. 

Pour ceux qui auraient raté les billets précédents, le rôle titre a été confié à Loïc Corbery (note aux nouveaux lecteurs ce blog : je suis très fan donc plus du tout objective. Ma déontologie journalistique m'interdit donc de me lancer - à nouveau - dans une critique dithyrambique des qualités théâtrales de ce comédien !). Il incarne un Don Juan plus insouciant que mal-intentionné, un être léger qui butine de fleur en fleur bien plus qu'un prédateur. Et même si le héros demeure un grand provocateur, c'est tête baissée et mâchoire serrée qu'il accueille les reproches paternels, tel un adolescent à qui on vient faire la morale.  

Le côté comique de la pièce tient surtout sur les épaules de Serge Bagdassarian, formidable Sganarelle. Ses mimiques font mouche. La scène 1 de l'acte III, lorsque Sganarelle s'émerveille des capacités du corps humain pour justifier une existence divine, donne ainsi lieu  à  une chorégraphie des plus hilarantes. Elvire, alias Suliane Brahim, est très émouvante ; Jérémy Lopez fort amusant dans le rôle de paysan au parler rustique. 

On rit beaucoup grâce à cette mise en scène qui use de nombreux effets burlesques. Pour autant, le côté pamphlétaire de l'oeuvre, contre les croyances en tout genre, garde toute sa force. Le spectacle frôle les trois heures mais passe en un éclair. Une nouvelle réussite pour la Comédie-Française ! 

Dom Juan ou le Festin de pierre de Molière, mise en scène de Jean-Pierre Vincent. Avec Alain Lenglet,  Loïc Corbery, Serge Bagdassarian, Clément Hervieu-Léger, Gilles David, Suliane Brahim, Jérémy Lopez, Adeline d'Hermy et Jennifer Decker, et les élèves-comédiens de la Comédie-Française Lola Felouzis, Matëj Hofmann, Gabriel Tur, et Jean-Michel Rucheton. A la Comédie-Française, salle Richelieu en alternance jusqu'au 9 février 2014. Réservation : 0 825 10 1680

05 décembre 2011

La Comédie-Française nous émeut avec "Le Petit Prince" au Studio Théâtre

"On risque de pleurer un peu
si l’on s’est laissé apprivoiser..."


le petit prince,antoine de saint-exupéry,aurélien recoing,christian blanc,christian gonon,benjamin jungers,suliane brahim,studio théâtre,comédie-française,théâtre de l'ouest parisien,boulogne

Il y a des oeuvres avec lesquelles ont n'a pas le droit à l'erreur. Des monuments auxquels on ne peut porter atteinte. A mes yeux, Le Petit Prince en fait partie. Aussi, on ne peut que doublement saluer le travail d'Aurélien Recoing : pour  la prise de risque d'abord, mais aussi pour avoir aussi bien réussi cette adaptation. Une réussite qui doit beaucoup à la scénographie de Muriel Trembleau.

Tout y est. A commencer par la poésie. Il faut voir le narrateur, incarné par Christian Gonon, débuter son récit tout en faisant des tours de magie, cartes à jouer en main. Les enfants sourient mais ne perdent pas une miette du discours, d'autant qu'il s'agit de souligner que les grandes personnes ne comprennent jamais rien. Échange de sourires complices. Et puis bientôt, ce n'est plus à nous qu'il parle mais à lui même. Merveilleuse prestation de Christian Gonon qui porte ce spectacle de bout en bout et nous émeut aux larmes. On est avec lui au milieu du désert, au pied d'une silhouette d'avion noire.

Grande fidélité à l'oeuvre. Au texte mais aussi aux illustrations pour les costumes. Et cela avec seulement quatre comédiens. Pourtant, aucun personnage ne manque : le roi, le vaniteux, l'ivrogne, le businessman, l'allumeur de réverbères ... ils sont tous là, interprêtés par un seul et même comédien, Christian Blanc. Changement de veste, de chapeau, quelques accessoires, un peu de fard sur les pommettes puis sur le nez ... Hop ! Le tour est joué : on saute de planète en planète avec le Petit Prince pour découvrir ces personnages un peu farfelus.

Et puis il y a la rose, si fragile et si vaniteuse, Suliane Brahim, sublime comme d'habitude.

Spectacle réussi donc, aussi permettons-nous de chipoter un peu. Benjamin Jungers, très bon interprête, a la blondeur du Petit Prince mais pas la taille : un peu grandet !  (oui, bon je sais, il faut savoir faire preuve d'abstraction) La pureté et l'ingénuité sont là mais il manque un peu d'enfance et de fragilité. Et puis il y a la rencontre avec le renard. Lire ce passage du livre, ou simplement l'évoquer, me met normalement les larmes aux yeux. Pas ici : le renard (Christian Gonon également) est un peu agressif, trop rugissant. Au lieu d'un animal fuyant et apeuré, on est face à un fauve. Alors la douceur et la mélancolie ne sont pas au rendez-vous et le "J’y gagne, à cause de la couleur du blé" tombe un peu à plat. Qu'importe, j'ai tout de même versé ma larme à la fin.

Et comme je suis sure que vous êtes tous des enfants bien sages, voici un petit bonus :

Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, mise en scène d’Aurélien Recoing. Avec Christian Blanc, Christian Gonon, Benjamin Jungers et Suliane Brahim. Au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, du 24 novembre 2011 au 8 janvier 2012 à 18h30. Réservations : 01 44 58 98 58.
Le spectacle sera repris en décembre 2012 au Théâtre de l’Ouest Parisien à Boulogne.