Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 novembre 2012

Après la musique, My Major Company se lance dans le théâtre avec un partenariat avec le Théâtre de Belleville

Les anglo-saxons appellent cela le crowdfunding ou financement par la foule. My Major Company propose ainsi depuis plusieurs années à des internautes de financer la production d'album de musique. Ce mois-ci, la maison de production innove en signant un partenariat avec le Théâtre de Belleville.

Le principe : lever 2000 euros auprès d'amateurs de théâtre pour produire 18 représentations de  la pièce de Laurent Gaudé Sodome, ma douce, d'après la mise en scène de Stanislas Nordey. Les représentations débuteront le 23 novembre 2012.

Pas besoin de casser sa tirelire : le montant minimum de la participation est fixé à 10 euros. Les pertes sont limitées mais les gains aussi : en investissant 25 euros, vous pourrez récupérer de 20 à 32 euros à la fin de l'opération, en fonction de l'affluence et bénéficierez d'une place pour voir le spectacle.

Les "producteurs" les plus généreux se verront, en outre, proposer un pass pour assister à plusieurs spectacles au Théâtre de Belleville ainsi qu'un cocktail avec la comédienne Valérie Lang, interprête de la pièce.

Laurent Sroussi le directeur du Théâtre de Belleville explique le but de cette opération : 

Et si vous souhaitez devenir producteur, vous trouverez plus d'informations sur la page consacrée à ce partenariat

09 mars 2012

Emmanuelle Béart émouvante dans "Se trouver" de Pirandello au Théâtre de la Colline

 "Seul est vrai qu'il faut se créer, créer !
Et alors seulement on se trouve."

"Une comédienne n'est plus définissable comme femme." Ces quelques mots résument toute la question soulevée par la pièce. Dans Se trouver de Pirandello, actuellement au Théâtre de la Colline, Emmanuelle Béart campe une comédienne à la dérive.

Donata Genzi, l'héroïne,  est une vraie star. Adulée par son public, reconnue par ses pairs, elle s'est oubliée elle-même, perdue dans tous les rôles qu'elle a interprêtés, au point de ne plus savoir ce qu'est la vraie vie.

La pièce a été écrite au début des années 1930 par Luigi Pirandello. Elle est dédiée à Marta Abba, interprête et muse du dramaturge. Créée pour la première fois en France en 1966 par Claude Régy (avec Delphine Seyrig dans le rôle de Donata Genzi), elle a, depuis, rarement été reprise car réputée difficile à jouer. Stanislas Nordey et Emmanuelle Béart s'y sont pourtant lancés. Et avec succés !

Nous sommes dans le hall imposant d'une villa italienne, au bord de la mer. Les personnages, appartenant tous à la haute société, conversent sur l'arrivée d'une nouvelle invitée, Donata Genzi. Tous ont entendu parler d'elle, connaissent les ragots à son sujet, ont une opinion toute faite sur la comédienne (et les comédiennes en général)  mais brûlent de la rencontrer. Lorsque la diva parait, magnifique dans une robe verte - il faut oser - couleur sensée porter la poisse aux comédiens, les questions fusent. Faire face à tous ces gens, s'expliquer, se justifier ... c'en est trop pour la comédienne à bout de forces. Plutôt partir en mer avec Ely l'exalté (Vincent Dissez), fuir, se retrancher avec ce nouvel amant dans son studio d'artiste pendant de longs jours. S'abandonner à lui, vivre l'amour qu'elle a tant de fois jouer sur scène sans l'avoir expérimenté. Mais est-ce cela se trouver ? Vivre dans la vraie vie implique-t-il de renoncer au théâtre ?

Emmanuelle Béart est parfaite dans ce rôle. On regrette sa rareté au théâtre (sept pièces seulement en 25 ans). Le texte est magnifique : chaque phrase résonne comme une question philosophique. Est-on sincère lorsque l'on joue ? Peut-on l'être aussi dans la vie ? Comment passer d'un rôle à l'autre sans se perdre soi-même ? On ressort de cette pièce avec mille questions en tête mais en aimant encore plus le théâtre.

Se trouver de Luigi Pirandello, mise en scène de Stanislas Nordey. Avec Emmanuelle Béart, Claire Ingrid Cottanceau, Michel Demierre, Vincent Dissez, Olivier Dupuy, Raoul Fernandez, Marina Keltchewsky, Frédéric Leidgens, Marine de Missolz, Véronique Nordey, Julien Polet, Laurent Sauvage. Au Théâtre de la Colline, du mercredi au samedi à 20h30, le mardi à 19h30 et le dimanche à 15h30, jusqu'au 14 Avril 2012. Réservations : 01 44 62 52 52.