Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 avril 2014

Le Legs de Marivaux / Marion Bierry / Théâtre de Poche Montparnasse

 "Vous ne savez pas seulement que vous êtes aimable ;
mais d'autres le savent pour vous."

le legs,marivaux,ronsard,théâtre de poche montparnasse,bernard menez,valérie vogt,marion bierry,marie réache,gilles vincent kapps,estelle andrea,sinan bertrand,théâtre,critique,avis,blog

Au Théâtre de Poche-Montparnasse, la comédienne et metteuse en scène Marion Bierry propose Le Legs, pièce en un acte de Marivaux à laquelle elle adjoint des sonnets de Ronsard, chantés sur des airs de Schubert. Un spectacle réjouissant, avec dans les rôles principaux Bernard Menez et Valérie Vogt

Pour qui a grandi dans les années 80, Bernard Menez se résume souvent - à tort - à son tube un brin kitsch Jolie poupée. C'est oublier un peu vite son parcours théâtral : une formation au CNSAD, un passage à la Comédie-Française dans les années 90 mais surtout une cinquantaine de pièces et une soixantaine de films. On avait entendu beaucoup de bien de son spectacle Le gros, la vache et le mainate il y a deux ans, sans avoir pu trouver le temps de voir cela. On le découvre donc avec plaisir sur scène dans ce rôle de Marquis empêtré entre amour et considération financière. 

Héritier de 600 000 francs, le Marquis doit, s'il veut disposer de la totalité de la somme, épouser Hortense (Marion Bierry). S'il refuse, il devra céder à la dame un tiers de ce legs. Or, le marquis n'a d'yeux que pour la Comtesse (Valérie Vogt) et Hortense est éprise du Chevalier (Gilles Vincent Kapps) ... mais aucun des deux ne veut renoncer à ces 200 000 francs et compte sur le refus de l'autre. La carte du tendre devient alors une partie de poker menteur où tous les coups de bluff sont permis.

Le texte de Marivaux est magnifique, plein de préciosités et de galanterie. L'art de la litote y est poussé à son paroxysme pour parler d'amour au risque pour ce Marquis pataud et cette Comtesse peu portée sur les déclarations de tomber dans l'incompréhension. Un dialogue de sourds auquel Lépine, valet du Marquis, et Lisette, la bonne de la Comtesse, mettront bon ordre.

Tout est fait pour nous mettre dans l'ambiance du siècle de Marivaux. Des costumes d'époque, un décor champêtre peint sur des toiles en fond de scène mais surtout des lumières chaudes qui, sur cette toute petite scène, nous donne l'impression d'un éclairage à la chandelle. Les chansons ponctuent parfaitement le texte de Marivaux et les belles voix de Sinan Bertrand (Lépine) et Estelle Andréa (Lisette) soutiennent celle des autres comédiens. Tout cela combiné fait de la pièce un délicieux moment.  On ne saurait donc que trop vous conseiller ce Legs !

Le Legs de Marivaux, sonnets, chansons de Ronsard, mise en scène de Marion Bierry. Avec Bernard Menez, Valérie Vogt, Marion Bierry ou Marie Réache, Gilles Vincent Kapps, Estelle Andrea, Sinan Bertrand. Au Théâtre de Poche Montparnasse, du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15h (Relâches exceptionnelles du 12 au 15 juin). Réservations au 01 45 44 50 21. Durée : 1h30 environ 

24 juin 2013

Un "Roméo & Juliet" rock et 100% mâle au Vingtième Théâtre

"Peu m'importent les conventions"

romeo et juliet.jpg
Christophe Bonzom et Sinan Bertrand / Crédit photo Marie Julliard

Roméo et Juliette c'est l'histoire d'amour universelle, adaptable à toutes les époques, à tous les amours impossibles. Au Vingtième Théâtre, la Compagnie Magnus Casalibus nous le démontre : Roméo & Juliet revisite la pièce de Shakespeare - façon glam-rock et amour gay - avec une distribution 100% masculine.

La metteuse en scène Vincianne Regattieri a choisi de situer l'action dans les coulisses d'un théâtre, entre caisses à roulettes et portants pour les vêtements. Des accessoires qui deviennent un terrain de jeu pour les six comédiens de la distribution. Lucas Anglarès (Roméo), évolue comme un chat au quatre coins de la scène malgré une blessure qui, ce soir-là, le contraignit à se déplacer avec des béquilles. Sinan Bertrand est éblouissant dans le rôle de Juliet. Pas de perruque ni de travestissement : le comédien parvient à exprimer une certaine féminité sans tomber dans la caricature. Alexandre Bonstein, Christophe Bonzom, Lauri Lupi et Léo Messe assurent, eux aussi avec brio, tous les autres rôles de la distribution. 

Comme le film Romeo + Juliet de Baz Luhrmann (avec Leonardo Di Caprio et Claire Danes), la pièce est ponctuée de chansons pop rock qui agissent comme des exhausteurs d'émotions comme "Where the wild roses grove" de Nick Cave, interprêtée par Lucas Anglarès et Sinan Bertrand. Un moment magnifique. A la fin de la scène, on a la gorge nouée  lorsqu'ils s'enlacent. C'est simplement beau et émouvant. David Bowie et Rage against the machine figurent aussi dans la playlist. 

Bon, j'arrête là, les mots manquent un peu pour décrire ce que j'ai ressenti ce soir-là : vous aurez cependant compris, j'espère, que j'ai été saisie aux tripes (en langage plus spontanné, j'ai kiffé grave !) et vous conseille vivement de courir au Vingtième Théâtre pour voir cela. 

Pour vous donner un léger avant-goût, voici une vidéo réalisée lors du Festival d'Angers où la pièce a reçu le prix du jury. Même mise en scène mais distribution différente :

Roméo & Juliet, d'après William Shakespeare par la compagnie Magnus Casalibus, mise en scène Vincianne Regattieri, adaptation Alain Sizey et Vincianne Regattieri. Avec Lucas Anglarès, Sinan Bertrand, Alexandre Bonstein, Christophe Bonzom, Lauri Lupi, Léo Messe. Au Vingtième Théâtre, du mardi au samedi à 21h30, le dimanche à 17h30, jusqu'au 28 juillet 2013 (relâche exceptionnelle le 24 juillet 2013).
Réseravtion au 01 48 65 97 90. Durée 1h45.