Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 septembre 2013

Le Corbeau et le Pouvoir de Jacques Forgeas / Sébastien Grall / Théâtre du Lucernaire

Une causerie du XVIIe siècle. Voilà ce que nous propose le Théâtre du Lucernaire avec Le Corbeau et le pouvoir. Une pièce écrite par Jacques Forgeas.

AFFLECORBEAUETLEPOUVOIRCMJN.jpgLa Fontaine, Molière et Racine conversent après une soirée bien arrosée. Le premier, en disgrâce avec le pouvoir vient de publier ses Fables. Alors que Racine, considérablement aviné, explique à ses amis qu'il entend se lancer dans l'écriture d'une comédie - ce sera Les Plaideurs - on frappe à la porte. Entre un individu masqué. On découvrira rapidement qu'il s'agit de Colbert. Le ministre du Roi est venu pour proposer à La Fontaine de rentrer dans le droit chemin. En échange, il obtiendra une pension du Roi. Entre les deux hommes, l'animosité est forte. Colbert a intrigué pour faire chuter Nicolas Fouquet, ancien surintendant du Roi et protecteur de La Fontaine. Les deux hommes se lancent alors dans une joute verbale.

Sur le plateau occupé par quelques piles de livres sur lesquelles s’asseoir, les quatre comédiens dans d'élégants costumes noirs sont des jeunes gens d'aujourd'hui. "Des artistes en rébellion" : c'était le souhait du metteur en scène Sébastien Grall, décédé au cours de l'été. 

"Il est permis de violer l'histoire, à condition de lui faire un enfant" disait Alexandre Dumas. Ici, le viol reste un peu stérile. Que sort-il de cette discussion entre Colbert et La Fontaine ? Pas grand chose. Cette controverse autour de la question de l'artiste et du pouvoir aurait pu être intéressante mais le débat entre les deux hommes manque de panache, de passion même par moment. Et lorsque Molière se mêle de la conversation, tentant d'apaiser les protagonistes en s'improvisant metteur en scène casque bleu de la querelle, on se demande véritablement où l'on veut nous conduire. Les quelques clins d’œil à l'oeuvre de chacun ne suffisent malheureusement pas à sauver l'ensemble. 

Le Corbeau et le pouvoir de Jacques Forgeas, mise en scène Sébastien Grall, direction d'acteurs Sophie Gubri. Avec Baptiste Caillaud, Clovis Fouin, Pierre-Marie Poirier, Bartholomew Boutellis. Au Théâtre du Lucernaire, du mardi au samedi à 18h30. Réservations au 01 45 44 57 34. 

22 janvier 2012

Au Théâtre Mouffetard, Ophélia Teillaud et Marc Zammit mettent en scène "Phèdre" sans artifice

  "Ciel ! Que lui vais-je dire
et par où commencer?"

phèdre,racine,ophélia teillaud,marc zammit,ayouba ali,mona el yafi,véronique boutonnet,camille metzger,théâtre mouffetardConceptuelle et depouillée : voilà les deux adjectifs qui pourraient le mieux qualifier cette version de Phèdre présentée au Théatre Mouffetard. Un plateau entièrement nu, un drapé noir en fond de scène ... Pas de décor et pas d'accessoires, les comédiens évoluent d'un halo lumineux à l'autre et le reste de la scène est plongé dans la pénombre.

Ophélia Teillaud et Marc Zammit, les deux metteurs en scène, (également présents sur scène, elle dans le rôle titre, lui interprétant Thésée et Théramène) évoquent dans une note d'intention une volonté de "plonger à corps perdu dans l'expérience du langage". Et cela se traduit par un véritable engagement physique de la part des comédiens lorsqu'ils déclament leur texte. On en arrive ainnsi parfois à la danse : dans le rôle d'Hippolyte, Ayouba Ali va même jusqu'à faire des figures de capoeira entre deux alexandrins. Belle maitrise technique du souffle et de la diction pour arriver à cela !

Reste que le résultat peu sembler un peu aride et difficile d'accés. Le spectateur doit, lui aussi, adhérer à cette plongée dans le texte, accepter ce jeu d'ombre et de lumière qui masque parfois un peu le visage des comédiens. Cette version de Phèdre, très recherchée dans sa forme, pourrait déconcerter un public non averti.

Phèdre de Racine, mise en scène Ophélia Teillaud et Marc Zammit. Avec Ayouba Ali, Mona El Yafi, Véronique Boutonnet, Camille Metzger, Ophélia Teillaud et Marc Zammit. Au Théâtre Mouffetard, jusqu'au 25 février. 2012.  Réservations au 01 43 31 11 99.