Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 juillet 2015

Le Prince travesti de Marivaux / Daniel Mesguich / Avignon - Théâtre du Chêne noir

 "Que ne dites-vous : J'aime, voilà mon plaisir ?"

Ce n'est pas une mais deux pièces que présente la famille Mesguich cette année dans le Off d'Avignon au Théâtre du Chêne noir. Après Noces de sang, mis en scène par William et dont je vous ai parlé la semaine dernière, voici Le Prince travesti de Marivaux, mis en scène par Daniel Mesguich.

_JER7579(1).jpg
Photo :  Arnold Jerocki

Une princesse est amoureuse. Elle demande à Hortense, sa suivante, de parler pour elle à l'objet de son désir. Ce faisant, la suivante découvre que l'homme en question lui a sauvé la vie quelques temps plus tôt. Depuis lors, elle entretient un profond amour pour ce sauveteur (forcément). L'on apprendra bien plus tard que le galant est en fait un prince. Un personnage qui cache sa véritable identité : voilà une fois de plus sur quoi Marivaux fait reposer l'intrigue dans ce Prince Travesti mais cette fois, le dramaturge met plus de noirceur dans son récit.

Un côté sombre que Daniel Mesguich respecte parfaitement. Ce palais-labyrinthe se résume ici à une pièce aux murs recouverts de miroirs. Des miroirs sans teint forcément, derrière lesquels la princesse surveille ces sujets. A cela viennent s'ajouter des bruits angoissants - grincements et cris étouffés - dignes d'un thriller. 

_JER7549.jpg
Photo :  Arnold Jerocki

Sur scène, on retrouve les deux enfants du metteur en scène, William et Sarah (dont on avait apprécié l'adaptation et mise en scène de Zazie dans le métro au  Lucernaire). Lui, campe un conseiller de la reine malfaisant, dans un costume de serpent ; elle est cette princesse à la fois douce et cruelle. A leurs côtés, Sterenn Guirriec est Hortense, suivante aux accents de tragédienne, et Alexandre Levasseur un arlequin espiègle venant apporter un peu de légèreté à cette pièce. Grégory Corre (dans le rôle titre), Alexis Consolato et Rebecca Stella complètent cette distribution sans fausse note.

Loin des "usines à rire" de l'avenue de la République, le Théâtre du Chêne Noir nous offre avec Le Prince travesti un classique bien mis en scène. Une pièce donc fort recommandable !  Dernier conseil : il est préférable de réserver à l'avance compte tenu de l'affluence constatée le jour où j'ai assisté à la pièce.

Le Prince travesti de Marivaux, mise en scène Daniel Mesguich. Avec Sarah Mesguich, Grégory Corre, Sterenn Guirriec, William Mesguich, Alexandre Levasseur, Rebecca Stella, Alexis Consolato. A Avignon, au Théâtre du Chêne noir, tous les jours à 18h45 jusqu'au 26 juillet 2015 (relâche le 20 juillet). Réservations au 04 90 86 74 87. Durée 1h30.

20 juillet 2014

Avignon Off : Les Fables de La Fontaine / William Mesguich / Théâtre de La Luna

"La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir" 

les fables de la fontaine,william mesguich,mathias maréchal,arnaud maillard,david nathanson,rebecca stella,marie fremont,théâtre de la luna,festival d'avignon,avignon off,avis,critique,blogUne énième version des Fables me direz vous ? Oui mais celle-ci, accessible aux enfants dès 6 ans, vaut le détour. La mise en scène signée William Mesguich est pleine de fantaisie. A voir durant le festival d'Avignon au Théâtre de la Luna.

On retrouve La Fontaine en pleine séance d'écriture. Le roi Soleil vient de lui passer commande - par téléphone ! - d'un spectacle. Pris part le temps, La Fontaine se met donc à l'ouvrage et les animaux stars de ses fables prennent vie sous nos yeux : le lièvre, la tortue, le coq, l’âne ...

Un humour décalé, basé sur l'anachronisme, et un répertoire musical contemporain raviront autant les parents que les enfants. La cigale se métamorphose ainsi en Dalida pour qu'on la "laisse chanter" et le rap s'invite dans le bestiaire de La Fontaine. Le texte de chaque fable est cependant respecté à la lettre.

William Mesguich en La Fontaine est entouré de deux comédiens au talent comique indéniable. Les costumes contribuent eux aussi à la qualité de ce spectacle. Le format calibré pour les enfants - 50 minutes - aura probablement pour les plus grands un goût de trop peu. On avait beaucoup aimé l'adaptation des Mystères de Paris par ce jeune metteur en scène : William Mesguich confirme avec ce spectacle tout le bien que l'on pensait de lui ! 

Les Fables de La Fontaine, mise en scène de William Mesguich​. Avec, en alternance William Mesguich, Mathias Maréchal, Arnaud Maillard, David Nathanson, Rebecca Stella et Marie Frémont. A Théâtre de La Luna à Avignon, jusqu'au 27 juillet 2014, tous les jours à 16h00. A partir de 6 ans. Durée 50 mn.
Réservations au 04 90 86 96 28. 

20 octobre 2013

Un bon petit diable et Boucle d'or : deux spectacles pour enfants au banc d'essai

Loin des grosses productions avec danseurs par dizaines et costumes XXL, ce sont deux pièces pour enfants plus intimistes que j'ai testées pour vous. Un Bon Petit diable et Boucle d'or - une étrange affaire sont à voir pendant les vacances de la Toussaint (et même après !)

 bon petit diable.jpg
Photos : Luca Malterre

D'Un bon petit diable, je garde en mémoire ma frayeur d'enfant devant Alice Sapritch incarnant l'horrible veuve Mac'Miche dans le film de Jean-Claude Brialy. Sur la scène d'A la Folie théâtre, la vieille femme vénale (Caroline Marchetti) - qui affame son pupille Charles (Raphaël Poli) et le met finalement en pension pour capter son héritage, -est plus ridicule qu'effrayante.

Cette adaptation s'adresse clairement aux jeunes enfants et s'attache au début de l'histoire de la Comtesse de Ségur. Le spectacle vire au numéro de clown mais les clowns font toujours rire les enfants même quand ils ont recours à des subterfuges aussi éculés qu'un coussin péteur...

On retiendra surtout le personnage de Betty (Charlotte Popon), domestique façon Mary Poppins qui insuffle quelques grammes de magie et de féerie dans l'histoire. Les décors sont simples mais les accessoires et les costumes soignés. La pièce ravira les enfants mais frustrera un peu les parents nostalgiques de l'oeuvre originale.

 

un bon petit diable,à la folie théâtre,rébecca stella,boucle d'or,lucernaire,florence le corre,spectacle,enfants,paris,théâtre,avis,critique,blog
Photos : Maud Bernos

Au Lucernaire, c'est une enquête autour de l'histoire de Boucle d'or qui nous est proposée. Boucle d'or - Une étrange affaire décortique le conte de façon ultra-pédagogique. Etape 1 : comprendre pourquoi Boucle d'or s'est échappée de chez elle. Etape 2 : que faire si l'on croise un ours ? Et la magie dans tout ça me direz-vous. Qui sait, peut-être que Boucle d'or et Petit ours sont restés en contact, peut-être même qu'ils sont à présent amis et confidents l'un de l'autre ? 

Sur scène, les deux comédiennes déplient des trésors d'inventivité pour construire cette "enquête". En guise de décor, des patchworks en tissus sur lesquels des mobiles se dessinent en ombres chinoises grâce à des lampes de poches. Magie et poésie de l'enfance, un peu comme quand on raconte des histoires sous les couvertures. La maison des trois ours, elle, est une magnifique maquette en carton. 

Le spectacle est lui aussi pour les tout-petits (à partir de 4 ans) mais les parents ne pourront pas lutter contre une certaine régression. On fond un peu devant cette création ! 


Un Bon petit diable d'après la Comtesse de Ségur, adaptation Rébecca Stella et Danielle Barthélemy, mise en scène Rébecca Stella. Avec Caroline Marchetti, Charlotte Popon et Raphaël Poli. A la Folie Théâtre, jusqu'au 11 janvier 2014, samedi à 18h15, dimache à 15, réprésentations supplémentaires les 2 et 3 janvier 2014 à 18h15. Réservations au 01 43 55 14 80. 
Boucle d'or - Une étrange affaire de Florence Le Corre, mise en scène  Isabelle Hazaël. Avec (en alternance) Mia Delmaë, Flore Grimaud, Rachel Huet-Bayelle, Florence Le Corre. Au Lucernaire, jusqu'au 8 février 2014, les mercredis et samedis à 16h30, du mardi au samedi pendant les vacances scolaires à 16h30.