Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 octobre 2013

Bobby Fischer vit à Pasadena de Lars Noren / Philippe Baronnet / La Tempête

"Ce n'est qu'haine et amour,
amour et haine."

 bobby fischer vit à pasadena,lors norén,philippe baronnet,elya birman,samuel churin,nine de montal,camille de sablet,théatre de sartrouville et des yvelines - centre dramatique nati

© JM Lobbé

Bobby Fischer vit à Pasadena de Lars Norén, mis en scène par Philippe Baronnet, est à l'affiche au Théâtre de la Tempête, du 9 au 27 octobre 2013. J'ai eu l’occasion de voir cette pièce il y a tout juste un an au Théâtre de Sartrouville. 

Voici le billet que j'avais écrit alors.
 
On savait Philippe Baronnet excellent comédien (cf De la salive pour oxygène - Odyssées en Yvelines 2011). On le découvre bon metteur en scène. Avec ses deux anciens acolytes Nine de Montal et Elya Birman - comédiens permanents comme lui au Théâtre de Sartrouville lorsque Laurent Fréchuret en était le directeur - et deux autres comédiens, il nous convie dans une plongée au coeur d'une famille bourgeoise suédoise.

Le père, la mère, les deux enfants déjà grands : dans leur salon, de retour d'une soirée au théâtre, les voilà lancés dans une causerie banale ... mais peu à peu, tout dérape et chacun vide son sac. Dès les premières minutes, on sent bien que le babillage incessant de la mère (Nine de Montal), sa façon de clamer son bonheur, de dire "tout va bien maintenant" cachent quelque chose. Le vernis va s'écailler, laissant apparaître les rancœurs de chacun. Le fils (Elya Birman), devenu psychotique à la puberté, la fille (Camille de Sablet) dont chacun veut taire le "problème", les parents, qui ne sont un couple qu'en façade ... Jusqu'au petit matin, ils vont se déchirer, livrer enfin aux autres leurs blessures, révéler les non-dits. 

Pour autant, cette parole est-elle une délivrance? Elle nous permettra en tout cas, à nous spectateur, de comprendre le rôle de chacun dans le mal-être général. La mère, qu'on aurait tendance à accabler de reproches au départ tant elle nous apparaît insupportable, devient peu à peu plus humaine. Elle agit, elle au moins, pour tenter de faire tenir debout cette famille. Le père (Samuel Churin), lui, a démissionné depuis longtemps, se cachant derrière son rôle de chef d'entreprise.

 

bobby fischer vit à pasadena,lors norén,philippe baronnet,elya birman,samuel churin,nine de montal,camille de sablet,théatre de sartrouville et des yvelines - centre dramatique nati
© JM Lobbé

Tous sont très touchants, merveilleusement interprétés. Sans dévalorisés les deux hommes de la distribution, soulignons tout de même qu'on est fasciné par Nine de Montal dans ce rôle d'ancienne actrice devenue mère et que Camille de Sablet est éblouissante dans celui de la fille. Chacun de ses silences nous fait percevoir la violence sous-jacente de ces relations familiales.

Pour nous plonger au mieux au cour de cette vie de famille, les comédiens ne sont pas devant mais au milieu du public. Cette scénographie, mise en place à Sartrouville, sera reconstitué au Théâtre de la Tempête.  Étrange sensation provoquée par cette immersion faisant des spectateurs des voyeurs. Durant deux heures, on est comme hypnotisés, envoûtés par cette histoire. A voir absolument!

Bobby Fischer vit à Pasadena de Lors Norén, mise en scène Philippe Baronnet. Avec Elya Birman, Samuel Churin, Nine de Montal, Camille de Sablet. Au Théâtre de la Tempêtedu 9 au 27 octobre 2013, du mardi au samedi 20h30, le dimanche 16h30. Réservations : 01 43 28 36 36 

23 octobre 2012

"Bobby Fischer vit à Pasadena" de Lars Norén au Théâtre de Sartrouville

"Ce n'est qu'haine et amour,
amour et haine."

 bobby fischer vit à pasadena,lors norén,philippe baronnet,elya birman,samuel churin,nine de montal,camille de sablet,théatre de sartrouville et des yvelines - centre dramatique nati

© JM Lobbé

On savait Philippe Baronnet excellent comédien (cf De la salive pour oxygène - Odyssées en Yvelines 2011). On le découvre bon metteur en scène avec Bobby Fischer vit à Pasadena de Lars Norén, au Théâtre de Sartrouville.  

Avant de tirer leur révérence - le théâtre change de directeur à la fin de l'année et les comédiens permanents laisseront leur place à d'autres - Baronnet et ses camarades Nine de Montal et Elya Birman, rejoints par deux autres comédiens, nous convient dans une plongée au coeur d'une famille bourgeoise suédoise. Le père, la mère, les deux enfants déjà grands : dans leur salon, de retour d'une soirée au théâtre, les voilà lancés dans une causerie banale ... mais peu à peu, tout dérape et chacun vide son sac.

Dès les premières minutes, on sent bien que le babillage incessant de la mère (Nine de Montal), sa façon de clamer son bonheur, de dire "tout va bien maintenant" cachent quelque chose. Le vernis va s'écailler, laissant apparaitre les rancoeurs de chacun. Le fils (Elya Birman), devenu psychotique à la puberté, la fille (Camille de Sablet) dont chacun veut taire le "problème", les parents, qui ne sont un couple qu'en façade ... Jusqu'au petit matin, ils vont se déchirer, livrer enfin aux autres leurs blessures, révéler les non-dits. 

Pour autant, cette parole est-elle une délivrance? Elle nous permettra en tout cas, à nous spectateur, de comprendre le rôle de chacun dans le mal-être général. La mère, qu'on aurait tendance à accabler de reproches au départ tant elle nous apparait insupportable, devient peu à peu plus humaine. Elle agit, elle au moins, pour tenter de faire tenir debout cette famille. Le père (Samuel Churin), lui, a démissionné depuis longtemps, se cachant derrière son rôle de chef d'entreprise.

 

bobby fischer vit à pasadena,lors norén,philippe baronnet,elya birman,samuel churin,nine de montal,camille de sablet,théatre de sartrouville et des yvelines - centre dramatique nati
© JM Lobbé

Tous sont très touchants, merveilleusement interprêtés. Sans dévalorisés les deux hommes de la distribution, soulignons tout de même qu'on est fasciné par Nine de Montal dans ce rôle d'ancienne actrice devenue mère et que Camille de Sablet est éblouissante dans celui de la fille. Chacun de ses silences nous fait percevoir la violence sous-jacente de ces relations familiales.

La pièce ne se joue pas dans la grande salle mais dans une salle de répétition aménagée pour les représentations. Les comédiens ne sont donc pas devant nous mais au milieu du public. Le décor - un salon - trône au milieu de la pièce et les spectateurs prennent place le long des quatres murs, sur des banquettes. Etrange sensation provoquée par cette scénographie : on a l'impression de pénétrer dans l'intimité de cette famille, d'être un peu voyeurs.

Durant deux heures, on est comme hypnotisés, envoutés par cette histoire et on en vient (presque) à oublier la chaleur oppressante de cette salle de répétion. Il faut absolument aller à Sartrouville pour voir cela ... en prenant toutefois la précaution de ne pas trop se couvrir!

Bobby Fischer vit à Pasadena de Lors Norén, mise en scène Philippe Baronnet. Avec Elya Birman, Samuel Churin, Nine de Montal, Camille de Sablet. Au Théatre de Sartrouville et des Yvelines - Centre Dramatique National, jusqu'au 10 novembre 2012. 

Navette gratuite aller-retour depuis la gare de Sartrouville (sortie Place des Fusillés) 1 h avant et 1 h après la représentation.