Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 septembre 2015

"Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit" de Mark Haddon / Philippe Adrien / Théâtre de la Tempête

"Et c'est même devenu une pièce de théâtre !"

Au Théâtre de la Tempête, cette année encore, c'est le directeur des lieux qui ouvre la saison : Philippe Adrien met en scène Le Bizarre incident du chien pendant la nuit. Une pièce adaptée du roman de Mark Haddon qui triomphe à Londres depuis plusieurs années. Et sa traduction française sera, on en prend le pari, également un succès !

20703114374_be3edefc28_o.jpg
Photo  Antonia Bozzi

Le bizarre incident dont il est question, c'est le meurtre sauvage de Wellington, le chien de madame  Shears, tué d'un coup de fourche. Surpris sur les lieux, Christopher est un jeune autiste de 15 ans. Il n'est pas coupable et entend bien trouver le responsable de ce geste. En menant ses investigations, dans la grande tradition des enquêteurs britanniques, l'adolescent va découvrir bien plus que le meurtrier de Wellington.

Christopher, c'est Pierre Lefebvre. Le comédien est le fils de Philippe Adrien et on l'a vu grandir professionnellement sur scène, du rôle de garçon d'étage dans Le Dindon en passant par celui d'Horace dans L'Ecole des femmes ou encore l'année dernière dans La Grande nouvelleIl atteint dans ce rôle de jeune autiste les sommets, restituant avec beaucoup de réalisme la gestuelle et le comportement induits par cette maladie. 

21315147882_60b521a1fb_o.jpg
Photo : Antonia Bozzi

La mise en scène de Philippe Adrien restitue elle aussi parfaitement le monde tel que le perçoit Christopher : personnages qui se déplacent dans une étrange chorégraphie, sons distordus, lumières oscillantes. Un extérieur déboussolant et de facto hostile que Christopher surmontera pour parvenir à ses fins.

C'est à la fois drôle et émouvant, sans aucun pathos. On se laisse totalement prendre par l'intrigue et par cette forme de narration si particulière : Christopher a écrit l'histoire sous forme de roman que son éducatrice lit à voix haute ; roman qui devient lui même une pièce de théâtre jouée devant nous. D'un bout à l'autre ce Bizarre incident du chien pendant la nuit est une réussite. Un vrai coup de cœur à partager ! 

Le Bizarre incident du chien pendant la nuit d'après le roman de Mark Haddon, adaptation Simon Stephens, mise en scène Philippe Adrien (texte français Dominique Hollier). Avec Pierre Lefebvre,  Juliette Poissonnier, Sébastien Bravard, Nathalie Vairac, Bernadette Le Saché, Mireille Roussel, Laurent Montel, Laurent Ménoret, Tadié Tuéné. Au Théâtre de la Tempête (Cartoucherie de Vincennes), du mardi au samedi 20h, dimanche 16h, jusqu'au 18 octobre 2015. Réservations au 01 43 28 36 36. 

Durée : 2h15

 

18 septembre 2014

La Grande Nouvelle / Philippe Adrien / Théâtre de la Tempête

"C'est tout le système qui s'écroule"

 15031084419_87a37710cd_o.jpg
Photo : Antonia Bozzi

A tout seigneur tout honneur : au Théâtre de la Tempête, Philippe Adrien, directeur des lieux, ouvre la saison 2014-2015 avec La Grande Nouvelle, une pièce qu'il met en scène et qu'il a également co-écrite.

Point de départ de cette œuvre : Le Malade imaginaire. Philippe Adrien et Jean-Louis Bauer ont imaginé une version contemporaine de la pièce de Molière. Que serait Argan aujourd'hui ? Plus qu'un hypocondriaque, un vieillard en lutte contre la décrépitude de son corps, à la recherche d'une jeunesse éternelle à grand renfort de pilules magiques. Au beau milieu d'une maison où la domotique a pris le dessus, il dilapide la fortune de sa fille pour financer la recherche en NBIC (comprenez "nanotechnologies, biologie, informatique et sciences cognitives) visant à faire vivre l'homme "mille ans". Les charlatans sont devenus financiers mais Argan (Patrick Paroux) est toujours le dindon de la farce ... Ajoutons à cela une épouse transsexuelle multipliant les opérations (Nathalie Mann) et une fille (Lison Pennec) fascinée par un cinéaste aux tendances sado-maso (Arno Chevrier).

15217881655_5e67585d5f_o.jpg

Photo : Antonia Bozzi  

Disons le ouvertement : de l'œuvre originale ne subsiste qu'un cadre, support de la toile tissée par Adrien et Bauer. Et en matière de tissage, il en est de plus ou moins fin ... On est au final déçus part ce texte qui parvient difficilement à nous arracher quelques sourires. La farce flirte parfois avec la pochade, à notre plus grand regret.

La mise en scène et l'interprétation sauvent un peu la mise. Il faut souligner notamment l'excellente interprétation de Pierre Lefebvre dans le rôle d'Antoine (double masculin de la Toinette originelle). Le jeune comédien, déjà remarqué dans L'Ecole des femmes au même endroit, campe un touche-à-tout facétieux qui prend les commandes de la maison pour mieux mystifier Argan et, au final, lui ouvrir les yeux. La scène d'exorcisme vaudou, petite pépite, lui permet d'exprimer tout son talent comique.

Au final, ces deux heures semblent bien longues, une fois n'est pas coutume à La Tempête, théâtre où nous sommes habituellement rarement déçus ... Dommage !

La Grande Nouvelle d'après Le Malade imaginaire de Molière, de Jean-Louis Bauer et Philippe Adrien, mise en scène Philippe Adrien. Avec Patrick Paroux, Lison Pennec, Nathalie Mann, Jean Charles Delaume, Jean-Marie Galey, Arno Chevrier, Pierre Lefebvre. Au Théâtre de la Tempête (Cartoucherie de Vincennes), jusqu'au 12 octobre 2014, du mardi au samedi à 20h, dimanche à 16h. Réservations au 01 43 28 36 36.
Durée : 2h.

 

16 mars 2014

Protée de Paul Claudel / Philippe Adrien / Théâtre de la Tempête (reprise)

 "Elle vaut son pesant de sel marin."

protée,paul claudel,philippe adrien,dominique gras,eléonore joncquez,mathieu marie,marie micla,jean-jacques moreau,pierre-alain chapuis,théâtre de la tempête,avis,critique,blog,théâtre
Photo Antonia BOZZI

De Paul Claudel, on connait surtout Partage de Midi, Le soulier de satin ou encore L'Echange. Des oeuvres où la passion est évoquée dans une langue soutenue, aux envolées lyriques. Protée est moins connu. Plus atypique aussi : en l'écrivant, Claudel a voulu donner dans la farce. Cette courte pièce, mise en scène par Philippe Adrien la saison dernière, est reprise actuellement au Théâtre de la Tempête

S'inspirant d'Homère et d'Eschyle, Claudel imagine Ménélas et Hélène après la guerre de Troie s'échouant sur l’île de Naxos où vit le vieux Protée, dieu des métamorphoses. La nymphe Brindosier, captive de celui-ci, voit dans leur naufrage un moyen de quitter l'île. Elle va pour cela tenter de convaincre Ménélas qu'elle est la vraie Hélène et que celle qui l'accompagne n'est qu'une pale copie.

protée,paul claudel,philippe adrien,dominique gras,eléonore joncquez,mathieu marie,marie micla,jean-jacques moreau,pierre-alain chapuis,théâtre de la tempête,avis,critique,blog,théâtre
Photo Antonia BOZZI

Des nymphes, des satyres, un Ménélas très beta et une Hélène quelque peu prétentieuse : voilà les personnages imaginés par Claudel. On est loin des amours contrariés de Mesa et Ysé !  Pour renforcer l'effet comique, Philippe Adrien a conçu la pièce tel un songe, une rêverie alcoolisée de Claudel à l'issu d'un banquet trop arrosé, et a ainsi ajouté un délicieux prologue hommage au cinéma muet. La table du banquet sera le seul élément de décor, devenant un théâtre de marionnettes puis l'embarcation grecque qui ramènera Ménélas et Hélène (mais laquelle ?) à Sparte. 

Côté interprétation, Mathieu Marie joue à merveille ce Ménélas pas très futé, enchaîné à une Hélène figée dans sa posture d'icône. Quelle magnifique idée d'avoir confié le rôle à la comédienne Marie Micla à la plastique si ... irréelle ! Mais c'est Eléonore Joncquez qui nous a le plus ébloui dans le rôle de Brindosier, tantôt midinette allumeuse, tantôt froide calculatrice. 

Ce qui surprend le plus au final, c'est le texte. Incroyablement moderne. Au point qu'après la pièce, on ne put s'empêcher de questionner Philippe Adrien sur l'ampleur des modifications apportées à l'oeuvre originale. Adaptation ? Qui nenni ! Quelques mots ajoutés ici et là, certes, s'empressa-t-il de nous expliquer mais l'intégralité du texte est bien signé Claudel, promis, juré! On resta alors sans voix en repensant à la scène où Brindosier et Hélène discutent tissus et bijoux telles des fashion-victims dans un rayon du Bon marché. Le spectacle vaut donc vraiment le détour : une heure de plaisir où l'on rit beaucoup et où l'on ne cesse d'être étonné.

Protée de Paul Claudel, mise en scène Philippe Adrien. Avec Dominique Gras, Eléonore Joncquez, Mathieu Marie, Marie Micla, Jean-Jacques Moreau ou Pierre-Alain Chapuis. Au Théâtre de la Tempête, du mardi au samedi 20h, le dimanche 16h, jusqu'au 13 avril 2014. Réservations au 01 43 28 36 36. Durée 1h10

A voir aussi : le site internet de la Société Paul Claudel, visant à promouvoir l'oeuvre de cet auteur.