Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 mai 2014

Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand / Dominique Pitoiset / Odéon - Théâtre de l'Europe

"Voyez-vous, lorsqu’on a trop réussi sa vie,
On sent, – n’ayant rien fait, mon Dieu, de vraiment mal ! —
Mille petits dégoûts de soi, dont le total
Ne fait pas un remords, mais une gêne obscure"

cyrano de bergerac,edmond rostand,dominique pitoiset,jean-michel balthazar,adrien cauchetier,antoine cholet,nicolas chupin,patrice costa,gilles fisseau,jean-françois lapalus,daniel martin,bruno ouzeau,philippe torreton,martine vandeville,maud wyler,odéon,théâtre de l'europe,theatre,avis,critique,blogTransposer Cyrano de Bergerac dans un hôpital psychiatrique : c'est le pari audacieux du metteur en scène Dominique Pitoiset. Créée l'année dernière au Théâtre de Bretagne, la pièce est reprise jusqu'au 28 juin 2014 à l'Odéon - Théâtre de l'Europe.

Cyrano chez les fous : est-ce à dire que le comportement de chacun des personnages apparaîtrait aujourd'hui comme une névrose ? Le panache de Cyrano, le goût de Roxane pour les beaux mots d'amour sont, il est vrai, d'un autre âge... Nous voici donc dans la salle commune d'un asile. Eclairage au néon, fauteuil en sky, carrelage blanc... et des pensionnaires vêtus de survêtements, les cheveux souvent gras et hirsutes. Tout y est fort laid. Roxane a les jambes pleines de bleus et son comportement silencieux au premier acte - regard en coin et gestes provocants - nous fait froid dans le dos.

On résista pendant quelques minutes à cette transposition, se demandant à quoi rimait tout cela ... Jusqu'à la fameuse tirade du nez et le duel qui s'en suit ("à la fin de l'envoi je touche"entre Cyrano (Philippe Torreton) et Valvert (Nicolas Chupin). Le fer à repasser a remplacé l'épée mais l'interprétation sert au mieux le texte. On se plonge alors pleinement dans l'histoire, celle de ce héros plein d'esprit mais au physique disgracieux qui, par amour pour sa cousine Roxane, va prêter ses mots au beau mais stupide Christian dont Roxane est éprise.

Quelques passages frôlent même le sublime, habilement mis en valeur par la musique débitée par un juke box. On est ému lorsque Roxane découvre les lettres d'amour suspendues à de fils au dessus de la scène sur fond de Your song d'Elton John. Magnifique aussi la traditionnelle scène du balcon, au cours de laquelle Cyrano joue au souffleur dans la pénombre, et qui devient ici une conversation sur Skype. Cyrano masque la webcam et s'adresse directement à Roxane que nous voyons, nous public, sur écran géant.  L'émotion du dialogue se retrouve alors décuplée. Philippe Torreton, méconnaissable, incarne superbement le héros d'Edmond Rostand face à Maud Wyler et Patrice Costa, couple d'amoureux torturés. N'oublions pas aussi Daniel Martin qui insuffle à De Guiche un caractère comique inattendu. 

Tout cela aurait pu faire de ce Cyrano un spectacle parfait... n'eussent été les coupes appliquées au texte! Exit l'arrivée du religieux envoyé par De Guiche que Roxane détourne pour épouser Christian. Dès lors, pourquoi retenir De Guiche sur un faux prétexte ? Le récit des voyages lunaires - d'ailleurs réduit à la portion congrue - n'a alors plus de raisons d'être et l'on perd un des passages les plus drôles de la pièce. Ultime omission : Roxane débarque au siège d'Arras sans Ragueneau et sans victuaille. Quel dommage de nous priver de tout cela ! On a pour ainsi dire l'impression d'avoir dégusté un repas de Noël auquel on aurait retiré quelques uns des 13 desserts ... et pour une gourmande comme moi, c'est une énorme frustration !

Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, mise en scène Dominique Pitoiset. Avec Jean-Michel Balthazar, Adrien Cauchetier, Antoine Cholet, Nicolas Chupin, Patrice Costa, Gilles Fisseau, Jean-François Lapalus, Daniel Martin, Bruno Ouzeau, Philippe Torreton, Martine Vandeville, Maud Wyler. A l'Odéon - Théâtre de l'Europe, du mardi au samedi à 20h, le dimanche à  15h, jusqu'au 28 juin 2014. Réservations au 01 44 85 40 40. Durée : 2h40

16 mai 2013

Lever de rideau sur la saison 2013 - 2014 (épisode 1) : le Théâtre de la Tempête et l'Odéon

Les théâtres présentent les uns après les autres leur saison 2013-2014. Petite synthèse, façon feuilleton (ce serait indigeste sinon), de ce qu'il ne faudra pas rater la saison prochaine. Episode 1 : Tempête et Odéon.

Onze spectacles seront joués au Théâtre de la Tempête lors de la saison 2013 - 2014. Le maitre des lieux, Philippe Adrien, mettra en scène deux pièces : L'Ecole des femmes de Molière (du 13 septembre au 27 octobre 2013) et Protée de Claudel (reprise, du 13 mars au 13 avril 2014). On retrouvera aussi un habitué de cette scène : Clément Poirée  (à qui on doit le fabuleux Beaucoup de bruit pour rien de la saison dernière) présentera Homme pour homme de Bertold Brecht (du 16 janvier au 16 février 2014). Mais la bonne surprise de ce programme c'est Bobby Fisher vit à Pasadena, mise en scène de Philippe Baronnet. La pièce a été créée au Théâtre de Sartrouville - où Philippe Baronnet était comédien en résidence - à l'automne. C'est un très beau spectacle, je vous le conseille vivement ! A voir du 9 au 27 octobre 2013. 
Pour le détail des onze spectacles, vous pouvez consulter le programme en.pdf.

A l'Odéon - Théâtre de l'Europe, c'est Joël Pommerat qui donnera le coup d'envoi de la nouvelle saison avec deux pièces : Au Monde et Les marchands (du 14 septembre au 19 octobre 2013)Luc Bondy, le nouveau directeur du théâtre, mettra en scène Les fausses confidences de Marivaux (du 16 janvier au 23 mars 2013) avec une magnifique distribution : les noms d'Isabelle Huppert, Louis Garrel, Bulle Ogier sont déjà annoncés. On attendra aussi avec impatience la mise en scène de Comme il vous plaira de Patrice Chéreau aux Ateliers Berthier (du 14 mars au 1er juin 2014) avec notamment Clothilde Hesme et Audrey Bonnet. Enfin, après une saison de tournée, Cyrano de Bergerac, mis en scène par Dominique Pitoiset (avec Philippe Torreton dans le rôle titre) fera escale à l'Odéon du 7 mai au 28 juin 2014. Pour plus d'info, voici le programme de l'odéon en.pdf

Dernier détail : les deux théâtres proposent des formules d'abonnement, beaucoup plus avantageuses financièrement.
A la Tempête, un passeport permet d'acquérir 10 places pour 95 euros, formule utilisable seul ou à deux (une carte nominative pour trois ou cinq spectacles existe aussi).
A l'Odéon, un abonnement pour 11 spectacles en 1ere série permet d'obtenir une réduction de 50% sur le tarif habituel, une autre formule permet de voir trois spectacles pour 72 euros, toujours en 1ere série. 

29 novembre 2011

Le Lucernaire, l'Odéon et le TNP rendent hommage à Laurent Terzieff

C'est mon plus grand regret de théâtrophile : ne jamais avoir vu Laurent Terzieff sur scène. Comment ai-je pu rater cela ? Les aléas du quotidien, les  "j'irai plus tard." Et puis le "plus tard" devient impossible...

Cela fait à présent un an que Laurent Terzieff n'est plus. Trois théâtres se sont alliés pour lui rendre un bel hommage : Le Lucernaire et l'Odéon à Paris, le TNP à Villeurbanne.

Une très belle exposition pour commencer, au Lucernaire, théâtre où Laurent Terzieff a tant joué. Des affiches, des photos de pièces et de films  (Terzieff a tourné dans 65 long-métrages), quelques maquettes, de nombreux documents ... mais aussi la voix de Terzieff grâce à des lectures enregistrées  de textes qu'il affectionnait : Rilke, Milosz, Brecht. "Pour que le comédien soit véritablement un passeur, et non seulement un diseur, ou un 'bien-disant' comme on dit péjorativement, il faut qu'il ait envie de nous faire partager, comme on partage un secret, le plaisir qu'il a éprouvé en découvrant le poême, même si cette découverte est ancienne. Cela suppose que le comédien ne devrait dire que les poètes occupant une place privilégiée dans son esprit" disait Terzieff.

Un hommage qui se devait aussi d'être sur scène. A l'Odéon, c'est une lecture qui sera proposée, le 5 décembre prochain, avec Anne Alvaro, Christophe Maltot et  Benjamin Bellecour (qui donna la réplique à Terzieff en 2006 dans Mon lit en zinc de David Hare).   

Laurent Terzieff, du visible à l’invisible exposition d'archives et de photographies  au Théâtre du Lucernaire, tous les jours de 14h à 22h (entrée libre), jusqu'au 1er janvier 2012. 
Hommage à Laurent Terzieff : Le Théâtre comme engagement à l'Odéon - Théâtre de l'Europe,  lundi 5 décembre à 20h. Réservation : 01 44 85 40 40.
Mais aussi cycle Laurent Terzieff au cinéma au Lucernaire, exposition de portraits sous les arcades de l'Odéon, soirée au Théâtre National Populaire à Villeurbanne ... Programme détaillé