Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 septembre 2014

Le Vide, essai de cirque / Gehlker, Auffray, Diaz Verbèke / Le Monfort

"C'est quelqu'un qui ne fait que monter et descendre."

34-levide7__fratellini.png

Prenez huit cordes, suspendez- les au plafond. Cela ne fait pas un spectacle ? Si, si vous faites appel à Fragan Gehlker, Alexis Auffray et Maroussia Diaz Verbèke. Le trio présente Le Vide, essai de cirque, un spectacle fascinant, à découvrir au Monfort.

Fragan Gehlker est cordeliste. Entendez par là qu'il monte à la corde et en redescend de mille et une façon qui vous font froid dans le dos et vous soulèvent l'estomac de peur. La prouesse technique est au rendez-vous mais la réussite de ce spectacle va bien au delà.

34-levide5__fratellini.png

La dramaturgie, signée Maroussia Diaz Verbèke (co-fondatrice du collectif Ivan Mosjoukine, déjà admiré au Monfort), fait largement référence au mythe de Sisyphe. Alors Fragan reprend son ascension, inlassablement, faisant face à des événements inattendus (mais chut ! Trop en dire serait vous gâcher le plaisir ...) avec fatalité mais sans jamais baisser les bras. A ses côtés, Alexis Auffray joue du violon et manipule des radio-cassettes délivrant des maximes qui font mouche.

On est fascinés par cette maîtrise du vide et les risques pris, séduits par l'humour de la situation. Au milieu du Monfort transformé en piste aux étoiles, on s'amuse aussi des bouches grandes ouvertes des spectateurs en face (mais on fait probablement la même tête). 50 minutes intenses dont on ressort totalement charmés.

Le Vide, essai de cirque, un spectacle écrit par Fragan Gehlker, Alexis Auffray et Maroussia Diaz Verbèke. Avec Fragan Gehlker et Alexis Auffray. Au Monfort, jusqu'au 11 octobre 2014, du mardi au samedi à 20h30. Réservation au 01 56 08 33 88. Durée : 50 mn

16 janvier 2014

Deux hommes jonglaient dans leur tête / Roland Auzet et Jérôme Thomas / Le Monfort

 deux hommes jonglaient dans leur tête,monfort,roland auzet,jérôme thomas,cirque,jonglage,théâtre,avis,critique,blog,spectacle

Deux hommes jonglaient dans leur tête : voilà un titre à la fois explicite et obscur. Roland Auzet et Jérôme Thomas - les deux hommes en question - s'installent avec leurs instruments étonnants au Monfort.

Ici et là sur la scène, d'élégants objets de bois. Ces machines pourraient être sorties de l'imagination de Léonard de Vinci. Au milieu de cette installation : Jérôme Thomas,jongleur , et Roland Auzet, virtuose de la percussion. Dans une semi-obscurité, vêtus de très chics costumes-cravates et sans échanger un seul mot, les deux hommes enchaînent les démonstrations d'une machine à l'autre. Les percussions impulsent le rythme au jonglage, le jonglage lui-même devient percussion. 

La technique est impressionnante : les deux compères parviennent même à créer des illusions d'optiques tant ils sont rapides. Des miroirs et des lumières magnifiques sont aussi là pour les y aider. Jérôme Thomas nous démontre que l'on peut jongler avec tout - des plumes comme des grelots - et Roland Auzet que tout est musique.

Le spectacle est ainsi autant visuel et sonore. Toutes ses machines en bois produisent du son : dans leurs entrailles, des tringles métalliques, des carillons ... leur corps sert de caisse de résonance. On peut être fascinés en voyant cela mais il s’exhale aussi de la scène une certaine tension et la frénésie des deux hommes vire un peu à la cacophonie: des sons de toute part qui en deviennent assourdissants lorsque, comme pris de folie, ils animent toute cette machinerie en même temps.  

Deux hommes jonglaient dans leur tête, conception et interprétation Roland Auzet et Jérôme Thomas. Au Monfort Théâtre, jusqu'au 1er février 2014, du mardi au samedi à 20h45, le jeudi 23 janvier à 14h30. Réservations au 01 56 08 33 88.  Durée : 1h. 

23 septembre 2013

Acrobates de Stéphane Ricordel et Olivier Meyrou / Le Monfort Théâtre

Au printemps dernier, j'ai été très émue par Acrobates présenté au Théâtre Silvia Monfort. Le spectacle y est repris du 24 septembre au 19 octobre 2013. Ode à la vie, l'amitié, le souvenir, cette création de Stéphane Ricordel (mise en scène) et Olivier Meyrou (dramaturgie) allie vidéos et acrobaties. Voici l'article que j'avais écrit après avoir vu ce spectacle. 

acr1.jpg

Au coeur du projet, il y a Fabrice Champion. Membre de la compagnie les Arts Sauts, le trapéziste est devenu tétraplégique en 2004 à la suite d'un accident en répétition. Olivier Meyrou a fait de sa rééducation un documentaire intitulé Acrobate (au singulier cette fois).  De larges extraits de cette oeuvre émaillent la spectacle. On y voit Fabrice tenter de donner un nouveau sens à sa vie, de rester acrobate malgré tout, aidé de ses amis Alexandre Fournier et Matias Pilet. Fabrice est décédé depuis... Alexandre et Fabrice sont toujours acrobates. C'est l'essence même de leur vie. Sur la scène, ils expriment par leurs mouvements leurs émotions face à cette épreuve.

 

Le metteur en scène du spectacle, Stéphane Ricordel (par ailleurs co-directeur du Monfort) a bien connu Fabrice Champion puisqu'il est l'un des fondateurs des Arts Sauts avec Laurence de Magalhaes (l'autre co-directrice du Monfort). L'amitié est ainsi le thème central du spectacle. L'amitié au delà du deuil et l'amitié entre ceux qui restent. Et plus largement la notion d'entraide et de confiance, primordiale dans l'acrobatie. Se soutenir, tendre la main, compter sur l'autre : dans ce domaine, ces expressions courantes prennent une autre dimension. 

L'histoire de Fabrice nous est présentée avec pudeur, à mots couverts. Extraits visuels ou juste sonores tandis qu'Alexandre et Mathias évoluent sur le plateau. Par leurs gestes, ils illustrent la souffrance de perdre le contrôle de son corps lorsque l'on est acrobate. Ils exprimeront aussi la douleur face à la mort puis l'élan vital qui demeure le plus fort. On passe aussi de l'ombre à la lumière.

acrobates,monfort,stephane ricordel,olivier meyrou,alexandre fournier,matias pilet,fabrice champion,theatre,cirque,critique,avis

La grâce et la fluidité de leurs mouvements  nous font  perdre de vue les exploits physiques qu'ils mettent en oeuvre pour défier la gravité. Ce ne sont pas des gymnastes qui sont sous nos yeux mais des artistes qui véhiculent des émotions. La scénographie contribue aussi à faire de ce spectacle un hymne à la vie : la nature est sans cesse célébrée sur les écrans sur lesquels les acrobates évoluent.  

En un mot, un spectacle magnifique qui nous saisit aux tripes, nous laisse à la fois chamboulés et éblouis par ce que les gestes de ces acrobates arrivent à transmettre au delà des mots.  

Acrobates, mise en scène Stéphane Ricordel, dramaturgie et film Olivier Meyrou. Avec Alexandre Fournier et Matias Pilet. Au Monfort Théâtre  du 24 septembre au 19 octobre 2013. Réservations : 01 56 08 33 88.
Durée : 1h15 

En tournée :
les 9 & 10 janvier 2014 au Théâtre La Passerelle/Scène Nationale des Alpes du Sud à Gap,
du 13 au 19 janvier 2014 au Cirque-Théâtre d’Elbeuf