Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 septembre 2014

Cet Enfant / Joël Pommerat / Théâtre des Bouffes du Nord

"Ne me fais pas dire ce que j'ai sur le cœur,
s'il te plait !"

Cet enfant@Fredkhin.JPG
Photo : Fredkhin

«Toutes les familles heureuses se ressemblent ; mais chaque famille malheureuse l'est à sa façon» expliquait Tolstoï en prélude à Anna Karenine ... Une maxime qui convient aussi à Cet enfant de Joël Pommerat actuellement présentée aux Bouffes du Nord.

La pièce est le produit d'une demande de la CAF du Calvados faite au dramaturge et metteur en scène : recueillir la parole de parents et présenter le fruit de cette collecte dans des centres sociaux. Mais Pommerat est allé au delà de ce simple travail pour créer, en 2006, une œuvre bouleversante sur la famille, la parentalité.

Cet enfant@RS.jpg
Photo : RS

Dix courtes scènes, totalement indépendantes, se succèdent. Les personnages n'ont souvent pas de noms, aucune autre identité que leur filiation. Filiation difficile et conflictuelle la plupart du temps. Les mots sont violents, crachés sur le plateau. Profession de foi d'une femme enceinte, mal-aimée dans son enfance, qui tient dans ce nouveau rôle sa revanche sur la vie ; dialogue entre un père usé par le travail, la maladie et son fils, adolescent pré-délinquant ; angoisse d'un enfant face à une mère dépressive ... Autant de situations oppressantes que Pommerat et ses comédiens parviennent à sublimer.

Sur scène, tout se joue en clair obscur. Pas de décor, seuls les mots, les postures comptent. En arrière plan, comme une ombre derrière un drap, un orchestre rock ponctue les changement de scène. Dépouillement à son maximum pour saisir encore plus le spectateur. On est à bout de souffle, presque en souffrance, devant tant de malheur ...

Cet enfant de Joël Pommerat. Avec Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Lionel Codino, Ruth Olaizola, Jean-Claude Perrin et Marie Piemontese. Au Théâtre des Bouffes du Nord, jusqu'au 27 septembre 2014, du mardi au samedi à 20h30, matinée le samedi à 16h.
Durée : 1h10. Réservations au 01 46 07 34 50 

14 octobre 2013

La Grande et fabuleuse histoire du commerce de Joël Pommerat / Théâtre des Bouffes du Nord

Malgré son titre cette Grande et Fabuleuse histoire du commerce n'a rien d'une anthologie d'économie .... juste une plongée hyper-réaliste dans le monde des représentants de commerce signée Joël Pommerat. La pièce, au contenu quasi philosophique, est à voir au Théâtre des Bouffes du Nord jusqu'au 16 novembre 2013.

La grande et...@Elizabeth Carecchio HD (1).jpg
Photo : Elizabeth Carecchio

Une chambre d'hôtel des années 60. Quatre représentants de commerce accueillent dans leur équipe un petit nouveau. Les aînés prennent sous leur aile ce débutant pas vraiment doué pour la vente. Avec patience, soir après soir, ils vont lui apprendre les ficelles du métier, rectifier ses erreurs. Difficile de faire chaque jour du porte à porte, de tenir les objectifs  de vente, loin de leur famille la semaine durant ... La solidarité est au cœur de cette équipe.

Un changement de mobilier et nous voilà dans une autre chambre d'hôtel, dans les années 2000 cette fois. Quatre représentants de commerce, encore, mais cette fois, ce sont eux les nouveaux. Ces quadra-quinqua sont là  pour faire leurs preuves sous les yeux d'un jeune loup, manager faussement gentil. La solidarité ? L'esprit d'équipe ? Tout cela a bien évolué ... 

 

La Grande et ...74@Elizabeth Carecchio HD.jpg
Photo : Elizabeth Carecchio

La place du commerce au sein de notre société est bien sûr au cœur de ce récit mais, au travers de ces deux situations, à trente ans d'écart, Joël Pommerat met surtout en évidence l'évolution des rapports au sein de l'entreprise, voire des rapports humains en général. Notre société est certes moins guindée - il faut mettre du fun dans toutes nos actions -  mais l'individualisme et la déshumanisation prévalent. Une démonstration implacable qui utilise la preuve par l'exemple. Le constat fait froid dans le dos et l'on reste un peu sans voix. Bravo !

La Grande et fabuleuse histoire du commerce, texte et mise en scène Joël Pommerat / Compagnie Louis Brouillard. Avec Eric Forterre, Ludovic Molière, Hervé Blanc, Jean-Claude Perrin, Patrick Bébi. Aux Théâtre des Bouffes du Nord, à 20H30 du mardi au samedi, matinée le samedi à 15H30, jusqu'au 16 novembre 2013. Réservations : 01 46 07 34 50. Durée 1h20.

18 avril 2013

Le Petit Chaperon rouge revu par Joël Pommerat : reprise à la Maison des Métallos

"Les fourmis adorent qu'on leur raconte des histoires."

11-05PCR57 - Le petit chaperon rouge@Elisabeth Carecchio HD.jpg
Photos : Elisabeth Carecchio

Voilà déjà huit ans que Joël Pommerat a créé ce Petit Chaperon rouge. Un spectacle pour enfants (mais pas seulement), repris pour quelques semaines à la Maison des Métallos, à Paris. 

La pièce s'inspire bien sûr du conte mais Pommerat a un peu recentré le noeud de l'histoire. Plus que la peur du loup, c'est la solitude qui est au coeur de l'intrigue. La solitude de la petite fille, sans frère ni soeur et délaissée par une maman qui travaille trop ; la solitude de la grand-mère "qui est très vieille comme le sont souvent les vieux maintenant". 

le petit chaperon rouge,joël pommerat,rodolphe martin,murielle martinelli,isabelle rivoal,maison des métallos,theatre,critique,blogLa scénographie est épurée au maximum. Le plateau est vide mais les lumières ont été travaillées avec finesse. De petites touches d'éclairage, venues d'on ne sait où, qui mettent en valeur une partie ou l'autre de la scène.

Les effets sonores sont aussi très aboutis, comme le bruit des talons hauts de la maman. Cliquettis frénétiques pour mettre en avant le côté pressé du personnage. Pourtant, sur scène, la comédienne, hissée sur la pointe des pieds, ne porte pas de chaussures.   Les grognements du loup sont également très réalistes. Dans  le noir total la bête dévore ses proies et lorsque la lumière revient, on s'attend à découvrir un réel carnage !

La maman (et le loup) c'est Isabelle Rivoal. La comédienne est aussi danseuse et ce talent est pleinement exploité ici. Murielle Martinelli fait le grand écart entre la petite-fille et la grand-mère. Enfin, Rodolphe Martin  nous narre l'histoire. C'est à lui que revient la plus grande part du texte : les dialogues sont rares et une grande place est laissée aux mimiques et à la gestuelle.

La durée très courte de la pièce permet aux plus jeunes de ne pas décrocher. Les finesses dans le texte séduiront les plus grands. Alors si vous n'avez pas d'enfant, il ne vous reste plus qu'à emprunter ceux de vos voisins ... et si vous décidez d'y aller seul, promis on ne se moquera pas ! 

Le Petit Chaperon Rouge, création théâtrale de Joël Pommerat d’après le conte populaire. Avec Rodolphe Martin, Murielle Martinelli, Isabelle Rivoal. A la Maison des Métallos (Paris 11e) jusqu'au 5 mai 2013, mardi, jeudi et vendredi à 20 heures, mercredi et jeudi à 14h30, samedi 19 h et dimanche 16 heures (relâches le mardi 30 avril et le mercredi 1er mai 2013). Réservations : 01 47 00 25 20.
Tous publics à partir de 6 ans. Durée 45 min