Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2015

"Anna Christie" de Eugène O'Neill / Jean-Louis Martinelli / Théâtre de l'Atelier

anna christie,eugene o'neill,theatre de l'atelier,jean-louis martinelli,mélanie thierry,stanley weber,féodor atkine,charlotte maury-sentier,theatre,critique,avis,blogPrès d'un an après son départ du théâtre des Amandiers à Nanterre - théâtre dont il assurait la direction depuis plus de dix années - Jean-Louis Martinelli signe au Théâtre de l'Atelier la mise en scène d'Anna Christie d'Eugène O'Neill. Une pièce magnifique s'appuyant sur un texte poignant (brillamment adapté par Jean-Claude Carrière) et une distribution parfaite.

L'histoire se déroule dans les années 20. Anna Christie est une jeune fille en perdition. Après la mort de sa mère, son père, marin au long cours, l'a confiée à des cousins fermiers. Cela fait 15 ans qu'il ne l'a vue et ignore la réalité de sa vie. La jeune femme a quitté la ferme, tenté de survivre par ses propres moyens, est tombée dans la prostitution. Au bord du précipice, elle vient trouver refuge auprès du vieux loup de mer qui l'embarque sur son charbonnier. Une nouvelle vie débute pour Anna jusqu'au jour où monte à bord Matt Burke, un marin irlandais, victime d'un naufrage. Le jeune homme tombe vite sous le charme d'Anna et lui fait la cour, sous le regard désapprobateur du père. Anna elle, voudrait trouver dans cet amour une rédemption mais ne peut se résoudre à raconter aux deux hommes son passé.

Immortalisée sur grand écran par Greta Garbo - ce fut d'ailleurs son premier rôle parlant - Anna Christie est ici merveilleusement incarnée par Mélanie Thierry. Une jeune femme, fragile et forte à la fois, personnage complexe et attachant au discours féministe. Face à elle, deux hommes charismatiques : Stanley Weber (Matt Burk), géant au regard d'acier qui se fait tout petit devant cette poupée qu'il pourrait pourtant briser d'une seule main, et Feodor Atkine (Chris Christofferson, le père d'Anna), parfait dans le rôle du marin bourru. N'oublions pas dans cette distribution Charlotte Maury-Sentier, tenancière au grand coeur qui sera la confidente du père puis de la fille dans les scènes de présentation.

Jean-Louis Martinelli propose une mise en scène très sobre. Un décor à peine esquissé, des nappes de brouillard pour nous entrainer en mer avec les personnages : cette épure sert au mieux le texte et l'interprétation, faisant de cette Anna Christie un spectacle que l'on vous recommande sans aucune réserve.

Anna Christie de Eugène O'Neill, adaptation Jean-Claude Carrière, mise en scène Jean-Louis Martinelli. Avec Mélanie Thierry, Stanley Weber, Féodor Atkine, Charlotte Maury-Sentier. Au Théâtre de l'Atelier, du mardi au samedi à 21h, matinées le samedi à 16h30, le dimanche à 15h30. Réservations au 01 46 06 49 24. Durée : 1H40.

18 janvier 2012

Au Théâtre des Amandiers, reprise de "Une maison de poupée" avec Marina Foïs

Il y a deux saisons, la pièce avait été un vrai succès. Sur la scène du Théâtre des Amandiers, à Nanterre, avant une tournée, Marina Foïs et Alain Fromager sont à nouveau réunis pour cette Maison de Poupée, mise en scène par Jean-Louis Martinelli.

Le metteur en scène est aussi le directeur de ce théâtre. Voici un portrait de Jean-Louis Martinelli, réalisé à l'occasion de la reprise de la pièce d'Ibsen et diffusé sur France 3 Ile-de-France (Rédaction : Pascale Sorgues, Images : Audrey Natalizi, Son : Régis Saint-Estève, Montage : Sandra Sonder).

 


Pour ceux qui avait vu la pièce mise en scène par Michel Fau au Théâtre de la Madeleine (avec Audrey Tautou), voici une version fort différente. 

Chez Martinelli, la scénographie est plus moderne, le décor composé de meubles au design nordique, le plateau immense. Une modernité que l'on retrouve aussi dans les costumes. Là où Tautou était corsetée et entravée dans ses soieries et rubans, Marina Foïs évolue plus librement dans une robe courte et dépouillée. Alors forcément, on ressent un peu moins l'oppression, le poids des conventions qui pèsent sur Nora, l'héroïne de ce drame.  Mais finalement, les barrières qui entravent notre liberté sont souvent uniquement dans notre tête. C'est peut-être ce que Jean-louis Martinelli voulait nous montrer.

Une maison de poupée de Henrik Ibsen (Texte français Jean-Louis Martinelli, Grégoire Œstermann et Amélie Wendling), mise en scène Jean-Louis Martinelli. Avec Bénédicte Cerutti, Marina Foïs, Alain Fromager, Laurent Grévill, Grégoire Œstermann et Martine Vandeville. Au Théâtre des Amandiers à Nanterre, jusqu'au 22 janvier 2012 puis en tournée. Réservations au : 01.46.14.70.00