Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mai 2012

"Le Dindon" de Feydeau au Théâtre Edouard VII : du sur-mesure pour la télé

"Mon Dieu, monsieur le Major,
c'est que je vais vous dire,
si c'est par curiosité, ça va bien ..."

le didon,feydeau,théâtre edouard vii,france 2,françois berléand,florence pernelle,françois vincentelli,lorànt deutschLa distribution est prestigieuse et les comédiens tous connus du grand public. En découvrant ce spectacle au Théâtre Edouard VII samedi soir, on comprend vite que tout a été conçu en vue d'une retransmission télévisuelle.

Six représentations seulement avant le grand soir du direct mais aussi - outre la distribution - une mise en scène et des costumes aux couleurs vives   parfaitement adaptés au petit écran.. On sent même que les apartés ont été soigneusement travaillés - regard vers la caméra - et l'on devine à quel moment sont prévus les gros plans.

Au delà de cet aspect que dire de la pièce ? On avait déjà trouvé un peu classique, voire trop conventionnelle, la mise en scène de Bernard Murat pour Quadrille, dans ce même Théâtre Edouard VII. On pourrait faire la même critique pour cette version du Dindon. Idem pour les décors, tout autant empesés (encore des dorures !).

Un peu déçue donc par cette soirée ... d'autant qu'il y a quelques mois je fus éblouie par un autre Dindon : celui proposé par Philippe Adrien au Théâtre de la Tempête. Plus rythmé, plus enlevé, plus créatif ... Des comédiens, certes, moins "bankable" mais quel brio dans l'interprétation !

Il y a quelques bonnes surprises tout de même dans la pièce que les téléspectateurs de France 2 pourront découvrir demain, mardi 22 mai. Alex Lutz, notamment, dans le (petit) rôle du garçon d'étage nous livre un numéro comique fabuleux. Et puis il y a Lorànt Deutsch, toujours génial sur scène, campant ici un Rédillon au brushing démentiel.

La soirée proposée par France 2 vaudra tout de même le coup d'oeil à mon avis. Du théâtre à la télé c'est toujours louable et financièrement très abordable pour le spectateur. Et pour la chaîne aussi ! Au fil d'un article, j'ai découvert qu'une telle opération, malgré les comédiens retenus, revient beaucoup moins cher que la production d'un téléfilm. Reste à savoir si l'audience sera au rendez-vous.

Le Dindon de Feydeau, mise en scène de Bernard Murat, réalisation d'Emmanuel Murat. Avec François Berléand, Valérie Benguigui, Philippe Brigaud, Urbain Candelier, Fabienne Chaudat, Audrey Dana, Lorànt Deutsch, Constance Dollé, Julie Farenc, Laurent Gamelon, Alex Lutz, Florence Pernel, Michaël Rozen, Laurent Spielvogel et François Vincentelli. Au Théâtre Edouard VII (jusqu'au 22 mai 2012) et sur France 2, le 22 mai 2012 à 21h.
La pièce pourrait être reprise pour une centaine de représentations la saison prochaine.

18 décembre 2011

"Quadrille" de Guitry au Théâtre Edouard VII : simplement divertissant ... et c'est déjà pas mal !

Quadrille2.jpg

"Faut bien rire un peu
tout de même"

Que dire de ce Quadrille proposé en ce moment au Théâtre Edouard VII ? Que vous passerez un agréable moment, assez divertissant, sans pour autant en ressortir en vous disant qu'il s'agit là d'une expérience théâtrale hors du commun ...

Un patron de presse, en couple depuis six ans avec une actrice, s'apprête à la demander en mariage. Mais voilà, la belle tombe sous le charme d'un acteur américain de passage. Voilà pour l'essentiel de l'intrigue.

Le texte de Guitry est drôle et mordant, bien sûr, mais la mise en scène de Bernard Murat reste très conventionnelle, dans un décor un peu empesé (bon OK, c'est Noël, mais de là à  mettre des dorures partout !).

Heureusement, l'interprétation est plutôt bonne. A commencer par François Berléand, quittant ici un peu le côté bourru qu'on lui a beaucoup vu au cinéma. En concubin trompé, il arrive à nous toucher par son humour un peu désabusé mais sans cynisme. Florence Pernel, douceur et bon sens incarnés dans le rôle de la meilleure amie confidente, et François Vincentelli, bellâtre à l'accent italien, tiennent parfaitement leur rôle. Mais c'est Pascale Arbillot qui brille le plus. De la scène où, dans les bras de son nouvel amant, elle tente difficilement de passer un coup de téléphone, à sa crise de larmes devant Berléand - larmes non pas de remords mais de chagrin car le bel acteur est parti - elle nous fait hurler de rire.

Quadrille de Sacha Guitry, mise en scène de Bernard Murat. Avec François Berléand, Pascale Arbillot, Florence Pernel, François Vincentelli, Julie Farenc,
Michaël Rozen et Yves Le Moign'. Au Théâtre Edouard VII. Réservations : 01 47 42 59 92.