Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 juillet 2015

Richard III de Shakespeare / Thomas Ostermeier / Festival d'Avignon

 

"Mein Königreich für ein Pferd"

C'était une des pièces les plus attendues du Festival d'Avignon cette année. La preuve en est : dix minutes après l'ouverture de la billetterie, l'ensemble des places pour les onze représentations étaient vendues ! Et les chanceux qui parvinrent à décrocher un billet ne furent pas déçus. La preuve en est : cette ovation "public debout" pour Thomas Ostermeier et ce Richard III de Shakespeare interprété de façon époustouflante par Lars Eidinger.

 richard iii,shakespeare,thomas ostermeier,festival d'avignon,in
Photo : Arno Declair

Comme à l'accoutumée, Ostermeier - dont on a ici vanté si souvent le talent - propose une mise en scène énergique. La pièce s'ouvre dans un nuage de cotillons, au son assourdissant d'une batterie. Le décor : une usine désaffectée au sol recouvert de sable. Peut-être pour mieux absorber le sang versé par le machiavélique Richard ? Au milieu de la scène pend un micro, dans lequel celui-ci viendra nous susurrer ses confidences.

Mais le metteur en scène ne se contente pas de ces artifices scénographiques, il dirige aussi merveilleusement ses comédiens, ceux de la Schaubühne de Berlin dont il est le directeur. Lars Eidinger, enlaidi et recroquevillé, réussit le tour de force d'incarner un Richard III à la fois répugnant et séduisant. Deux heures quarante durant, le tyran joue la proximité avec le public, cherchant à tout moment notre acquiescement et faisant de nous ses complices. Et il a de l'humour ce Richard, allant même jusqu'à réveiller un spectateur assoupi au premier rang. 

 richard iii,shakespeare,thomas ostermeier,festival d'avignon,in
Photo : Arno Declair

Le spectacle est en allemand, précisons-le. Thomas Ostermeier a fait le choix d'une nouvelle traduction de l'oeuvre de Shakespeare - traduction confiée à Marius von Mayenburg - en prose plutôt qu'en vers "pour mieux pénétrer la psychologie des personnages" explique-t-il. Le sur-titrage en français découle de cette traduction allemande et non du texte anglais original. Quelques passages mythiques ont cependant été conservés dans la langue originale à notre plus grand plaisir. 

La pièce est une réussite d'un bout à l'autre. Une expérience théâtrale de laquelle on ressort émerveillés et sonnés. Notez  que la pièce sera diffusée sur Arte le 13 juillet 2015 à 22h45. A voir et à enregistrer ! 

Richard III de William Shakespeare, traduction Marius von Mayenburg, mise en scène Thomas Ostermeier. Avec Thomas Bading, Robert Beyer, Lars Eidinger, Christoph Gawenda, Moritz Gottwald, Jenny Köning, Laurenz Laufenberg, Eva Meckbach, Sebastian Schwartz et le batteur Thomas Witte. Festival d'Avignon, Opéra Théâtre, jusqu'au 18 juillet 2015 (relâche les 10 et 15 juillet). Durée 2h30.
COMPLET

20 juillet 2014

Avignon Off : Les Fables de La Fontaine / William Mesguich / Théâtre de La Luna

"La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir" 

les fables de la fontaine,william mesguich,mathias maréchal,arnaud maillard,david nathanson,rebecca stella,marie fremont,théâtre de la luna,festival d'avignon,avignon off,avis,critique,blogUne énième version des Fables me direz vous ? Oui mais celle-ci, accessible aux enfants dès 6 ans, vaut le détour. La mise en scène signée William Mesguich est pleine de fantaisie. A voir durant le festival d'Avignon au Théâtre de la Luna.

On retrouve La Fontaine en pleine séance d'écriture. Le roi Soleil vient de lui passer commande - par téléphone ! - d'un spectacle. Pris part le temps, La Fontaine se met donc à l'ouvrage et les animaux stars de ses fables prennent vie sous nos yeux : le lièvre, la tortue, le coq, l’âne ...

Un humour décalé, basé sur l'anachronisme, et un répertoire musical contemporain raviront autant les parents que les enfants. La cigale se métamorphose ainsi en Dalida pour qu'on la "laisse chanter" et le rap s'invite dans le bestiaire de La Fontaine. Le texte de chaque fable est cependant respecté à la lettre.

William Mesguich en La Fontaine est entouré de deux comédiens au talent comique indéniable. Les costumes contribuent eux aussi à la qualité de ce spectacle. Le format calibré pour les enfants - 50 minutes - aura probablement pour les plus grands un goût de trop peu. On avait beaucoup aimé l'adaptation des Mystères de Paris par ce jeune metteur en scène : William Mesguich confirme avec ce spectacle tout le bien que l'on pensait de lui ! 

Les Fables de La Fontaine, mise en scène de William Mesguich​. Avec, en alternance William Mesguich, Mathias Maréchal, Arnaud Maillard, David Nathanson, Rebecca Stella et Marie Frémont. A Théâtre de La Luna à Avignon, jusqu'au 27 juillet 2014, tous les jours à 16h00. A partir de 6 ans. Durée 50 mn.
Réservations au 04 90 86 96 28. 

15 juillet 2014

Regardez mais ne touchez pas ! de Théophile Gautier / Jean-Claude Penchenat / Théâtre du Ranelagh

 "Le Cid campeador n'aurait pas mieux fait."

 Final-LaurentEmmanuel.jpg

Regardez mais ne touchez pas ! est une pièce relativement méconnue de Théophile Gautier, l'auteur du Capitaine Fracasse. Et pour cause : elle n'avait plus été jouée depuis sa création en 1847. Le metteur en scène Jean-Claude Penchenat fait de ce mélodrame aux couleurs hispaniques un spectacle fort drôle. Après le festival d'Avignon cet été, la pièce est présentée au Théâtre du Ranelagh à Paris. 

Celle qu'il faut regarder mais surtout ne jamais toucher, c'est la reine d'Espagne. Si l'on contrevient à la règle, la sanction est sans appel : la mort. Alors lorsque le cheval de la souveraine s'emballe, les sauveteurs ne se bousculent pas. Un jeune homme se précipitera tout de même au secours de la dame en détresse avant de prendre la fuite. Mais lorsque la belle suivante de la reine promet sa main à ce sauveur inconnu, elle attise la convoitise du roublard Don Melchior, bien étranger à l'affaire. Le chevaleresque Don Gaspard, véritable sauveur, aura fort à faire pour démasquer l'imposteur.

GasparBeatrix-LaurentEmmanuel.png

La romance est bien sirupeuse, les sentiments chevaleresques poussés à leur maximum mais tout ici est interprété au second degré. Le mélodrame vire alors à la comédie. D'autant que c'est une Espagne de carte postale qui nous est présentée. En cela aussi la mise en scène en rajoute des tonnes, à grand renfort de capes qui virevoltent, de coup de talons façons flamenco et de mouvements d'éventails. 

Ce spectacle décalé et burlesque met fort habilement en valeur un texte qui pourrait paraître un brin suranné. Au final, on rit beaucoup. A voir donc !

Regardez mais ne touchez pas ! de Théophile Gautier, mise en scène de Jean-Claude Penchenat. Avec Alexis Perret, Damien Roussineau, Paul Marchadier, Samuel Bonnafil, Flore Gandiol, Jeanne Gogny ou Chloé Donn, Sarah Bensoussan ou Judith Margolin. Du 12 septembre au 31 décembre 2014, au Théâtre du Ranelagh Durée : 1h25