Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 septembre 2013

Macbeth de Shakespeare / Laurent Pelly / Théâtre des Amandiers (Nanterre)

"C'est un glas qui t’appelle au ciel ou en enfer"

L'affiche toulousaine nous avait fait saliver : Macbeth de Shakespeare, mis en scène par Laurent Pelly avec dans le rôle titre Thierry Hancisse, accompagné de Marie-Sophie Ferdane et Emmanuel Daumas. Le déplacement dans la ville rose ne fut finalement pas nécessaire : le spectacle est programmé au Théâtre des Amandiers à Nanterre jusqu'au 13 octobre 2013.

Pelly, Hancisse, Ferdane ... le trio a déjà collaboré pour l'Opéra de quat'sous à la Comédie-Française. Le metteur en scène toulousain a cette fois entraînés les deux comédiens loin de la maison de Molière. Et cette distribution est un coup de maître. Si l'on ne doutait pas un seul instant du talent de Thierry Hancisse, Marie-Sophie Ferdane, dans le rôle exigent de Lady Macbeth (l'un des plus durs du répertoire disent les anglo-saxons) se révèle comme une grande comédienne, passant de la détermination froide à la folie. 

Choix de costumes contemporains pour cette intrigue qui se déroule, rappelons-le, au XIe siècle. Macbeth, guerrier triomphant, est le thane - comprenez le seigneur - de Glamis. De retour du combat, il rencontre trois sorcières qui l'interpellent sous le titre de thane de Cawdor et de roi. Or, quelques instants plus tard, il se voit effectivement récompensé de ses efforts au combat par le titre de thane de Cawdor ... Il n'aura de cesse alors que de faire se réaliser le reste de la prophétie, poussé en cela par son épouse, l'impitoyable Lady Macbeth.

La soif du pouvoir et la folie qui en découle : les thèmes centraux de cette pièce se retrouvent dans la scénographie. Un trône bien trop grand, des murs qui se déplacent au fil des scènes comme un labyrinthe ... Les lumières sont extrêmement travaillées, jouant souvent le contre-jour et transformant ainsi les comédiens en ombres sur l'avant-scène. C'est graphiquement très beau mais aussi très oppressant. Au loin, le tonnerre gronde. 

Pas toujours évident de maintenir le public en haleine pendant 3h20. Laurent Pelly réussit à nous captiver jusqu'au bout faisant presque de cette histoire un thriller. Hypnotisant.

Macbeth de William Shakespeare, mise en scène, scénographie et costumes Laurent Pelly. Avec Thierry Hancisse de la Comédie-Française, Marie-Sophie Ferdane, Pierre Aussedat, Emmanuel Daumas, Rémi Gibier, Benjamin Hubert, Eddy Letexier, Régis Lux, Laurent Meininger, Ronan Rivière, Fabienne Rocaboy, Jean-Benoît Terral,Damien Vigouroux. Au Théâtre Nanterre-Amandiers, jusqu'au 13 octobre 2013, du mardi au samedi à 20h, le jeudi à 19h30 et le dimanche à 15h30 (relâche lundi). Réservations au 01 46 14 70 00 

07 septembre 2013

Anna / Emmanuel Daumas / Théâtre du Rond Point

C'est une des pièces les plus attendues de cette rentrée théâtrale : au Rond-Point, Emmanuel Daumas met en scène Anna. La pièce est une adaptation d'un téléfilm réalisé en 1967 par Pierre Koralnik, téléfilm musical dont les chansons sont signées Gainsbourg. Et même sans l'avoir vu, on connait forcément la ritournelle interprêté par Anna Karina "Sous le soleil exactement".

Sur la scène du Rond-Point, Cécile de France et Grégoire Monsaingeon reprennent les rôles de Karina et Brialy. L'histoire est celle d'un photographe, tombé amoureux d'une fille dont il n'a aperçu que le regard sur une photographie. Une fille qu'il cherche éperdument dans toute la ville sans se rendre compte qu'il s'agit d'une de ses collaboratrice.

Jeudi dernier, pour la première, j'étais dans la salle avec ma caméra pour un reportage pour France 3 Ile-de-France : 

Beaucoup de critiques, faisant un parallèle avec le téléfilm, ont trouvé des imperfections dans cette pièce. Pour ma part,  ne connaissant pas la version 1967, j'ai apprécié cette adaptation.

L'esthétique sixties a laissé un peu la place à l'univers high-tech, un brin aseptisé, des entreprises branchouilles. Emmanuel Daumas - à qui l'on doit la géniale adaptation de Candide à la Comédie-Française - a su utiliser la vidéo de façon très intelligente, notamment pour illustrer la quête effrénée du héros à travers Paris. Cécile de France se lâche totalement dans ce rôle. On appréciera aussi le duo des top model (Florence Pelly et Crystal Sheperd-Cross) qui apportent une touche d'humour dans le spectacle. Ajoutez à cela une bande-son sixties légèrement réorchestrée et vous avez les ingrédients qui rendent une soirée agréable à souhait.

Anna, paroles et musique Serge Gainsbourg, adaptation et mise en scène Emmanuel Daumas, d’après le film éponyme (réalisation et scénario Pierre Koralnik, collaboration au scénario Jean-Loup Dabadie). Avec Cécile de France, Gaël Leveugle, Grégoire Monsaingeon, Florence Pelly, Crystal Shepherd-Cross.

Au Théâtre du Rond-Point, jusqu'au 6 octobre 2013 à 21h, dimanche à  18h30 – relâche les lundis et le mardi 10 septembre 2013. Réservations au 01 44 95 98 21.

En tournée ensuite :
8 et 9 octobre 2013 Théâtre du Vellein, Villefontaine (38)
11 octobre 2013 L’Avant Seine, Colombes (92)
12 et 13 octobre 2013 La Ferme du Buisson, Noisiel (77)
15 et 16 octobre 2013 Nouveau Théâtre d’Angers (49)
18 et 19 octobre 2013 Théâtre de la Liberté, Toulon (83)
7 novembre 2013 Théâtre La Comète, Châlons-en-Champagne (51)
9 et 10 novembre 2013 Théâtre de la Ville de Luxembourg (Luxembourg)
13 - 17 novembre 2013 Théâtre communautaire d’Antibes (06)
21 - 23 novembre 2013 Théâtre de Liège (Belgique)
26 - 30 novembre 2013 Théâtre de Namur (Belgique)
3 et 4 décembre 2013 Théâtre de Charleroi (Belgique)
6 décembre 2013 Théâtre municipal de Roanne (42)
10 - 14 décembre 2013 La Comédie de Saint-Étienne (42)
17 et 18 décembre 2013 Le Colisée de Roubaix (59)
20 décembre 2013 Le Moulin du Roc, Niort (79)
21 et 22 décembre 2013 Le Grand R, La Roche-sur-Yon (85)
8 - 11 janvier 2014 Théâtre National de Toulouse (31)
14 - 19 janvier 2014 Grand Théâtre d’Aix-en-Provence (13)
22 et 23 janvier 2014 Théâtre de Sète (34)

22 janvier 2013

Candide de Voltaire / Emmanuel Daumas / Studio-Théâtre de la Comédie-Française

"Tout est pour le mieux ..."

candide,voltaire,emmanuel daumas,comedie-française,studio-theatre,claude mathieu,laurent stocker,julie sicard,serge bagdassarian,laurent lafitteBon OK, je ne me suis pas trop creusé la tête pour trouver la citation à mettre en exergue pour ce spectacle. Mais tout est réellement pour le mieux dans cette adaptation de Candide de Voltaire au Studio-Théâtre de la Comédie-Française. Seul hic :  si vous n'avez pas déjà acheté des places, et bien c'est foutu! Les représentations débutent à peine mais c'est déjà archi-complet jusqu'à la dernière. 

Candide, c'est un voyage initiatique qui entraine le jeune héros un peu naïf aux quatre coins du monde, de la Westaphalie où il naquit à Constantinople en passant par Lisbonne et Buenos-Aires. Partout le héros découvre la cruauté des hommes, mettant ainsi en doute la doctrine philosophique de son précepteur Pangloss selon qui "tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles". Les scènes de carnages sont nombreuses dans l'ouvrage. Comment, dès lors, mettre cela en scène ?

Emmanuel Daumas - que l'on avait vu en tant que comédien dans le magnifique spectacle 1000 francs de récompense - a opté pour un lieu unique assez surprenant. Toute l'action se déroule dans un luxueux salon de thé. Entre les passe-plats, les charriots à patisseries et les poufs moelleux, cinq personnages très élégants (du moins au départ!) racontent et incarnent ce récit.

Voici donc Candide alias Laurent Stocker recevant 30 coups de baton - ou plutôt de tige d'arum - après avoir été enrolé dans l'armée bulgare puis tuant avec une pelle à tarte le vieux juif qui séquestrait la belle Cunégonde (Julie Sicard). Laurent Lafitte dévoile tous ces talents comiques, passant aisément d'un personnage à un autre, contre-faisant différents accents. Claude Mathieu et Serge Bagdassarian complètent cette belle distribution. 

C'est inventif et fort drôle ... Un peu trop peut-être. La dimension dramatique de l'oeuvre a tendance à s'effacer. On rit de tout, même lorsque la vieille raconte son histoire, succession de kidnapping, viols et autres maltraitance. Mais que retient-on du message philosophique de Voltaire ? On est tout de même tenté de dire que le côté distrayant de la pièce en fait un spectacle réussi. 

Candide de Voltaire, adaptation et mise en scène d'Emmanuel Daumas. Avec Claude Mathieu, Laurent Stocker, Julie Sicard,Serge Bagdassarian et Laurent Lafitte. Au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, jusqu'au 3 mars 2013.