Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 septembre 2012

Dom Juan ou le festin de pierre de Molière / Jean-Pierre Vincent / Comédie-Française

"Je ne puis refuser mon coeur
à tout ce que je vois d'aimable" 

(article mis à jour le 8 novembre 2013)


dom juan, moliere, comédie-française, théâtre éphémère, jean-pierre vincent, loic corbery, serge bagdassarian, suliane brahimReprise de Dom Juan de Molière à la Comédie-Française jusqu'au 9 février 2014, Salle Richelieu. 

"Pas d'actualisation" ni de "révérence historique" explique Jean-Pierre Vincent, metteur en scène de la pièce et ancien administrateur de la maison de Molière. A nous de trouver librement une raisonnance contemporaine à cette histoire de libertin rejetant toute croyance. Le metteur en scène s'autorise cependant une pirouette finale dont je vous laisse juge ne voulant pas vous la dévoiler par avance. 

Pour ceux qui auraient raté les billets précédents, le rôle titre a été confié à Loïc Corbery (note aux nouveaux lecteurs ce blog : je suis très fan donc plus du tout objective. Ma déontologie journalistique m'interdit donc de me lancer - à nouveau - dans une critique dithyrambique des qualités théâtrales de ce comédien !). Il incarne un Don Juan plus insouciant que mal-intentionné, un être léger qui butine de fleur en fleur bien plus qu'un prédateur. Et même si le héros demeure un grand provocateur, c'est tête baissée et mâchoire serrée qu'il accueille les reproches paternels, tel un adolescent à qui on vient faire la morale.  

Le côté comique de la pièce tient surtout sur les épaules de Serge Bagdassarian, formidable Sganarelle. Ses mimiques font mouche. La scène 1 de l'acte III, lorsque Sganarelle s'émerveille des capacités du corps humain pour justifier une existence divine, donne ainsi lieu  à  une chorégraphie des plus hilarantes. Elvire, alias Suliane Brahim, est très émouvante ; Jérémy Lopez fort amusant dans le rôle de paysan au parler rustique. 

On rit beaucoup grâce à cette mise en scène qui use de nombreux effets burlesques. Pour autant, le côté pamphlétaire de l'oeuvre, contre les croyances en tout genre, garde toute sa force. Le spectacle frôle les trois heures mais passe en un éclair. Une nouvelle réussite pour la Comédie-Française ! 

Dom Juan ou le Festin de pierre de Molière, mise en scène de Jean-Pierre Vincent. Avec Alain Lenglet,  Loïc Corbery, Serge Bagdassarian, Clément Hervieu-Léger, Gilles David, Suliane Brahim, Jérémy Lopez, Adeline d'Hermy et Jennifer Decker, et les élèves-comédiens de la Comédie-Française Lola Felouzis, Matëj Hofmann, Gabriel Tur, et Jean-Michel Rucheton. A la Comédie-Française, salle Richelieu en alternance jusqu'au 9 février 2014. Réservation : 0 825 10 1680

17 août 2012

Les 7 pièces de théâtre qu'il ne faudra pas rater

Mi-août, Paris est désert et les représentations théâtrales se font rares : le moment idéal pour se plonger dans la programmation de la rentrée 2012 et faire sa sélection de pièces à ne pas manquer.

Une sélection totalement subjective, j'assume ! Voici donc les pièces vers lesquelles je vais me précipiter.

1 / Dom Juan.
Parce que c'est à la Comédie-Française, bien sûr (et on y est rarement déçu) mais surtout pour la distribution : Loïc Corbery dans le rôle-tître et Serge Bagdassarian en Sganarelle. Et dire qu'il faut attendre encore un mois pour voir cela ! Lever de rideau le 18 septembre 2012 au Théâtre Ephémère de la Comédie-Française.

>>> Lire la critique

2 / Antigone.
C'est Françoise Gillard qui interprêtera l'héroïne résistante d'Anouilh, sur la scène du Vieux-Colombier. Face à elle, Bruno Raffaelli en Créon. A la mise en scène : Marc Paquien, de retour au Français où il déjà proposé Les affaires sont les affaires d'Octave Mirbeau et La Voix humaine de Cocteau. A voir au Théâtre du Vieux Colombier, dès le 14 septembre.

>>> Lire la critique

3 / Occupe-toi d'Amélie.
amelie.jpegLa pièce est signée Feydeau. Mais on garde surtout en mémoire le film qu'en tira Claude Autant-Lara, en 1949, avec la sublime Danielle Darieux et Jean Desailly. L'histoire : un jeune homme de bonne famille doit se marier pour toucher un héritage. Quoi de plus simple que d'épouser, dans un faux mariage, la maitresse de son ami ? Rien ne se passera comme prévu, forcément, c'est du Feydeau ! 
C'est Hélène de Fougerolles, pour la première fois sur les planches, et Bruno Putzulu qui endosseront les deux principaux rôles, dans une mise en scène de Pierre Laville. A partir du 20 septembre 2012 au Théâtre de la Michodière.

>>> Lire la critique

4 / Volpone ou le renard.
volpone.jpegAprès sa mise en scène de Songe d'une nuit d'été de Shakespeare l'année dernière, Nicolas Briançon s'attaque à cette pièce de Ben Jonson écrite en 1606. Et cette fois, il sera aussi sur scène. A ses côtés : Roland Bertin et Yves Gasc, tous deux sociétaires honoraires de la Comédie-Française, mais aussi Barbara Probst, petite fille de Gisèle Casadesus et élève au Conservatoire National supérieur d'art dramatique. Au Théâtre de la Madeleine à partir du 12 septembre.

>>> Lire la critique 


5 / Le Tartuffe.

tartuffe.jpegClaude Brasseur dans le rôle d'Orgon et Patrick Chesnais dans celui de Tartuffe (cela excite un peu ma curiosité), dans une mise en scène de Marion Bierry.
A partir du 11 septembre au Théâtre de Paris.




6 / Les derniers jours de Stefan Zweig
zweig.jpegLe livre, signé Laurent Seksik, m'a bouleversée. Récit de l'exil de Stefan Zweig à Pétropolis au Brésil avec sa compagne Lotte, l'ouvrage retrace les derniers jours de l'écrivain avant son suicide. C'est Laurent Seksik lui même qui signe son adaptation. Patrick Timsit et Elsa Zylberstein feront revivre Zweig et son épouse sur la scène du Théâtre Antoine (à partir du 4 octobre)


7 / Les Mystères de Paris 

Parce qu'on peut aussi passer le périph' pour voir une pièce ! Parce qu'au TOP, c'est souvent top ! Mais surtout parce que j'ai calé à la 482e page du roman d'Eugène Sue. Aller voir cette adaptation théâtrale, mise en scène par William Mesguich, me permettra donc de découvrir ce que sont devenus Rodolphe et Fleur-de-Marie dans le petit millier de pages restantes. Au Théâtre de l'Ouest Parisien à Boulogne-Billancourt dès le 19 octobre.

07 juin 2012

La Comédie-Française dévoile son programme pour la saison 2012-2013

Le Théâtre Ephémère était comble, hier en fin d'après-midi, pour cette deuxième séance de présentation de la saison à venir. En maître de cérémonie, Muriel Mayette, dans une veste à paillettes dorées, dévoile le programme des trois salles. A ses côtés, Thierry Hancisse et Christian Blanc, accompagnés au piano,  nous offrent des interludes musicaux savoureux.

Comme à l'acccoutumée, pas d'annonce détaillée des distributions, l'accent est mis sur les pièces et les metteurs en scène. Muriel Mayette se laisse pourtant aller à deux indiscrétions. Et de taille !

C'est Dom Juan - sous les traits de Loïc Corbery - qui ouvrira la saison au Théâtre Ephémère. Serge Bagdassarian interprêtera Sganarelle dans cette mise en scène de Jean-Pierre Vincent (à qui l'on doit déjà le Ubu Roi présenté salle Richelieu en 2009).

Autre "scoop" : Pierre Niney et Christian Hecq se partageront la tête d'affiche d'Un chapeau de paille d'Italie de Labiche, un spectacle musical mis en scène par l'Italien Giorgio Barberio Corseti, avec un orchestre tsigane sur scène.

Cinq créations au total pour la "grande salle" (en janvier, la salle Richelieu sera à nouveau opérationnelle) : outre les deux déjà citées, ajoutons Troïlus et Cressida de Shakespeare, mis en scène par Jean-Yves Ruf (le frère d'Eric Ruf qui réalisera la scénographie du spectacle) ; Phèdre de Racine (m.e.s. de Dmitri Tcherniakov) et Rituel pour une métarmophose de Saadallah Wannous, première pièce d'un auteur de langue arabe à entrer au répertoire (m.e.s. Sulayman Al-Bassam),  la création se fera à Marseille, capitale européenne de la culture en 2013.

Vous lister toutes les nouveautés proposées au Vieux-Colombier et au Studio-Théâtre serait un peu trop fastidieux. Retenons surtout, pour la première salle, Antigone d'Anouilh en ouverture de saison, dans une mise en scène de Marc Paquiem (Les femmes savantes à la Tempête) puis La Place Royale de Corneille, mise en scène par Anne-Laure Liégeois (Une puce, épargnez-là !) mais aussi Hernani de Victor Hugo que Nicolas Lormeau, pensionnaire de la maison, mettra en scène dans un dispositif bi-frontal (création à Montpellier dans quelques semaines). Pour le Studio-Théâtre, on est impatient de découvrir l'adaptation de Candide de Voltaire mis en scène par le comédien Emmanuel Daumas (que l'on a beaucoup apprécié dans Mille francs de récompense) et co-adapté par Laurent Lafitte.

Autre scoop révélé par l'administratrice : l'arrivée de trois nouveaux pensionnaires l'année prochaine... Le suspense est entier !

Les reprises

Théâtre Ephémère / Salle Richelieu : L'école des femmes, Le jeu de l'amour et du hasard, Le Malade imaginaire (m.e.s de Claude Stratz), Andromaque (m.e.s. Muriel Mayette), L'Avare (m.e.s. de Catherine Hiegel), Un fil à la patte, Les Trois soeurs (m.e.s d'Alain Françon) et Cyrano de Bergerac (m.e.s. de Denis Podalydès).

Sans être exhaustive, sachez que Du côté de chez Proust/A la recherche du temps Charlus et Amphitryon seront à nouveau présentés au Vieux-Colombier, tandis qu'au Studio-Théâtre, La critique de l'école des femmes se jouera sur la même période que l'Ecole des femmes : judicieuse idée !

Côté billeterie, une nouveauté de taille : les abonnements peuvent désormais être souscrits en ligne sur la site de la Comédie-Française.