Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2014

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes / Anne Kessler / Théâtre Hébertot (reprise)

"A quoi ils pensent les gens intelligents ?"

 des fleurs pour algernon,daniel keyes,anne kessler,gregory gadebois,gérald sibleyras,avis,critique,blog,théâtre,hébertot

Succès de la saison passée, Des Fleurs pour Algernon revient, au Théâtre Hébertot, dès le 7 février 2014. Grégory Gadebois, sur scène, et Anne Kessler, à la mise en scène, deux anciens partenaires à la Comédie-Française, signent une magnifique pièce, tirée du texte de Daniel Keyes

La nouvelle, écrite à la fin des années 50, devient ici un long monologue ; c'est à Gérald Sibleyras que l'on doit cette belle adaptation. Charlie Gordon est un homme un peu simplet, homme de ménage dans une usine. Par son récit, on suit l'expérience dont il a fait l'objet : des scientifiques ont tenté d'accroitre son QI. La technique a fait ses preuves : Algernon, la souris opérée avant Charlie, est devenue sacrément intelligente.  On suit alors l'évolution de Charlie, devenu un véritable génie, son rapport aux autres, forcément différent, ses attermoiements. Rapidement un constat s'impose : la modification n'est pas définitive et Algernon se met à régresser. Charlie comprend alors qu'il va redevenir l'idiot qu'il était, qu'il va oublier toutes les connaissances accumulées depuis l'opération.

Grégory Gadebois est très émouvant dans ce rôle. Avec une grande sensibilité, le comédien passe du rôle de l'idiot à celui du génie en modifiant son phrasé et sa gestuelle rendant ainsi perceptible l'évolution de Charlie. Ses déplacements sont limités : assis sur une chaise qui pivote et avance sur un rail et entouré de lampe, c'est un vrai cobaye au milieu d'un laboratoire. 

La pièce nous questionne ainsi sur la science et ses excès mais aussi sur notre regard sur les gens "simples" : devenu intelligent, Charlie en est-il plus humain ? Durant une heure trente, on est suspendu à la parole de Grégory Gadebois, chamboulés par cette histoire. Un spectacle tout en simplicité mais très réussi. Allez-y !

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes, adaptation Gérald Sibleyras, mise en scène Anne Kessler de la Comédie-Française. Avec Grégory Gadebois. Au Théâtre Hébertot, à partir du 7 février 2014, du mardi au samedi à 21h15, matinées samedi à 16h et dimanche à 18h. Réservations au 01 43 87 23 23. Durée 1h20. 

01 janvier 2013

Ce que l'on ira voir au théâtre début 2013

Bonne et heureuse année à tous, tous mes voeux pour 2013, que cette année soit prospère pour chacun et théâtralement riche en émotions.  

Merci d'être de plus en plus nombreux sur ce blog. Merci aussi pour vos commentaires toujours aussi intéressants car passionnés. On va essayer de ne pas vous décevoir en 2013. Pas sure de pouvoir faire mieux en ce qui concerne le nombre de pièces vues (près de 90 dans l'année) mais je vais essayer !

Et par quoi les réjouissances vont-elle commencer ?

La Comédie-Française, forcément ! Avec une adaptation de Candide de Voltaire au Studio Théâtre (mise en scène d'Emmanuel Daumas) puis Troïlus et Cressida de Shakespeare (à partir du 26 janvier) pour célébrer la réouverture de la salle Richelieu. Début février, on ira voir Hernani de Victor Hugo mis en scène par Nicolas Loiseau au Vieux-Colombier. Une pièce donnée en bi-frontal comme ce fut le cas pour Peer Gynt l'année dernière au Grand-Palais. Sans oublier Phèdre en mars avec le désormais très convoité Pierre Niney dans le rôle d'Hippolyte et Elsa Lepoivre dans le rôle titre. 

L'Odéon-Théâtre de l'Europe attaquera 2013 en mettant à l'affiche du Beckett avec une Fin de partie dont Alain Françon signera la mise en scène (à partir du 10 janvier). 

Au Théâtre de la Tempête, dès le 18 janvier, Philippe Adrien nous proposera une mise en scène de Partage de midi de Claudel. 

Du côté des théâtres privés

A partir du 2 février, Anny Duperey jouera La Folle de Chaillot de Jean Giraudoux à la Comédie des Champs-Elysées, avec Dominique Pinon et Catherine Salviat.

La Pépinière Théâtre donnera carte blanche à François Morel à partir du 8 janvier. Jusqu'en juin, six spectacles se succèderont. Au programme : Instants critiques (du 8 janvier au 2 mars) puis Hyacinthe et Rose (à partir du 5 février) ou encore Bien des choses (du 5 au 30 mars 2013)

Quelques reprises aussi

Au jeu des chaises musicales, Des fleurs pour Algernon s'installe au Petit-Saint-Martin dès le 10 janvier 2013 et cède sa place au Studio des Champs-Elysées au Porteur d'histoire (à partir du 6 février). Les deux pièces sont sublimes donc ne ratez pas ces séances de rattrapage !

Au Théâtre de la Porte Saint-Martin, exit Les Menteurs et retour le 1er février, pour 60 représentations, du Songe d'une nuit d'été de Shakespeare (mise en scène Nicolas Briançon) avec Lorànt Deutsch (mais sans Mélanie Doutey  cette fois). Vidéo tournée l'année dernière à voir ici

Enfin, Collaboration avec Michel Aumont et Didier Sandre (interrompu l'année dernière suite à un accident de ce dernier) prendra la suite de Volpone à la Madeleine à partir du 25 janvier 2013.

Bon(s) spectacle(s) et à très vite ! 

17 octobre 2012

Grégory Gadebois très émouvant dans "Des fleurs pour Algernon" au Studio des Champs-Elysées

"A quoi ils pensent les gens intelligents ?"

affiche_99.jpg

Il y a un peu plus d'un an, ils jouaient ensemble sur les planches de la Comédie-Française dans Un Tramway nommé désir. Elle dans le rôle de Blanche Dubois, lui dans celui de Mitch.

Depuis, Grégory Gadebois a quitté la maison de Molière et obtenu le César de la révélation masculine pour son rôle dans Angèle et Tony. Il  retrouve aujourd'hui  Anne Kessler au Studio des Champs-Elysées. La sociétaire de la Comédie-Française le met en scène dans Des fleurs pour Algernon, chef d'oeuvre de Daniel Keyes.

La nouvelle, écrite à la fin des années 50, devient ici un long monologue ; c'est à Gérald Sibleyras que l'on doit cette belle adaptation. Charlie Gordon est un homme un peu simplet, homme de ménage dans une usine. Par son récit, on suit l'expérience dont il a fait l'objet : des scientifiques ont tenté d'accroitre son QI. La technique a fait ses preuves : Algernon, la souris opérée avant Charlie, est devenue sacrément intelligente.  On suit alors l'évolution de Charlie, devenu un véritable génie, son rapport aux autres, forcément différent, ses attermoiements. Rapidement un constat s'impose : la modification n'est pas définitive et Algernon se met à régresser. Charlie comprend alors qu'il va redevenir l'idiot qu'il était, qu'il va oublier toutes les connaissances accumulées depuis l'opération.

Grégory Gadebois est très émouvant dans ce rôle. Avec une grande sensibilité, le comédien passe du rôle de l'idiot à celui du génie en modifiant son phrasé et sa gestuelle rendant ainsi perceptible l'évolution de Charlie. Ses déplacements sont limités : assis sur une chaise qui pivote et avance sur un rail et entouré de lampe, c'est un vrai cobaye au milieu d'un laboratoire. 

La pièce nous questionne ainsi sur la science et ses excès mais aussi sur notre regard sur les gens "simples" : devenu intelligent, Charlie en est-il plus humain ? Durant une heure trente, on est suspendu à la parole de Grégory Gadebois, chamboulés par cette histoire. Un spectacle tout en simplicité mais très réussi. Allez-y !

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes, adaptation Gérald Sibleyras, mise en scène Anne Kessler de la Comédie-Française. Avec Grégory Gadebois. Au Studio des Champs-Elysées jusqu'au 31 décembre 2012, du mardi au samedi à 20h30, dimanche à 16h.

Au Théâtre du Petit Saint-Martin à partir du 10 janvier 2013. Réservations au 01 42 08 00 32.