Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 juin 2013

La Vénus au Phacochère au Théâtre de l'Atelier : Alexandra Lamy se révèle sur les planches

"Une femme qui bouge ça fait peur !"

zoom_affiche20121218112757.jpg

Reprise au Théâtre de l'Atelier du 6 juin au 6 juillet 2013. 

C'est une comédienne talentueuse que l'on découvre sur la scène du Théâtre de l'Atelier : Alexandra Lamy y incarne La Vénus au Phacochère. Révélée à la télé il y a plus de 10 ans par le programme court Un gars, Une fille, elle nous montre ici qu'elle a toute sa place sur les planches.

Seule en scène au milieu d'un enchevêtrement de chaises d'opéra, dans une mise en scène et une scénographie de Christophe Lidon (Pensées Secrêtes l'année dernière au Théâtre Montparnasse ou L'Intrus avec Claude Rich au Théâtre des Variétés en 2011), elle nous raconte un épisode de la vie de Misia Godebska (qui deviendra bien plus tard Misia Sert). La pianiste, muse de Renoir, Toulouse-Lautrec ou encore Vuillard - est alors l'épouse de Thadée Natanson, le directeur de La revue Blanche. On est en 1896 et Misia a quelques griefs contre son époux. Il a non seulement publié un texte très misogyne (De l'infériorité de la femme de Strinberg) mais il refuse en outre de suivre ses conseils et d'embaucher Bergson. Alors, pour le faire tourner en bourrique, Misia se prélasse en villégiature et refuse de revenir à Paris. Obtenant gain de cause pour Bergson, elle rentre pour assister à la première de Ubu. C'est là qu'elle rencontre Alfred Edwards. Le phacochère du titre, c'est lui. Le milliardaire est un vrai goujat qui n'hésite pas, dès leur rencontre, à lui faire la cour à la barbe de son mari.  Econduit mais persuadé d'arriver à ses fins, il va traquer la belle comme un chasseur traque sa proie.

On découvre cette histoire au travers des lettres échangées entre Misia, son mari, sa meilleure amie Geai et le répugnant Edwards. Alexandra Lamy nous en fait la lecture, interprêtant chacun des personnages. Une grosse voix pour Thadée, des accents snobs pour l'excentrique Geai ... l'actrice alterne les tons et les styles. Enjouée et malicieuse au début de la pièce, elle aborde ensuite un registre plus dramatique au fur et à mesure que le piège d'Alfred Edwards se referme sur Misia.

C'est là que la comédienne nous surprend le plus, prouvant qu'elle peut jouer autre chose que de la comédie. Une belle révélation qu'il serait dommage de manquer. Dépêchez-vous : les réprésentations s'achèvent le 16 février !

La Vénus au Phacochère de Christian Siméon, mise en scène Chrisophe Lidon. Avec Alexandra Lamy. Au Théâtre de l'Atelier jusqu'au 16 février 2013. Reprise du 6 juin au 6 juillet 2013.
Réservations : 01 46 06 49 24. 

05 septembre 2011

Claude Rich dans "L'intrus" au Théâtre des variétés : la vidéo

Je vous disais la semaine dernière que Claude Rich était l'invité du JT de France 3 Ile-de-France. Pour ceux qui n'étaient pas devant leur télé, voici la vidéo de l'interview et du reportage tourné lors d'une répétition.

 

L'Intrus se joue depuis le 8 septembre au théâtre des Variétés. La pièce marque la deuxième collaboration entre  Antoine Rault (l'auteur), Claude Rich et Christophe Lidon (le metteur en scène), après Le diable rouge, pièce dans laquelle le comédien incarnait Mazarin.Ici, c'est le mythe de Faust  qui est revisité. Un grand neurologue, Claude Rich, trouve dans son lit, sous les traits de Nicolas Vaude, un être diabolique qui lui propose un pacte ...

Comme je vous le précisais dans le billet précédent, je n'ai pas vu la pièce dans son intégralité, seulement quatre scènes. Difficile donc d'entrer plus dans les détails. Sachez seulement que le décor est plutôt réussi, avec un jeu de miroirs reflétant le sol en damier, et que les lumières sont, elles aussi, très travaillées.

 

L'intrus d'Antoine Rault, mis en scène par Christophe Lidon,  avec Claude Rich, Nicolas Vaude, Jean-Claude Bouillon, Delphine Rich, Chloé Berthier.