Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 janvier 2015

Le porteur d'Histoire d'Alexis Michalik / Studio des Champs-Elysées (reprise)

 "L'homme qui raconte bien
peut lever des armées

et embraser des nations."  

Le Porteur d'histoire joue à présent depuis près de trois ans ! La pièce écrite et mise en scène par Alexis Michalik ne cesse de séduire petits et grands, à Paris et en tournée. La distribution a changé mais le succès ne se dément pas. Vous pouvez la découvrir actuellement au Studio des Champs-Elysées jusqu'au 2 août 2015.

Voici la critique écrite en septembre 2012, lorsque j'ai vu la pièce au Théâtre 13.

le porteur d'histoire,alexis michalik,eric herson-macarel,amaury de crayencour,evelyne el garby,magali genoud,regis valléeMercredi 5 septembre 2012, 56e pièce vue cette année : Le Porteur d'Histoire d'Alexis Michalik au Théâtre 13. Et pour la première fois en 2012, je me suis mise debout pour applaudir au moment des saluts.

Ce texte est une merveille. De petites histoires, emboitées comme des poupées russes, qui nous laissent découvrir, en pointillés, l'Histoire. Avec un "H" ou un "h", qu'importent le vrai, le faux, le réel, l'imaginaire ...  Alexis Michalik nous rappelle que ce qui compte le plus c'est le récit et le talent du conteur.

En filigrane de cette "chasse au trésor littéraire", l'oeuvre d'Alexandre Dumas. Hommage appuyé - Dumas est un des personnages du récit - ou plus discret comme le pseudo choisi par l'héroïne, "Adelaïde Edmonde Antès".

le porteur d'histoire,alexis michalik,eric herson-macarel,amaury de crayencour,evelyne el garby,magali genoud,regis vallée
Photo : Alejandro Guerrero

Les cinq comédiens - Amaury de Crayencour, Evelyne El Garby, Magali Genoud, Eric Herson-Macarel et Régis Vallée  - nous entrainent à travers les époques et les continents : le 19ème (siècle), 1988, 2001, les Ardennes, le Canada, l'Algérie. A eux cinq, ils interprêtent une multitude de personnages. Les costumes volent sur le plateau nu. On n'en perd ni une miette ni la boussole tant il y a du génie dans la construction du récit.

Impossible de vous résumer l'intrigue. Ce serait de toute façon vous gacher le plaisir. Cette histoire se savoure par son suspens, l'impatience de savoir ce qu'il va se passer "au prochain épisode" (autre hommage au 19e siècle et aux feuilletons qui firent les beaux jours de la presse à cette époque).

En parcourant le dossier de presse, on découvre que cette formidable histoire a vu le jour en cinq semaines à peine ! Face à l'annulation d'un spectacle, Benjamin Bellecour, qui dirige le festival Mises en Capsules, a demandé à son compère Alexis Michalik (les deux comédiens ont joué dans l'excellente série de Canal + Kaboul Kitchen"Tu me ferais pas quelque chose ?".

Un "quelque chose" qui, après avoir enchanté les spectateurs du festival d'Avignon, ravira à coup sûr ceux du Théâtre 13. 

02 février 2014

Les Cercle des Illusionnistes d'Alexis Michalik / La Pépinière théâtre

"Certains savent, d'autres cherchent,
les derniers ne veulent pas savoir."

Reprise pour 60 représentations à partir du 4 septembre 2015 à la Comédie des Champs-Elysées (du mardi au samedi 20h30, dimanche 16h).

LE CERCLE DES ILLUSIONNISTES Photos Cinema (libre de droits (c)Mirco Magliocca).jpg

Photo : Mirco Magliocca

Après avoir été bluffés par Le Porteur d'histoire, on l'attendait avec impatience cette nouvelle pièce d'Alexis Michalik ! Gageons dès à présent que Le Cercle des illusionnistes sera un succès. 

L'histoire débute en 1984, en plein championnat d'Europe de foot. Décembre - c'est son nom - a volé un sac dans le métro. Sa victime s'appelle Avril et comme elle est très jolie, Décembre décide de lui fixer rendez-vous pour lui restituer son bien. Il n'y a pas de coïncidence dans la vie, pas de hasard ... cette rencontre les conduira tout deux sur la piste d'un théâtre parisien oublié.

LE CERCLE DES ILLUSIONNISTES Photos Tous (libre de droits (c)Mirco Magliocca).jpg
Photo : Mirco Magliocca

Pour cette création, Michalik reprend une construction similaire à celle de son succès précédent : plusieurs histoires qui se déroulent en parallèle, à des périodes différentes, et qui convergent vers le dénouement final. Après Dumas et Delacroix, c'est Robert-Houdin, grand illusionniste du 19e, et Méliès, l'un des pionniers du cinéma, qui sont cette fois au coeur du récit. Leur point commun ? Ils ont fait rêver les spectateurs de leur époque par la magie et l'illusion. 

Six comédiens interprètent tous les personnages de cette fresque historique. Pas de tête d'affiche mais une troupe brillante et pleine d'enthousiasme : aux côtés de Décembre alias Mathieu Métral (à l'affiche il y a quelques semaines au Théâtre de la Tempête avec Fragments d'un pays lointain de Lagarce) et Avril (la pétillante et sublime Maud Baecker), Arnaud Dupont, Jeanne Arènes, Vincent Joncquez et Michel Derville. Tous nous livreront en prime quelques tours de magie. La scénographie est un peu plus élaborée que celle du Porteur (du moins dans la version que j'avais vu au Théâtre 13) : plus d'éléments de décor, des projections et de la fumée, des costumes plus élaborés ... mais l'esprit, lui, reste le même avec des scènes se juxtaposant en différent endroits de la scène.

Alexis Michalik transforme ainsi l'essai : la magie opère à nouveau même si l'on craignait au départ que l'effet de surprise s'essouffle. Pour la seconde fois, nous voici comme des enfants, avides de rêves et d'aventures, attentifs devant celui qui sait raconter des histoires. Bravo ! 

Le Cercle des illusionnistes, texte et mise en scène Alexis Michalik. Avec Jeanne Arènes, Clotilde Daniault, Maud Baecker, Michel Derville, Arnaud Dupont, Vincent Joncquez et Mathieu Métral.