Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 janvier 2014

Un point sur la situation à la Comédie-Italienne

comédie italienne,attilio maggiulli

Photo : Mirco Magliocca

C'est un rendez-vous raté : courant décembre, j'avais pris date avec Attilio Maggiulli, le directeur de la Comédie Italienne, pour une interview début janvier. Nous devions évoquer le 40e anniversaire de ce théâtre, situé rue de la Gaîté à Paris et spécialisé dans la Commedia dell'arte, et parler aussi de sa mise en scène de Noblesse et bourgeoisie de Goldoni, actuellement à l'affiche.

Les événements en ont décidé autrement : le 26 décembre, le directeur de la Comédie Italienne, lassé de voir son théâtre sombrer financièrement dans l'indifférence, a foncé avec sa voiture sur les grilles de l'Elysée. Deux jours avant, presque au même endroit, il avait brûlé un mannequin à l'effigie d'Arlequin. Un acte désespéré qui lui vaut d'être depuis une semaine interné en hôpital psychiatrique.

 

comédie italienne,attilio maggiulli
Photo : Mirco Magliocca

A la Comédie Italienne, le spectacle continue. Les dix comédiens assurent deux représentations par jour durant les vacances scolaires : en plus de Noblesse et bourgeoisie, chaque soir, un spectacle pour enfants est proposé l'après-midi. Hélène Lestrade, comédienne et épouse d'Attilio Maggiuli, et Claudine Simon, l'assistante du metteur en scène, assurent la continuité, le coeur en berne. Autour d'elles, les soutiens s'organisent. Un appel aux dons a été être lancé ainsi qu'une pétition pour sauver le lieux.

A défaut d'interviewer Attilio Maggiulli, j'ai pu, dans le cadre d'un reportage pour France 3 Ile-de-France aller à leur rencontre pour tenter de comprendre comment l'homme de théâtre en est arrivé là (images Pierre Lassus, montage David Robert):

Depuis plusieurs années, la Comédie-Italienne est exsangue. La jauge est petite - une centaine de places - et le prix du billet n'a pas augmenté depuis 2000 afin de permettre au plus grand nombre de découvrir la commedia dell'arte. Les subventions, elles, ont fondu. Ici, on joue la même pièce une année entière alors que les aides désormais se consacrent surtout à la création. Des masques et des costumes ont du être vendus pour payer les factures, essayer de gagner du temps. On a renoncé à la musique pour ne pas avoir de droits à payer et ainsi réduire les frais... 

Voilà la situation dans laquelle Attilio Maggiuli se débat depuis des années jusqu'à son pétage de plomb du 26 décembre. Le terme n'est pas élégant mais comment décrire autrement cet acte ? Si les médias l'ont présenté comme un acteur du film Les bronzés font du ski (triste raccourci!), Attilio Maggiuli est un homme de théâtre au parcours enviable : formé par Giorgio Strehler au Piccolo Teatro de Milan, il a travaillé avec Ariane Mnouchkine et Jean-Paul Roussillon avant de créer en 1974 la Comédie Italienne.

ComIta Noblesse affiche.jpg

Pour lui venir en aide, une pétition a été lancée. Vous pouvez aussi envoyer vos dons (à Comédie Italienne 17-19 rue de la Gaîté 75014 Paris) ou un message de soutien par mail (sauvonslacomedieitalienne@orange.fr). Vous pouvez aussi tout simplement aller voir Noblesse et bourgeoisie. 

06 novembre 2013

La Taverne Munchausen par la Compagnie des Femmes à barbes / Le Monfort

"Ne serait-ce pas le présage que je me mets
dans une histoire qui va m’entraîner loin ? "

34-ne_p_bosc_2-2.jpg

C'est un spectacle dont il ne servirait à rien de vous raconter l'histoire : elle change chaque soir ! Et pour dire vrai, il ne s'agit pas d'une mais de tas d'histoires, inventées par les comédiens au fil de la soirée. De l'impro façon siècle des Lumières.  La Taverne Münchausen s'installe pour quelques soirées au Monfort Théâtre et croyez moi, c'est un vrai régal ! 

Münchausen en hommage bien sûr au Baron du même nom, baron dont les histoires farfelues valent bien celles que nous narrent les comédiens de la Compagnie des Femmes à Barbes. A tour de rôle, les quatre personnages, nobles déchus en quête de quelques écus à gagner lors de cette "joute verbieuse", tirent un sujet au sort et se lancent dans un récit. Les trois autres ont le droit d'intervenir pour ajouter un détail à l'anecdote. et l'on découvre vite que ces interventions sont de vraies chausse-trappes, amenant le récit dans des contrées qui dépassent l'imaginaire.

Autour de la table, du beau monde ! S'étaient donnés rendez-vous ce soir-là le Marquis Stanislas de la Hulotte (Stanislas Hilairet), la Marquise Carmen Maria de la Nadividad (Lula Hugot)Dom Pedro de la Mancha (Pépito Matéo) et la Comtesse Olympe Paschassés de Montalenvert (Miren Pradier). Tous vêtus de leurs plus beaux atours, mouches et perruques XXL poudrées compris.  Sous la direction du maître des joutes (Gwen Aduh qui signe la mise en scène et veille à donner du rythme à ces drôles d'histoires), nous avons ainsi pu découvrir comment l'un des personnages a contribué à l'emprisonnement de Voltaire à Sully, comment un autre a inventé la crème Chantilly ou encore comme une troisième a été amenée à offrir un oignon à la maîtresse du roi. Autant de récits abracadabrantesques qui rendent le public hilare. En seconde partie, c'est au public de proposer des histoires. Instant de délice lorsque sa propre idée est tirée au sort ! 

Deux autres versions du spectacle existent : le Saloon Münchausen qui nous entraine, sur le même principe, au Far West et Super Münchausen où les impro sont signées par des super héros. On se laisserait bien tenter à nouveau !   

 La Taverne Münchausen, joutes verbieuses et improvisations façon 18e siècle par la Compagnie des Femmes à Barbes, mise en scène Gwen Aduh. Avec en alternance Gwen Aduh, Arnaud Aymard, Aurélie de Cazanove, Jeanne Ferron, Stanislas Hilairet, Lula Hugot, Pépito Matéo, Yann de Monterno, Calixte de Nigremont, Miren Pradier, Valérie Véril, Jennie Anne Walker.

Au Monfort Théâtre, les 12 AU 14 DÉCEMBRE et du  4 AU 7 JUIN. Réservations : 01 56 08 33 88
Le spectacle est également présenté régulièrement à La Nouvelle Eve

25 octobre 2013

Audrey Dana et Sami Bouajila, un couple sur le "Ring" au Petit Saint-Martin

La vie est un combat, l'amour encore plus ! Sur la scène du Théâtre du Petit Saint-MartinAudra Dana et Sami Bouajila nous le démontrent dans Ring, texte Léonore Confino et  mise en scène de Catherine Schaub.

ring,audrey dana,sami bouajila,leonore confino,catherine schaub,petit saint martin,theatre,avis,critique,blog
Photo : Bernard Richebé

Ring, c'est l'anneau, l'alliance mais c'est surtout un lieu de lutte, de joute verbale entre Audrey Dana et Sami Bouajila. Au travers de 18 courtes scènes - comme autant de rounds - les deux comédiens incarnent toutes les situations du couple, de la drague à la disparition de l'être aimé.

Et qu'il en faut de l'énergie pour passer en un quart de secondes de situations et de sentiments totalement différents ! Tout y est : la jalousie, la colère, le désir, la peur, la tristesse ... le tout avec beaucoup d'humour et en évitant les clichés. 

ring,audrey dana,sami bouajila,leonore confino,catherine schaub,petit saint martin,theatre,avis,critique,blog
Photo : Bernard Richebé

Au milieu d'un décor sobre - peu d'accessoires mais un plan incliné sur lequel sont projetés textes et lumières - les deux comédiens sont épatants. Coup de cœur pour une des saynètes finales où on les découvre en boite de nuit, victime d'un rendez-vous arrangé. Tout les oppose, ils sont bien d'accord là-dessus, mais l'alcool aidant, la soirée n'évolue pas vraiment selon leur prévision ...

On rit beaucoup devant ces situations. Les répliques - bien écrites - fusent et le tempo effréné ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer. Un spectacle bien distrayant que je vous conseille donc. Petit avant-goût avec la bande-annonce: 

Ring de Léonore Confino, mise en scène Catherine Schaub. Avec Audrey DAna et Sami Bouajila. Au Théâtre du Petit Saint-Martin, du mardi au vendredi à 21 heures, samedi à 16 heures et 21 heures, jusqu'au 4 janvier. Réservations au  01 42 08 00 32.