Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 mai 2012

"Les Cancans" de Goldoni au Théâtre 13 : tourbillonnants et décoiffants !

"Voilà ce beau ragôt qui court les rues
et personne ne sait
de quel pavé il est sorti"

 

les cancans,goldoni,théâtre 13,stéphane cottin,aurélie bargème,adèle bernier,emmanuel curtil,laure guillem,jean-françois guillet,marine lecoq,michel lagueyrie,marie-christine letort,jean-­‐pierre malignon,clément moreau,stéphane olivié bisson,stéphanie vicat
Photos : Bruno Perroud

Transposer Les cancans de Goldoni dans une esthétique fifties, avec des costumes aux couleurs chatoyantes et un rythme rock and roll : voilà le pari, très réussi de Stéphane Cottin.

les cancans,goldoni,théâtre 13,stéphane cottin,aurélie bargème,adèle bernier,emmanuel curtil,laure guillem,jean-françois guillet,marine lecoq,michel lagueyrie,marie-christine letort,jean-­‐pierre malignon,clément moreau,stéphane olivié bisson,stéphanie vicatChecchina (Adèle Bernier) et Beppo (Clément Moreau) sont amoureux et vont se marier. Tout pourrait aller pour le mieux si les commères du quartier ne s'en mélaient. La rumeur file à toute vitesse : Checchina ne serait pas la fille de patron Toni mais une batarde ! Dans ce cas, le mariage devient impossible.

Il faut les voir ces commères (Aurélie Bargème, Laure Guillem, Marine Lecoq, Marie-Christine Letort et Stéphanie Vicat) raconter des horreurs sur le mode de la confidence. Aucune ne peut tenir sa langue et révèle le secret contre la promesse qu'il sera bien gardé.

Une oeuvre qui se rapproche plus de Il Campiello que de  La Villégiature. L'ambiance est populaire - on s'interpelle par la fenêtre, on vit sur la place publique - les classes sociales évoquées plus modestes. Le ton de la pièce est aussi beaucoup plus léger : même si le regard porté sur ces commères est moqueur, on est loin du ton critique et parfois moralisateur que l'on peut trouver dans la trilogie.

les cancans,goldoni,théâtre 13,stéphane cottin,aurélie bargème,adèle bernier,emmanuel curtil,laure guillem,jean-françois guillet,marine lecoq,michel lagueyrie,marie-christine letort,jean-­‐pierre malignon,clément moreau,stéphane olivié bisson,stéphanie vicatLes costumes d'Aurore Popineau sont somptueux (Ah ! la robe rouge de Catte !) et la scénographie apporte un réel dynamisme : trois façades de maison de poupées qui s'assemblent selon des combinaisons différentes, nous faisant ainsi voyager de maison en maison à travers la ville, au rythme de la rumeur. Une esthétique qui transforme un peu cette farce en cartoon. Et les douze comédiens portent encore plus haut la pièce par leur enthousiasme.

C'est vivant, c'est drôle. Bref un joli moment de détente à voir au Théâtre 13.

Les Cancans de Goldoni, mise en scène de Stéphane Cottin. Avec Aurélie Bargème, Adèle Bernier, Emmanuel Curtil, Laure Guillem, Jean-François Guillet, Marine Lecoq, Michel Lagueyrie, Marie-Christine Letort, Jean-­‐Pierre Malignon, Clément Moreau, Stéphane Olivié Bisson et Stéphanie Vicat.
Jusqu'au 10 juin 2012 au Théâtre 13/Jardin, le mardi, jeudi et samedi à 19h30, mercredi, vendredi à 20h30, le dimanche à 15h30. Réservations 01 45 88 62 22.

10 mai 2012

Reprise de "On ne Badine pas avec l'amour" au Théâtre Ephémère de la Comédie-Française

Une distribution modifiée pour les deux principaux rôles féminins : voilà l'excuse toute trouvée (mais en même temps, en fallait-il vraiment une ?) pour retourner voir Badine pour la 3e fois.

La pièce, présentée la saison dernière au Vieux-Colombier, est reprise actuellement en Théâtre Ephémère.

Outre quelques adaptations de mise en scène rendues nécessaire par le nouveau lieu, c'est donc dans la distribution que s'opèrent principalement les changements. Ce n'est plus entre Suliane Brahim et Julie-Marie Parmentier que Perdican (Loïc Corbery) partage son coeur mais entre Françoise Gillard et Marion Malenfant.

Alors ? Alors Marion Malenfant s'en sort très bien pour ses premiers pas au Français. La toute nouvelle pensionnaire insuffle à Camille un certaine froideur et une détermination que l'on ne trouvaient pas chez Julie-Marie Parmantier, plus exaltée, la saison dernière. Je suis moins séduite par Françoise Gillard - que j'aime beaucoup par ailleurs - cependant. Suliane Brahim avait su apporter à Rosette une candeur et une naïveté que l'on ne retrouve pas ici et on le regrette un peu.

Sinon ? Et bien cela reste un spectacle géniallissime. Au bout de la 3e réprésentation, je suis toujours sous le charme, je verse à chaque fois ma petite larme sur la fameuse tirade de Perdican, je souris toujours devant le numéro de Christian Blanc en précepteur ivre. Les personnes qui m'ont accompagnées ont, elles aussi, à chaque fois été séduites.

Oui mais voilà, un problème surgit à présent : qui vais-je bien pouvoir trouver pour m'accompagner une quatrième fois?

On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset, mise en scène de Yves Beaunesne. Avec Roland Bertin, Christian Blanc, Françoise Gillard, Pierre Vial, Loïc Corbery, Danièle Lebrun et Marion Malenfant. Au Théâtre Ephémère de la Comédie-Française jusqu'au 17 juin 2012.
Réservations : 0 825 10 1680.

03 mai 2012

Tokyo Bar, une pièce de Tennessee Williams inédite en France, à voir au Théâtre de la Tempête

 "Je ne ferai semblant de rien"

tokyo bar,théâtre de la tempête,tennessee williams,jean-marie besset,gilbert désveaux,christine boisson,laurent d'olce,mathieu lee,alexis rangheardC'est une pièce inédite en France de Tennessee Williams  que nous propose actuellement le Théâtre de la Tempête. A la fin des années 60, lorsqu'il écrit Tokoy Bar, presque 25 ans après La ménagerie de verre, le dramaturge américain est sur le déclin. La pièce, créée "Off Broadway", sera peu reprise ensuite. Un critique du New-York Times ira même jusqu'à la considérée  comme injouable.

"Le texte anglais est obscur, il y a beaucoup de passages où l'on ne comprend pas vraiment de quoi il est question" explique Jean-Marie Besset* qui a signé l'adaptation, allant même jusqu'à évoquer un "travail d'archéologie" plus que de traduction. 

Dans un bar d'hôtel à Tokyo, Miriam (Christine Boisson) traine son désarroi, coincée là avec son mari, Mark, artiste peintre en plein délire (Alexis Rangheard). Ce que veut Miriam, c'est le réexpédier aux Etats-Unis pour le faire interner et, pour cela, appelle au secours Leonard (Laurent d'Olce), marchand d'art qui commercialise les oeuvres de Mark.

tokyo bar,théâtre de la tempête,tennessee williams,jean-marie besset,gilbert désveaux,christine boisson,laurent d'olce,mathieu lee,alexis rangheard
Alexis Rangheard et Christine Boisson. Photo : Antonia Bozzi

Christine Boisson porte merveilleusement cette pièce, incarnant un personnage fort et fragile à la fois. Séductrice - impressionnant numéro de drague sur le serveur du bar, interprété par Mathieu Lee - il faut la voir, majestueuse et dominatrice, dans une robe échancrée jusqu'au bas du dos. Une assurance qui cache une faille. La folie de son mari la plonge dans une colère, une rage démesurée. On la sent au bord du gouffre. Alexis Rangheard joue parfaitement ce mari vacillant, imbibé d'alcool et dévoré par son oeuvre. Sur scène, il tremble, chancelle, titube, s'agrippe à cette femme qui ne veut plus de lui.

 tokyo bar,théâtre de la tempête,tennessee williams,jean-marie besset,gilbert désveaux,christine boisson,laurent d'olce,mathieu lee,alexis rangheard
Mathieu Lee et Christine Boisson. Photo : Antonia Bozzi.

Disons-le clairement : Tokyo Bar est très en deça des pièces de Tennessee Williams que l'on connait. Mais la qualité de l'interprétation et l'élégante mise en scène de Gilbert Désvaux sauvent ce spectacle qui mérite le déplacement à la Cartoucherie de Vincennes.

TOKYO BAR  de Tennessee Williams, adaptation Jean-Marie Besset, mise en scène Gilbert Désveaux. Avec Christine Boisson, Laurent d'Olce, Mathieu Lee, Alexis Rangheard et avec la participation de Farida Remadna. Au Théâtre de la Tempête jusqu'au 2 juin 2012. Réservations : 01 43 28 36 36 .

*Propos recueillis lors de la discussion à l'issue de la représentation du 29 avril.