Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 juillet 2012

Festival d'Avignon (IN) : Christophe Honoré fait un roman fleuve (3h40) avec Nouveau Roman

"Tout groupe explose au bout d'un moment."

Sur le papier, le projet semblait périlleux. Ambitieux mais périlleux. Une pièce pour nous raconter l'histoire d'un mouvement littéraire, celui du Nouveau Roman, au travers des écrivains qui l'ont créé et animé. Sur scène, dans la Cour du lycée Saint- Joseph, Christophe Honoré a regroupé les plumes de l'époque : Sarraute, Robbe-Grillet, Butor, Pinget, Duras ... autour de leur éditeur Jérôme Lindon.

On trouve beaucoup de choses intéressantes dans ce projet. Voir ces auteurs comme un groupe, avec ses moments de solidarité et ses tensions, est une des réussites de cette pièce. Leurs réunions ont parfois l'aspect de séminaires d'entreprise. Leur tentative de création collective - une sorte de lexique définissant les termes du Nouveau Roman -  échoue face aux rivalités internes, notamment celle de Robbe-Grillet et Butor. Chaque prix littéraire de l'un est une victoire pour le mouvement mais éveille les jalousies.

Les 10 comédiens présents sur cette immense scène sont tous très bons. On y retrouve l'une des actrices fétiches d'Honoré réalisateur, Ludivine Sagnier (Nathalie Sarraute). Idée surprenante - mais convaincante au final - que de faire interprêter deux personnages masculins par des femmes : Brigitte Catillon incarne ainsi Michel Butor et Annie Mercier - cheveux courts et lunettes noires - Jérôme Lindon.

Mais le gros point noir à mes yeux, reste la durée de la pièce : presque 3h40 hier soir pour la première, alors que le programme initial du festival annonçait 1h45 et l'affiche à l'entrée 3h15 ... Comme si le projet avait grossi, grossi au fil du temps, jusqu'à conduire le spectateur à l'indigestion. Car il y a des longueurs, trop de longueurs. On aurait aimé un spectacle plus resserré, plus condensé. On s'interroge sur ce qu'apporte les trois chansons disséminées dans le spectacle. Quel intérêt aussi, de proposer juste avant l'entracte un débat entre les spectateurs et les "auteurs" ? Forcément personne n'ose poser de questions au départ, puis après de longues secondes de silence, quelqu'un se lance ... pour questionner la troupe sur la construction de la pièce. Cela s'appelle donner le bâton pour se faire battre. 

Nouveau Roman de Christophé Honoré. Avec Brigitte Catillon, Jean-Charles Clichet, Anaïs Demoustier, Julien Honoré, Annie Mercier, Sébastien Pouderoux, Mélodie Richard, Ludivine Sagnier, Mathurin Voltz, Benjamin Wangermee. dans la Cour du lycée Saint-Joseph à Avignon, jusqu'au 17 juillet 2012 à 22h.

08 juillet 2012

Avignon OFF : Les Chiche Capon récidivent avec "Le Oliver Saint John Gogerty" aux Théâtre des Béliers

"Plus vous gueulerez, plus vous en aurez"

affiche chiche capon.jpg

Les Chiche Capon sont le genre de personnes qu'il vaut mieux ne pas inviter chez soi si l'on a un intérieur coquet. A leur départ, ils ne laisseraient derrière eux qu'un champ de ruines ...

Le mois dernier, ils  provoquaient un incendie dans les coulisses du Théâtre de Belleville en voulant nous raconter l'histoire de la musique. A Avignon, c'est le Théâtre des Béliers qui se retrouvent en piteux état chaque soir. Les Chiche Capon y reprennent pour la durée du festival Le Oliver Saint John Gogerty, tentative avortée de répondre à la très sérieuse question de l'évolution de l'homme.

Un spectacle un peu moins écrit que La 432 mais tout aussi drôle. Les Chiche Capon misent ici beaucoup plus sur le comique de geste que sur les dialogues. En vrac : des grosses mandales, des chutes à vous faire hurler, des passages bien crados à base de crachats de pomme, des costumes incongrus (pourquoi le roi porte-t-il une couche  par dessus son pantalon ? cela reste un grand mystère)... On découvre au passage qu'une échelle peut être une terrible source d'ennui et que les spectateurs sont parfois un peu envahissants.

Oui l'humour des Chiche Capon est un peu trash, certains d'entre vous n'apprécieront peut-être pas. Pour ma part, après avoir vu leur deux spectacles, je suis définitivement fan. Ils sont à mes yeux le parfait remède anti coup de blues. Cela n'a ni queue ni tête, c'est du grand n'importe quoi mais c'est justement cela qui est irrésistible.

Voici, pour vous donner une idée, la bande-annonce du spectacle :

Les Chiche Capon dans Le Oliver St John Gogerty, de et avec Fred Blin, Matthieu Pillard, Ricardo Lo Giudice et Patrick de Valette. Jusqu'au 28 juillet 2012, à 19 heures aux Théâtre des Béliers, 53 rue du Portail Magnanen à Avignon. Réservations : 04 90 82 21 07. Durée : 1h15

07 juillet 2012

Grégory Bron et l'Afag théâtre nous captivent avec "D'Artagnan hors la loi" à l'espace Alya

"Bravo ! J'applaudis des deux mains
Parce que d'une on a pas l'air malin."

Article mis à jour le 6 juillet 2013

D'Artagnan, Hors la loi, proposée par Grégory Bron et la troupe de l'Afag Théâtre est (à nouveau) repris pour cette édition 2013 du festival Off d'Avignon

 d'artagnan hors la loi,theatre,avignon,festival off,espace alya,grégory bron afag theatre,jean-baptiste guintrand,grégory bron,benjamin dubayle,charlotte rondelez,vincent dubos,virginie rodriguez,philippe ivancic,serge balu

Photo : Boris Mélinand

Comme vous l'aurez compris, il s'agit là d'une réinterprétation - assez libre - de l'oeuvre d'Alexandre Dumas. On y suit D'Artagnan (Benjamin Dubayle) dans ses péripéties : de la rencontre avec les trois mousquetaires à son voyage outre-manche pour empêcher Richelieu de nuire à la reine (lors de la fameuse affaire des ferrets, bien sûr).

Une pièce parfaite pour une sortie en famille. Pour les combats à l'épée d'abord. Le spectacle en est truffé. Ca virevolte dans tous les sens. Assise au premier rang,je vous l'avoue, j'ai tremblé à deux ou trois reprises en voyant des lames d'un peu trop près. Et après avoir il y a quelques temps assisté à un cours d'escrime de spectacle, je  vous le certifie en "spécialiste" : la troupe de l'Afag théâtre maitrise bien cet art. 

Le texte est à saluer aussi : contemporain mais en alexandrins ! L'auteur, Grégory Bron (il assure aussi la mise en scène du spectacle), n'est pas avare de bons mots et de répliques croustillantes. Sous sa plume, les hommes du cardinal ressemblent à des policiers en train de faire du contrôle routier et Richelieu a le vocabulaire d'un ancien minitre de l'intérieur ...

 d'artagnan hors la loi,theatre,avignon,festival off,espace alya,grégory bron afag theatre,jean-baptiste guintrand,grégory bron,benjamin dubayle,charlotte rondelez,vincent dubos,virginie rodriguez,philippe ivancic,serge balu

Photo : Boris Mélinand

Côté distribution, huit comédiens se partagent plus d'une vingtaine de personnages. Cela les obligent parfois à quelques pirouettes : les mousquetaires deviennent les hommes du cardinal en cours de combat - et inversement - et une seule comédienne (Virginie Rodriguez) interprête toutes les caméristes de Richelieu. Loin de nuire au spectacle, cela renforce l'effet comique.

Nota bene : la pièce n'est présentée que les jours impairs. La compagnie propose un jour sur deux un autre spectacle : La botte secrête de Dom Juan, avec toujours Grégory Bron pour l'écriture et la mise en scène. On serait tenter d'y aller aussi sans hésiter.

D'Artagnan hors-la-loi de Grégory Bron. Avec Jean-Baptiste Guintrand, Grégory Bron, Benjamin Dubayle, Charlotte Rondelez, Vincent Dubos, Virginie Rodriguez, Philippe Ivancic, Serge Balu.
A l'Espace Alya (31 bis, rue Guillaume-Puy - 84000 Avignon), jusqu'au 28 juillet 2013 (les jours impairs) à 17h15.
Durée : 1 h 30. Réservation : 04 90 27 38 23.