Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 juillet 2012

(Avignon OFF) Mounir Margoum sublime le texte de Taher Najib : "A portée de crachat" au Théâtre Girasole

a portée de crachat,girasole,avignon off,taher najib,laurent fréchuret,mounir margoum"Autant mourir en martyr
sur le chemin du théâtre"

A portée de crachat, présenté au Théâtre Girasole pendant le festival Off d'Avignon, est un seul en scène. Un parmi tant d'autres à Avignon me répondrai-vous peut-être. Pas vraiment. Ce texte, écrit par  Taher Najib, est un bijou que l'interprétation de Mounir Margoum et la mise en scène de Laurent Fréchuret contribuent à faire encore plus briller.

Le héros est un comédien. Un comédien palestinien qui vit à Ramallah. Son quotidien, c'est le survol de la ville par les hélicoptères, menace permanente dans le ciel bleu,  mais aussi les crachats. Ceux des jeunes qui se regroupent chaque jour rue Roukab. Mais pourquoi crachent-ils donc ainsi ? C'est ce à quoi s'emploiera à répondre le spectacle. En nous faisant au passage toucher du doigt ce que c'est que de vivre là-bas, chaque jour sous la pression.

Sur la scène, Mounir Margoum se confond parfaitement avec le personnage. Le comédien - à l'affiche du In aussi  dans La Mouette, mise en scène par Arthur Nauziciel - s'adresse à nous directement, nous transmet une rage sourde devant l'injustice de cette situation, nous fait sourire aussi. La mise en scène de Laurent Fréchuret, très sobre, sans décor, joue sur les ruptures de rythme.

A portée de crachat est une pièce engagée. Légèrement, par petites touches, le message passe. Cette violence quotidienne, banalisée est-elle acceptable ? Pas pour le héros de l'histoire en tout cas. Il fuit Ramallah et s'installe à Paris. Six mois d'insouciance avant l'appel de la terre natale. Oui mais voilà, quand on est palestinien avec un passeport israélien, mieux vaut éviter de prendre l'avion vers le 11 septembre (d'autant que l'on est en 2002!). Mieux vaut aussi éviter de parler arabe dans un café de Tel Aviv ... Malgré tout, ne pas s'énerver, garder son calme coûte que coûte et finalement cracher aussi. "Survivre, tenir bon, tel est devenu l'objectif de ceux qui crachent" confie alors le protagoniste.

A Portée de crachat de Taher Najib, mise en scène Laurent Fréchuret, traduction de l’hébreu Jacqueline Carnaud. Avec Mounir Margoum. Au Théâtre Girasole (24 bis, rue Guillaume Puy à Avignon), tous les jours jusqu'au 28 juillet 2012 à 10 h 45. Durée : 1h15. Réservations au 04 90 82 74 42

 

Retrouver cet événement et une sélection de spectacles du Off sur notre Google Map !

 

17 juillet 2012

Avignon Off : "Les travaux et les jours", plongée dans le monde de l'entreprise par Michel Vinaver

avignon off,theatre des lucioles,michel vinaver,les travaux et les jours,compagnie italique"Le boulot c'est pas toujours du gâteau" 

Le monde de l'entreprise, Michel Vinaver le connaît parfaitement. Pendant plus de 30 ans, le dramaturge a travaillé pour le groupe Gillette, en tant que responsable des filiales française et italienne. Dans Les travaux et les jours - présenté actuellement dans le Off à Avignon au Théâtre des Lucioles - il décrit avec une précision d'entomologiste les relations de bureau.

Dans l'entreprise Cosson, on fabrique des moulins à café depuis plusieurs générations. Mais l'heure est au fusion d'entreprises et même chez Cosson, on n'échappe pas à ce mouvement.  Nous voici donc au coeur du service après-vente, dans cette période charnière où le management, l'esprit d'entreprise évoluent. 

avignon off,theatre des lucioles,michel vinaver,les travaux et les jours,valérie grail,compagnie italique
Photos :  Philippe Sibil

Ils sont cinq à travailler dans ce service. Il y a Nicole (Agathe L'Huillier), Anne (Mireille Roussel) et Yvette (Julie Ménard) qui répondent aux appels des clients, Guillermo, le technicien (Luc Ducros) et Monsieur Jaudouard  (Cédric David)qui dirige tout ce petit monde.

Dans L'Ordinaire, pièce entrée au répertoire de la Comédie-Française en 2009, on avait pu apprécier le talent de Vinaver pour construire les relations au sein d'un groupe face à une difficulté. Il s'agissait alors d'un accident d'avion et des dirigeants d'une entreprise perdu dans l'Himalaya et condamnés à manger des cadavres ... Ici, l'épreuve est moindre : la menace de perdre son emploi ou celle de perdre l'être aimé face à l'arrivée d'une nouvelle secrétaire, plus jeune et plus mignonne. 

avignon off,theatre des lucioles,michel vinaver,les travaux et les jours,valérie grail,compagnie italiqueL'atmosphère des années 70 est admirablement reconstituée dans cette mise en scène de  Valérie Grail. Sous sa direction, le travail des trois secrétaires - répondre au téléphone, taper à la machine, classer des documents - devient un balais énergique. Les dialogues des uns s'enchevêtrent aux conversations des autres. Les appels des clients s'entremêlent aux histoires de coeur du bureau. Le chef de service, lui, a la main baladeuse, à une époque où le harcèlement sexuel n'est pas encore un délit.

Les scènes et les dialogues sont cocasses, voire carrément drôles mais ne parviennent pas à nous faire oublier le réalisme de la situation. La pièce a été écrite en 1977.  Elle préfigure la déshumanisation des entreprises telle que nous la connaissons aujourd'hui. Cosson racheté, le service après-vente sera bien évidemment supprimé, les standardistes remplacées par un ordinateur. Le destin de milliers d'employés en somme.

Les Travaux et les jours de Michel Vinaver, mise en scène Valérie Grail. Avec Julie Ménard, Luc Ducros, Mireille Roussel, Agathe L'Huillier et Cédric David. Au Théâtre des Lucioles (10 rue des remparts Saint-Lazare à Avignon), jusqu'au 28 juillet, tous les jours à 16h35. Réservations au 04 90 14 05 51.

Retrouver cet événement et une sélection de spectacles du Off sur notre Google Map !


16 juillet 2012

"Le monde de Jean Vilar", une exposition à ne pas rater à Avignon

A Avignon, pendant le festival, il n'y a pas que des pièces de théâtre. Il y a aussi des expositions consacrées au théâtre. En cette année de centenaire de  la naissance de Jean Vilar, fondateur du festival In, la maison qui porte son nom propose une expo fort intéressante.

avignon,theatre,jean vilar,expositionLe Monde de Jean Vilar  y est reconstitué au travers de vidéos et de documents personnels. On y retrouve Vilar de retour à Sète, sur les traces de son enfance, dans la boutique de ses parents*; les images de la première "Semaine d'art en Avignon" en 1947 ; Gérard Philippe répétant Le Cid dans la Cour d'honneur du Palais des Papes en 1951 ou encore Maria Casares interprêtant Lady Macbeth en 1956.

L'exposition présente aussi une abondante correspondance. Lettre assez émouvante où Vilar demande une aide financière à son père. Plus tard, c'est avec Sartre, Cocteau, Giono, Camus ou encore Ionesco qu'il échange des lettres. 

Au rez-de-chaussée de la maison, l'exposition permanente (et gratuite) permet d'admirer, entre autres, costumes et affiches.

Retrouver cet événement et une sélection de spectacles du Off sur notre Google Map !

Le monde de Jean Vilar, exposition à la Maison Jean Vilar, 8 rue de Mons à Avignon, jusqu'au 13 décembre 2012. Ouvert tous les jours en juillet de 10h30 à 18h30, fermé en août. Entrée : 5 euros. Renseignements au 04 90 86 59 64.
* A Sète, une autre exposition est proposée, intitulée Dans les pas de Jean Vilar.