Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 novembre 2012

"J'avance et j'efface" au Théâtre Silvia Monfort : une fable sur la mémoire au accent japonais

"Comme c'est étrange ..."

Photo 2 J'avance et j'efface - libres de droits Isabelle Vignaud.jpg
Photo : Isabelle Vignaud

J'avance et j'efface : voilà résumée dans le titre la vie de Stirs, le héros de la pièce présentée actuellement au Monfort dans le cadre du parcours "Enfance et jeunesse".

Ce qu'il efface, ou plutôt ce qui s'efface, c'est sa mémoire. A neuf ans, Stirs a eu un accident. S'il est toujours vivant, le temps s'est un peu arrêté pour lui. Sa mémoire est désormais limitée à trois minutes. Impossible dans ces conditions de s'adapter au monde qui change autour de lui.

Alors pour le protéger, ses parents l'ont envoyé au Japon et confié aux bons soins d'une nourrice, Asaki. Le Japon où les traditions sont préservées, où le temps s'écoule différemment. Pour l'aider au quotidien, Stirs peut compter sur les dessins de sa nourrice, qui consigne ainsi sur papier les souvenirs de cet éternel petit garçon, devenu adulte.

Photo J'avance et j'efface - libres de droits Isabelle Vignaud.jpg
Photo : Isabelle Vignaud

Alexis Armengol s'appuie sur cette fable pour évoquer avec pudeur le thème de l'oubli. Le spectacle est destiné aux enfants: il ne s'agit donc pas de provoquer une angoisse mais de montrer à quel points les souvenirs sont précieux. La vie de Stirs (Laurent Seron-Keller) pourrait être un véritable enfer sans la protection bienveillante d'Asaki : comment retrouver son chemin lorsque l'on n'a que trois minutes de mémoire devant soi ? 

Véritable hommage au Japon, ce spectacle est plein de poésie et fait la part belle aux dessins, réalisés en direct par Shih Han Shaw et projetés sur écran, à la vidéo, la danse mais aussi au chant. Camille Trophème passe ainsi de la berceuse à la chanson d'héroïne manga. Avec sa perruque flamboyante, elle se transforme alors en divinité protectrice comme en trouve chez Miyazaki. Dépaysement garanti ! 

J'avance et j'efface d'Alexis Armengol (Compagnie Théâtre à cru). Avec Claudine Baschet, Laurent Seron-Keller, Shih Han Shaw, Camille Trophème, Frank Ternier, Mélanie Loisel. Au Théâtre Silvia Monfort (en collaboration avec le Théâtre de la Ville), jusqu'au 24 novembre 2012, du mardi au samedi à 20h30; représentations supplémentaires les mercredis & vendredis à 14h30 et le samedi 17/11 à 16h. Durée 1h. A partir de 8 ans. Réservations au 01 56 08 33 88.

10 novembre 2012

Naples millionnaire ! de Eduardo de Filippo, mise-en-scène par Anne Coutureau, reprise au Théâtre de l'Ouest Parisien à Boulogne.

"Au fond, il suffit d'une histoire napolitaine
pour toucher à l'universel !"

Critique publiée lors des représentations au Théâtre de la Tempête en janvier 2012. 

Ça commence par une projection sur un drap tendu, la distribution de la pièce,  avec un arrière fond musical. Un générique pendant lequel la scène commence à s'animer. Les comédiens circulent dans le décor, on rammasse le linge  qui séchait là. Hommage appuyé au cinéma, au mouvement néoréaliste italien. La pièce date à peu près de la même époque. Naples millionnaire ! a été écrite en 1945. Et chose assez surprenante, c'est la première fois qu'elle est présentée en France !

Eduardo de Filippo (dont on a pu voir La Grande Magie à la Comédie-Française il y a peu) est un personnage majeur en Italie. Dramaturge, mais aussi comédien, il a même été nommé sénateur à vie. Son décés, en 1984, a donné lieu à un hommage national. Mais pourquoi De Filippo est-il aussi méconnu en France ? Probablement parce que, échaudé par une mauvaise critique, il a refusé pendant 20 ans que ses oeuvres soient jouées ici. C'est en tout cas la théorie de sa traductrice, Huguette Hatem.

naples millionnaire,eduardo de filippo,huguette hatem,anne coutureau,eloïse auria,pierre benoist,francesco calabrese,patrick courteix,cécile descamps,emmanuel gayet,pascal guignard,gaëtan guilmin,david mallet,pauline mandroux,sacha petronijevic,sophie raynaud,perrine sonnet,théâtre de la tempête
Sacha Petronijevic. Photo : CLL

L'intrigue de Naples millionnaire ! se déroule pendant la guerre, à Naples vous l'aurez déviné, dans un quartier populaire où l'on tente de survivre. Pour nourrir les siens, Amalia Jovine (Perrine Sonnet) s'adonne au marché noir. Son mari, Gennaro (Sacha Petronijevic) ne cautionne pas cela. Mais il faut bien vivre ... et puis, depuis son retour de la guerre, la précédente, il n'est plus tout à fait le même, perdu dans ses  chimères, ses théories. Alors, à dire vrai, tout le monde se fiche un peu de son avis. Gennaro disparait deux ans. Deux années au cours desquelles le business d'Amalia prospère. C'est maintenant l'opulence pour la famille Jovine. Mais à quel prix ! L'inflexible Amalia est désormais une vraie usurière, elle a saigné tout le quartier mais a aussi délaissé ses enfants. C'est là que Gennaro réapparait, de retour des camps.

naples millionnaire,eduardo de filippo,huguette hatem,anne coutureau,eloïse auria,pierre benoist,francesco calabrese,patrick courteix,cécile descamps,emmanuel gayet,pascal guignard,gaëtan guilmin,david mallet,pauline mandroux,sacha petronijevic,sophie raynaud,perrine sonnet,théâtre de la tempête
Francesco Calabrese et Eloïse Auria. Photo : CLL

Gennaro, figure du père aimant, mais aussi homme honnête, c'est la voix de De Filippo, homme engagé, humaniste, proche du parti communiste italien. Formidable scène où il tente de raconter ce qu'il a vécu, ce qu'il a vu dans les camps. Les autres, sa famille, ses proches, sont en train de s'empiffrer autour de la table et n'ont de cesse que de l'interrompre, de le faire taire. "La guerre est finie Gennaro, mange !". Tous les rescapés des camps ont mis en avant cette impossibilité de parler, Jorge Semprun en tête, c'est un fait communément admis aujourd'hui : les autres ne voulaient pas entendre, ne voulaient pas savoir ... mais De Filippo écrit cela en 1945, rappelons le ! Le dénouement  fera sourire les cyniques, peut-être, mais il vient pudiquement rappeler ce que c'est qu'être un homme honnête.

Un texte émouvant donc auquel vient s'ajouter une superbe mise en scène. Décors et costumes nous montrent habilement l'évolution de la famille Jovine. Une table usée et des chaises en bois déparaillées au début, lourde table massive et fauteuils cossus ensuite. Le changement se fait à vue, dans une chorégraphie millimétrée, nous donnant ainsi à voir le temps qui passe. Et que dire de l'interprétation ? Rien justement car elle est parfaite. Aucun comédien ne faillit à son rôle, tous sont poignants tant ils sont vrais.

Un magnifique spectacle que je vous recommande vivement. Et gageons que cette oeuvre soient enfin connue du plus grand nombre. Merci en tout cas à Anne Coutureau d'avoir si bien  su la mettre en lumière.

Naples millionnaire !  de Eduardo De Filippo (texte français Huguette Hatem), mise en scène Anne Coutureau. Avec Eloïse Auria, Pierre Benoist, Francesco Calabrese, Patrick Courteix, Cécile Descamps, Emmanuel Gayet, Pascal Guignard, Gaëtan Guilmin, David Mallet, Pauline Mandroux, Sacha Petronijevic, Sophie Raynaud et Perrine Sonnet. Au Théâtre de la Tempête (salle Copi) jusqu'au 19 février 2012.
Réservations au 01 43 28 36 36.

Reprise au TOP de Boulogne-Billancourt du mercredi 21 au dimanche 25 novembre 2012, du mercredi au samedi à 20h30, le dimanche à 16 heures. Réservations au 01 46 03 60 44 

06 novembre 2012

"La Compagnie des Spectres" à la Gaité-Montparnasse : vidéo et interview de Zabou Breitman

Article mis à jour le 6 juillet 2013

La Compagnie des spectres  de et avec Zabou Breitman, d'après l'oeuvre de Lydie Salvayre, s'installe à Avignon pour le Festival Off 2013 au Théâtre du Chêne noir. 

La pièce a été créée cet hiver à la Gaité Montparnasse et j'ai eu l'occasion de réaliser un reportage pour FFrance 3 Ile-de-France (diffusion le samedi 3 novembre 2012). Zabou Breitman était l'invitée de Jean-Noël Mirande.

Voici donc l'extrait du journal avec l'interview de Zabou Breitman et le reportage : 

La Compagnie des Spectres, d'après le roman de Lydie Salvaire, adaptation, mise en scène et interprétation de Zabou Breitman, au Théâtre du Chêne Noir à Avignon,  du 6 au 28 juillet 2013 à 18h00 (Relâche les 11 et 19 juillet 2013). Réservation au 04 90 86 74 87.