Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 février 2013

Le best-seller "La liste de mes envies" adapté sur les planches : reprise au Festival Off d'Avignon 2013

 "On va vous aimer pour autre chose que vous désormais"

la liste de mes envies,cine 13 theatre,anne bouvier,mikael chinirian,grégoire delacourt,livre adaptation,critique
Photo : William K.

Article mis à jour le 6 juillet 2013

Ce fut un des succès littéraire de 2012 : La liste de mes envies de Grégoire Delacourt s'est vendu à plus de 400 000 exemplaires. L'ouvrage a été adapté et mis en scène au Ciné XIII Théâtre par Anne Bouvier et interprêté par Mikaël Chinirian. Il sera repris cet été dans le Off au Festival d'Avignon, au Théâtre des Béliers

Sur le plateau, tous les accessoires ont été recouverts de tricot et de macramé. L'univers de Jocelyne, mercière à Arras, est ainsi : tout feutré et douillé. Et même si son mari a changé avec le temps, elle l'aime encore profondément après 21 ans de mariage. Lorsqu'elle découvre qu'elle a remporté plusieurs millions d'euros au loto, la mercière imagine immédiatement tous les achats qu'elle va pouvoir faire. Mais la psychologue de la Française des jeux qui la reçoit a tôt fait de lui dresser un tableau très sombre de ce qui l'attend. Amis avides, époux volage une fois la somme partagée, pique-assiettes ...  Alors Jocelyne prend peur et cache le chèque au lieu de l'encaisser. 

la liste de mes envies,cine 13 theatre,anne bouvier,mikael chinirian,grégoire delacourt,livre adaptation,critique
Photo : William K.

Un homme pour incarner Jocelyne : le choix peut paraitre saugrenu de prime abord. Mais Mikaël Chinirian est finalement touchant et convaincant dans ce rôle (même si le maniement des aiguilles à tricoter reste laborieux !). Il insuffle à son personnage une douceur, une certaine indolence face aux aléas de la vie. Le comédien se glisse aussi dans la peau des autres protagonistes : le mari bourru, le père amnésique après un AVC, les deux amies de l'héroïne, des jumelles coiffeuses fantasques. 

Loin de l'aspect anecdotique du gain à la loterie, la pièce nous interroge sur notre rapport à l'argent, nos liens affectifs. Que coucherions nous, nous, sur la liste de nos envies ? Qu'est-ce qui est finalement essentiel à notre quotidien : les biens matériels ou les gens qui nous entourent ? Comme dans toutes les fables, il y a une morale à la fin ...

La liste de mes envies de Grégoire Delacourt. Adaptation et mise en scène Anne Bouvier et Mikael Chinirian. Avec Mikaël Chinirian. Au Ciné XIII Théâtre, du mercredi au samedi à 20h, le dimanche à 16 h, jusqu'au . Réservations : 01 42 54 15 12

Au Théâtre des Béliers  à Avignon, du 8 au 28 juillet 2013 à 17h40. Réseravtions : 04 90 82 21 07 

06 février 2013

Confession d'un enfant du siècle au Théâtre du Marais : coup de chapeau pour la scénographie !

IMG_9081 © Didier Goudal.jpg
Photos : Didier Goudal

Découvrir un nouveau théâtre est toujours un moment spécial. La capitale en comptant plusieurs centaines, ce plaisir est presque sans fin ! Des salles parfois minuscules comme le Théâtre du Marais où se joue actuellement La Confession d'un enfant du siècle de Musset, dans une adaptation de Frédéric Vossier et une mise en scène de Marie-Claude Morland.

Seul en scène, Bertrand Farge incarne un homme du 19e siècle, personnage torturé et double de Musset. Octave, blessé par l'inconstance d'une maitresse qu'il aimait profondement, devient un libertin s'adonnant à tous les plaisirs sans contraintes : les fêtes, les jeux, l'alcool ... Une vie dissolue interrompue par le décès de son père. De retour dans sa campagne natale, il rencontre une jeune veuve, redécouvre ce que c'est qu'aimer et devient la proie d'une jalousie maladive.

184021113.jpg

Il est rare que de telles productions bénéficient d'une scénographie aussi élaborée et aboutie. Commençons donc par louer cet effort. Elle est l'oeuvre d'Elsa Belenguier, diplômée de l'ENSATT en 2011, qui signe là sa première scénographie professionnelle. Dans un espace très restreint, on admire l'élégance des verres et carafes disposés sur deux guéridons. Des bougies et des tapis viennent renforcer cette atmosphère propice aux confidences. Et puis il y a ces magnifiques arbres aux reflets flamboyants de l'automne.

Dans ce cadre, Bertrand Farge et sa voix chaude nous livrent cette confession teintée de regrets et de mélancolie. On suit pas à pas l'évolution du personnage, ses changements d'humeur. On vit son désarroi et ses angoisses. Le texte de Musset est magnifique, ce n'est pas une nouveauté ! Il est ici sublimement mis en valeur. 

La Confession d’un enfant du siècle d'après Alfred de Musset. Adaptation Frédéric Vossier, mise en scène Marie-Claude Morland. Avec Bertrand Farge. Au Théâtre du Marais (37 rue Volta, Paris 3e) prolongation jusqu'au 28 avril 2013, du jeudi au samedi à 21h, dimanche à 17h. Réservations : 01 45 44 88 42
Durée du spectacle : 1h20  

03 février 2013

Comédie-Française : pour Hernani, Nicolas Lormeau chamboule le Théâtre du Vieux-Colombier

"La foule demande surtout au théâtre des sensations ;
la femme, des émotions ;
le penseur, des méditations."

hernani.jpg

Créée pour le Printemps des comédiens à Montpellier l'année dernière, la mise en scène de Nicolas Lormeau d'Hernani de Victor Hugo a quelque peu modifié la physionomie du Vieux-Colombier

Le pensionnaire de la Comédie-Française - dont on a déjà pu apprécier la Confession d'un enfant du siècle d'après Musset et la visite guidée de la maison de Molière -  a en effet opté pour une scénographie bi-frontale. Comprenez par là que les spectateurs sont placés de part et d'autre d'une scène carré. Il a pour cela fallu monter une tribune là où les comédiens jouent habituellement et poser un placher en lieu et place des fauteuils des premiers rangs. 

Pour le reste, la scénographie est dépouillée : plateau nu pour les trois premiers actes, éléments de décor limités pour les deux suivants. Une voix enregistrée, celle de Thierry Hancisse, vient cependant à chaque changement d'acte nous décrire les lieux où se situent l'action, tels que Victor Hugo les a imaginés. Cette même voix nous lit aussi la préface de Ruy Blas avant que ne débute le spectacle, un texte très intéressant où Hugo développe une théorie sur les spectateurs et leurs attentes.

Hernani - rappelons le - est une histoire d'amour tragique sur fond politique. Le héros est un bandit (en réalité un noble banni) épris de Doña Sol. Mais il n'est pas le seul à convoiter la jeune femme. Le tuteur de celle-ci, Don Ruy Gomez, envisage de l'épouser ; Don Carlos, roi d'Espagne, veut quant à lui la mettre dans son lit. Entre les trois hommes, cette rivalité amoureuse vire à l'affrontement et devient une histoire d'honneur.

Félicien Juttner dans le rôle titre est  la révélation de cette pièce. Entré dans la troupe en 2010, il joue là son premier grand rôle du répertoire classique.  Jérôme Pouly (Don Carlos) et Bruno Raffaeli (Don Ruy Gomez) sont eux aussi très bons. Je suis en revanche un peu moins convaincue par Jennifer Decker : sa Doña Sol ne m'a pas vraiment émue. 

L'ensemble reste cependant plutôt réussi. Par ce dépouillement, l'intrigue gagne en concision. Belle idée aussi de faire jouer les comédiens dans des costumes du XIXe siècle (et non du XVIe, époque où se situe l'intrigue). C'est tout l'univers d'Hugo que l'on retrouve dans le texte : le discours de Don Carlos, futur Charles Quint, sur la tombe de Charlemagne prend ainsi une autre dimension politique. 

Hernani  de Victor Hugo, version scénique, scénographie et mise en scène Nicolas Lormeau.
Avec Bruno Raffaelli, Françoise Gillard, Jérôme Pouly, Félicien Juttner, Jennifer Decker, Elliot Jenicot et avec la voix de Thierry Hancisse.
A la Comédie-Française, Théâtre du Vieux-Colombier, jusqu'au 17 février 2013.
Réservations : 0 825 10 1680.