Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 mars 2013

Un théâtre élisabéthain en bois installé à Paris pour un printemps sous le signe de Shakespeare

Les représentations n'ont pas encore commencé mais le projet séduit déjà : dans la cour de la Cité des Arts, à Paris près de l'Hôtel de Ville, un théâtre élisabéthain en bois s'est installé. La Tour vagabonde va accueillir durant tout le printemps des représentations consacrées à William Shakespeare.

 

cité des arts,shakespeare,tour vagabonde,paris,théâtre élisabéthain,roméo et juliette,comme il vos plaira,mille chandelles

La Tour vagabonde a été créée il y plus de 15 ans par un atelier suisse sur le modèle du Théâtre du Globe londonien (ce lieu magique dont je vous avez parlé en juin dernier). Propriété d'une troupe de théâtre dans un premier temps, elle est aujourd'hui gérée par une fondation. La Compagnie  Les Mille Chandelles, sous la direction de Baptiste Belleudy, va l'occuper pendant quatre mois. 

cité des arts,shakespeare,tour vagabonde,paris,théâtre élisabéthain,roméo et juliette,comme il vos plaira,mille chandelles

Trois pièces au programme : Roméo et Juliette (dès le 20 mars 2013) puis Ba di bla di bla (à partir du 24 avril 2013), une pièce pour enfants créée par Damien Bonnel autour de l'univers de Shakespeare et  Comme il vous plaira  (à partir du 21 mai 2013). A noter : pour ces deux derniers spectacles, les répétitions seront ouvertes au public chaque après-midi (dès le 20 mars pour Comme il vous plaira, de 15h à 18h environ).

La Tour Vagabonde, Cité Internationale des Arts, 18 rue de l'Hôtel de Ville Paris 4e.
Réservation au 07 78 52 52 27  ou sur le site internet de la compagnie Mille chandelles.  
Roméo & Juliette de Shakespeare, à partir du 20 mars 2013 du mardi au samedi à 20h, les samedi et dimanche à 15h.
Bla di bla di bla de Damien Bonnel, à partir du 24 avril 2013 du mercredi au vendredi à 10h, dimanche à 11h. 
Comme il vous plaira de Shakespeare, à partir du 21 mai 2013 du mardi au vendredi à 15h.  

15 mars 2013

Une vision hypnotique de Médée au Théâtre de l'Epée de Bois

 Médée_228.jpg

Sur la scène du Théâtre de l'Epée de bois, Diana Dobreva nous livre sa vision du mythe de Médée. Sous titré L'insomnie de l'amour monstre, le spectacle s'appuie sur des textes d'Ovide, Euripide, Müller ou encore Borges. 

Au coeur de la pièce : la passion. Ce mythe antique nous est raconté de façon lapidaire, à travers quelques flash. On ne rentre pas dans les détails du récit. Les argonautes, la quête de la toison d'or, la séduction de Jason, la mort du frère de Médée,  ... tout cela n'est qu'un arrière-fond. Les dialogues se concentrent sur l'histoire de ce couple. Mots d'amours de Médée et Jason enlacés, paroles de désespoir de l'amoureuse délaissé, cris de douleur de la femme blessée... 

Médée_001.jpg

Médée est une femme bafouée, malmenée : voilà de quoi justifier l'infanticide, en somme. 

Plus que le jeu des comédiens ou la construction de l'intrigue, c'est l'aspect pictural de cette pièce que l'on retiendra surtout. Il y a une grande recherche esthétique et visuelle dans le travail de Diana Dobreva. Les déplacements sur le plateau sont lents, très chorégraphiés. Les costumes et la scénographie géométrique frappent les esprits. 

Une construction qui séduit plus par l'image que par les mots, laissant les spectateurs comme hypnotisés.  

Médée, l'insomnie de l'amour monstre, d'après Ovide, Euripide, Heiner Müller, Jorge-Luis Borges et Diana Dobreva, mise en scène de Diana Dobreva. Avec Diana Dobreva, Olivier Raynal, Jean-Charles Mouveaux, Aneli Pino. Au Théâtre de l'épée de bois (cartoucherie de Vincennes), du 19 mars au 7 avril 2013, du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 16h. Réservations au 01 48 08 39 74. Durée : 1h10

11 mars 2013

Denis Podalydès en duo avec la danseuse japonaise Kaori Ito pour une nouvelle version du "Cas Jekyll"

 "Comme un manteau taillé exactement
à sa mesure"

Pour cette seconde version du Cas Jekyll, Denis Podalydès n'est plus seul en scène. A ses côtés, la danseuse  et chorégraphe japonaise Kaori Ito campe la monstruosité de Hyde.

Pour cette adaptation théâtrale du roman de Stevenson, adaptation signée Christine Montalbetti, le docteur Jekyll  nous expose, tel un conférencier, sa fabuleuse découverte et les conséquences inattendues de celle-ci.  Grace à une potion, il est parvenu à dédoubler sa personnalité. Le sage Jekyll et le bestial Hyde. Mais les effets de la potion se révèlent bientôt instables et Hyde devient de plus en plus envahissant. Au mileu de sa chambre, voici Jekyll dépassé par les évènements, comme dévoré par son double maléfique.

La chorégraphie entre le sociétaire de la Comédie-Française et la danseuse japonaise est une mécanique finement orchestrée. Les deux comédiens ne forment parfois qu'y seul corps, figurant la transformation, l'envahissement de Jekyll par Hyde. Leurs bras s'enchevêtrent, la danseuse se retrouve accrochée au comédien. Jekyll ne peut se défaire de Hyde et court à sa perte. 

Le duo fonctionne à merveille. Sans avoir vu la première version - dans laquelle Denis Podalydès interprêtait les deux rôles - on est séduit par cette trouvaille. Et la grâce de Kaori Ito sur scène est un  plaisir pour les yeux.

Le Cas Jekyll (2eme version) de Christine Montalbetti, d'après Robert-Louis Stevenson,  mise en scène Denis Podalydès, Eric Ruf et Emmanuel Bourdieu. Avec Denis Podalydès et Kaori Ito.
Au Théâtre de l'Ouest parisien à Boulogne-Billancourt jusqu'au 2 mars 2013. 
Au Théâtre Jean-Vilar de Suresnes les 22 et 23 mars 2013 à 21 heures.