Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 septembre 2015

"Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit" de Mark Haddon / Philippe Adrien / Théâtre de la Tempête

"Et c'est même devenu une pièce de théâtre !"

Au Théâtre de la Tempête, cette année encore, c'est le directeur des lieux qui ouvre la saison : Philippe Adrien met en scène Le Bizarre incident du chien pendant la nuit. Une pièce adaptée du roman de Mark Haddon qui triomphe à Londres depuis plusieurs années. Et sa traduction française sera, on en prend le pari, également un succès !

20703114374_be3edefc28_o.jpg
Photo  Antonia Bozzi

Le bizarre incident dont il est question, c'est le meurtre sauvage de Wellington, le chien de madame  Shears, tué d'un coup de fourche. Surpris sur les lieux, Christopher est un jeune autiste de 15 ans. Il n'est pas coupable et entend bien trouver le responsable de ce geste. En menant ses investigations, dans la grande tradition des enquêteurs britanniques, l'adolescent va découvrir bien plus que le meurtrier de Wellington.

Christopher, c'est Pierre Lefebvre. Le comédien est le fils de Philippe Adrien et on l'a vu grandir professionnellement sur scène, du rôle de garçon d'étage dans Le Dindon en passant par celui d'Horace dans L'Ecole des femmes ou encore l'année dernière dans La Grande nouvelleIl atteint dans ce rôle de jeune autiste les sommets, restituant avec beaucoup de réalisme la gestuelle et le comportement induits par cette maladie. 

21315147882_60b521a1fb_o.jpg
Photo : Antonia Bozzi

La mise en scène de Philippe Adrien restitue elle aussi parfaitement le monde tel que le perçoit Christopher : personnages qui se déplacent dans une étrange chorégraphie, sons distordus, lumières oscillantes. Un extérieur déboussolant et de facto hostile que Christopher surmontera pour parvenir à ses fins.

C'est à la fois drôle et émouvant, sans aucun pathos. On se laisse totalement prendre par l'intrigue et par cette forme de narration si particulière : Christopher a écrit l'histoire sous forme de roman que son éducatrice lit à voix haute ; roman qui devient lui même une pièce de théâtre jouée devant nous. D'un bout à l'autre ce Bizarre incident du chien pendant la nuit est une réussite. Un vrai coup de cœur à partager ! 

Le Bizarre incident du chien pendant la nuit d'après le roman de Mark Haddon, adaptation Simon Stephens, mise en scène Philippe Adrien (texte français Dominique Hollier). Avec Pierre Lefebvre,  Juliette Poissonnier, Sébastien Bravard, Nathalie Vairac, Bernadette Le Saché, Mireille Roussel, Laurent Montel, Laurent Ménoret, Tadié Tuéné. Au Théâtre de la Tempête (Cartoucherie de Vincennes), du mardi au samedi 20h, dimanche 16h, jusqu'au 18 octobre 2015. Réservations au 01 43 28 36 36. 

Durée : 2h15

 

04 septembre 2015

Victor de Henri Bernstein / Rachida Brakni / Théâtre Hébertot

Ça y est, c'est la reprise. Côté théâtres privés, Hébertot lève son rideau dès cette semaine avec Victor, pièce de Henri Bernstein, mise en scène par Rachida Brakni. A l'affiche, deux comédiens que l'on attendait pas forcément sur le même plateau : Eric Cantona et Grégory Gadebois.

victor,henri bernstein,rachida brakni,grégory gadebois,caroline silhol,éric cantona,marion malenfant,serge biavan,théâtre hébertot,avis,critique,blog

L'ancien pensionnaire de la Comédie-Française reprend le rôle créé en 1950 par Bernard Blier. Victor sort de prison. L'homme est pourtant droit et honnête - "je suis légal" dit-il - et cette peine, il l'a purgée à la place d'un autre. Un camarade de guerre dont il voulait préserver la réputation. Par amitié mais aussi par amour pour l'épouse de cet ami. Et la voici cette épouse, élégante et sophistiquée, venue se jeter à son cou sitôt la porte de la prison franchie. 

Ne vous y trompez pas : si les affiches mettent au premier plan Eric Cantona, c'est bien Grégory Gadebois, à la renommée certes moins importante, qui porte la pièce sur ses épaules. Il incarne un Victor à la fois réservé, pudique, plein de douceur mais déterminé, partagé entre deux femmes. La première, beauté fatale tout droit sortie des années 1950, c'est Caroline Silhol. La seconde, c'est Marion Malenfant. La comédienne confirme tout les espoirs que l'on plaçait en elle lorsqu'elle était (elle aussi) au Français. Les scènes qu'elle partage avec Gadebois sont celles qui sonnent le plus juste. Un mot sur "Canto" : il s'en sort plutôt bien dans ce rôle de mari autoritaire et cynique au verbe haut. N'oublions pas de citer aussi Serge Biavan, repenti au grand coeur.

victor,henri bernstein,rachida brakni,grégory gadebois,caroline silhol,éric cantona,marion malenfant,serge biavan,théâtre hébertot,avis,critique,blog

Victor nous parle d'une époque qui semble un peu lointaine aujourd'hui. Une époque où les héros de guerre devinrent parfois des chefs d'entreprises véreux, où les vrais bandits avaient de la morale, où les femmes étaient totalement dépendantes de leurs époux. Un petit côté suranné pas déplaisant - renforcé par les costumes et la scénographie jusqu'aux affiches signées Harcourt - et une intrigue aux renversements multiples qui reste attrayante. Autant d'arguments qui m'incitent à vous conseiller cette pièce.

Victor de Henri Bernstein, mise en scène Rachida Brakni. Avec Grégory Gadebois, Caroline Silhol, Eric Cantona, Marion Malenfant et Serge Biavan. Au Théâtre Hébertot, du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 17h. Durée 1h45. Réservations au 01 43 87 23 23. 

22 juin 2015

Le Bourgeois gentilhomme de Molière / Denis Podalydès / Théâtre des Bouffes du Nord (reprise)

"Tenez, Monsieur, battez-moi plutôt,
et me laisser rire de tout mon soûl,
cela me fera plus de bien."

C'est une reprise que l'on ne saurait que trop vous conseiller : au Théâtre de Bouffes du Nord, Le Bourgeois Gentilhomme est à l'affiche un mois durant, dans la belle mise en scène de Denis Podalydès (créée en 2012, date à laquelle nous avons découvert ce spectacle). Pour l'occasion, le sociétaire de la Comédie-Française s'est entouré de ses deux acolytes : Eric Ruf pour la scénographie et Christian Lacroix pour les costumes. 

Pour narrer cette histoire du bourgeois qui se veut faire plus cultivé et raffiné que les nobles, Denis Podalydès a choisi de situer l'intrigue dans une échoppe de tissus. Une façon de ramener M. Jourdain à sa condition - un fils de marchand de draps, un boutiquier - quelque soit le rang auquel il aspire. Et pour mieux marquer l'incongruité de ces aspirations, le metteur en scène s'appuie sur un décalage entre la tenue extravagante de M. Jourdain (Pascal Rénéric) et une certaine normalité incarnée par les autres personnages.

L'ensemble des comédiens de la distribution porte avec talent la pièce de Molière. Particulièrement les plus jeunes comédiens : Manon Combes dans le rôle de Nicole, et Julien Campani, dans celui de Dorante, sont remarquables. Il faut voir cette Nicole prise d'un fou rire devant l'accoutrement de Monsieur Jourdain. Cléonte alias Thibault Vinçon brille lui aussi. Quelle jolie scène que celle où Nicole et Lucile (Leslie Menu) tentent de convaincre Cléonte et Covielle (Alexandre Steiger)de la constance de leurs sentiments (Acte III, scène 10). Des fragments de la scène sont repris sur des tons différents, comme une ritournelle, et les quatre comédiens se lancent dans une sorte de quadrille réglé avec finesse. Quelle belle idée !

La pièce est représentée dans son intégralité, y compris les ballets de Lully. Danseurs, musiciens et chanteurs lyriques complètent donc la distribution, ajoutant à ce texte, souvent joué, son faste d'origine. Un spectacle réjouissant pour consoler ceux qui restent à Paris en ce début d'été.

Le Bourgeois gentilhomme, comédie-ballet de Molière, sur une musique de Lully, mise en scène Denis Podalydès. Avec Emeline Bayart, Manon Combes ou Elodie Huber, Bénédicte Guilbert, Julien Campani, Francis Leplay, Hermann Marchand, Leslie Menu, Nicolas Orlando, Laurent Podalydès, Pascal Rénéric, Léo Reynaud, Alexandre Steiger, Thibault Vinçon.
Au Théâtre des Bouffes du Nord, du 26 juin au 26 juillet 2015, du mardi au samedi à 20h, les samedis à 16h. Durée 3h avec entracte.  Réservations : 01 46 07 34 50