Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 février 2014

Songe d'une nuit d'été de Shakespeare / Muriel Mayette-Holtz / Comédie-Française (Salle Richelieu)

"Quelles fêtes nous prépare-t-on ?
N’a-t-on pas une comédie

Pour soulager les angoisses d’une heure de torture ? "

le songe d'une nuit d'été,william shakespeare,muriel mayette-holtz,martine chevallier,michel vuillermoz,julie sicard,christian hecq,stéphane varupenne,suliane brahim,jérémy lopez,adeline d’hermy,elliot jenicot,laurent lafitte,louis arene,benjamin laverhne,pierre hancisse,sébastien pouderoux,comedie-française,avis,critique,blog,theatre

Avant même d'avoir été présenté, ce Songe d'une nuit d'été faisait déjà couler beaucoup d'encre. Une mise en scène signée par l'administratrice elle-même, Muriel Mayette-Holtz, alors qu'une partie de la troupe de la Comédie-Française (les sociétaires) s'est prononcée contre le renouvellement de son mandat : voilà une situation des plus inconfortables et l'on pouvait craindre un impact sur la pièce. Mais les comédiens du Français sont de grands professionnels et rien ne transparaît au final, laissant les spectateurs devant un Songe tout en légèreté et drôlerie.

Rappelons l'histoire en quelques lignes. L'histoire se déroule à Athènes. Thésée est sur le point d'épouser Hippolyta. Alors que l'on prépare la noce, Egée vient solliciter le souverain : sa fille, Hermia, refuse d'épouser Démétrius car elle lui préfère Lysandre. Thésée tranche : Hermia devra plier face à la volonté paternelle ou se retirer du monde. Pour échapper à ce sort, la jeune femme décide de fuir avec son amant. Mais son amie Héléna, par amour pour Démétrius, révèle à celui-ci cette fugue. Les quatre jeunes athéniens se retrouvent alors dans une forêt remplie de magie où Titania la reine des fées et Obéron, roi des elfes, sont en pleine crise conjugale. Ils vont, par leurs chamailleries, jeter la confusion sur les humains. Dans cette même forêt, les artisans de la ville répètent une pièce pour fêter le mariage de Thésée. 

La distribution fait la part belle aux plus jeunes membres de la troupe. Adeline d'Hermy, magnifique Helena, Sébastien Pouderoux (Lysandre), Louis Arene dans le costume de Puck ou encore Benjamin Lavernhe (Flute) et Jérémy Lopez (Bottom) s'affirment ici comme les valeurs montantes de la maison. La relève est assurée ! 

Dans sa mise en scène, Muriel Mayette-Holtz utilise largement la salle : toutes les scènes se déroulant à la cour de  Thésée prennent place aux premiers rangs de l'orchestre, au beau milieu des spectateurs. La scène, c'est la forêt. Distinction nette entre le monde réel et les lieux empreints de magie. Seul regret : la quasi absence de décor. La scénographie se résume à quelques bâches de plastiques. Pas vraiment féerique ! Un peu décevant dans le premier théâtre de France où l'on est en droit d'espérer en prendre plein les yeux... 

Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, traduction François-Victor Hugo, mise en scène Muriel Mayette-Holtz. Avec Martine Chevallier, Michel Vuillermoz, Julie Sicard, Christian Hecq, Stéphane Varupenne, Suliane Brahim, Jérémy Lopez, Adeline D’Hermy, Elliot Jenicot,  Laurent Lafitte, Louis Arene, Benjamin Lavernhe,  Pierre Hancisse, Sébastien Pouderoux et les élèves-comédiens de la Comédie-Française Heidi-Eva Clavier, Lola Felouzis, Matĕj Hofmann, Paul Mc Aleer , Pauline Tricot, Gabriel Tur. A la Comédie-Française, Salle Richelieu, jusqu'au 15 juin 2014 (en alternance). Réservations au 0 825 10 1680. Durée : 2h15 sans entracte. 

05 février 2014

Macbeth de Shakespeare / Anne-Laure Liégeois / Théâtre 71 - Malakoff

"Il va y avoir du sang ..."


 Macbeth@Christophe Raynaud de Lage - ok_1125.jpg
Photo : Christophe Raynaud de Lage


Comment expliquer à un néophyte que l'intérêt d'aller voir la même pièce, à quelques semaines d'écart, dans des mises en scène différentes ? La preuve par l'exemple est la seule solution pour démontrer que l'on peut assister à deux spectacles totalement distincts et pourtant parfaitement réussis l'un et l'autre. Prenez Macbeth : Laurent Pelly en a proposé une magnifique version il y a peu. Au Théâtre 71 à Malakoff, Anne-Laure Liégeois réussit tout autant, dans un autre registre. 


La metteuse en scène a déjà signé plusieurs pièces à la Comédie-Française. Une puce, épargnez-la de Naomi Wallace et La Place royale de Corneille notamment. Deux mises en scène assez sages disons-le ouvertement, pour qui avait vu sa Duchesse de Malfi, à Malakoff déjà, en 2011. On désespérait de retrouver un jour la même folie, la même démesure qu'elle avait su mettre dans cette pièce de John Webster. Voilà qui est réparé avec Macbeth. Des litres de sang, de la boue, de l'eau ... un peu trash mais génial !


Macbeth@Christophe Raynaud de Lage -0747 - ok.jpg
Photo : Christophe Raynaud de Lage


La pièce s'ouvre sur un Macbeth, épée en main, se battant contre des jets d'eau. Très beau visuellement et impressionnant sur le plan de la machinerie. On découvre alors que la scène est parcourue par une sorte de petit canal. Au fond, un portail à plusieurs vantaux coulissants. C'est à peu près tout mais c'est suffisant. Les artifices sont ailleurs, comme cette fosse de boue dans laquelle viendront se vautrer les sorcières, trois comédiennes n'ayant pour seuls atours que des bottes rouges.   


Les comédiens sont aussi très convaincants. A commencer par Olivier Dutilloy dans le rôle titre mais surtout Anne Girouard dans celui de lady Macbeth. Celle-ci s'est fait connaitre du grand public grâce à la série Kaamelott (la très nunuche Guenièvre, c'était elle !). La voici dans un style diamétralement opposé, parfaite de bout en bout. Sans aller jusqu'à citer les 14 autres acteurs présents sur scène, disons juste qu'il n'y a aucune fausse note dans cette distribution. 


Vous l'aurez compris, ce spectacle se savoure de la première à la dernière minute - durant 2h50 tout de même - sans une seule seconde d'ennui. 


Macbeth de William Shakespeare, traduction Yves Bonnefoy, mise en scène Anne-Laure Liégeois. Avec Olivier Dutilloy, Anne Girouard, Pauline Belle, Sébastien Bravard, Elsa Canovas, Alessandro de Pascale, Philippe Houriet, Pauline Masse, Noé Mercier, Sarah Pasquier, Jean-François Pellez, Jérémy Petit, Loïc Renard, Alexandre Ruby, Charles-Antoine Sanchez, Willie Schwartz. Au Théâtre 71 à Malakoff, jusqu'au 14 février 2014, mardi et vendredi à 20h30, mercredi, jeudi et samedi à 19h30.
Réservations au 01 55 48 91 00. Durée : 2h50.


En tournée :
Espace des Arts, Scène Nationale – Chalon-sur-Saône, 20 et 21 février 2014 - 03 85 42 52 12
Le Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique – Nantes, 24 au 28 février 2014 - 02 51 88 25 25 
La Piscine – Châtenay-Malabry, 4 mars 2014 - 01 41 87 20 84 
La Passerelle, Scène Nationale des Alpes du Sud – Gap, 18 mars 2014 - 04 92 52 52 52
Le Cratère, Scène Nationale – Alès, 20 et 21 mars 2014 - 04 66 52 52 64
Maison de la Culture d’Amiens - Amiens, 25 et 26 mars 2014 - 03 22 97 79 77 
L’Entracte, Scène conventionnée de Sablé-sur-Sartre - Sablé-sur-Sarthe, 28 mars 2014 - 02 43 62 22 22
Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin – Limoges, 1 au 3 avril 2014 - 05 55 79 90 00
Le Fracas, Centre Dramatique National Montluçon, 8 et 9 avril 2014 - 04 70 03 86 18

04 février 2014

La liste de mes envies de Grégoire Delacourt / Anne Bouvier / Théâtre des Béliers parisiens (reprise)

 "On va vous aimer pour autre chose que vous désormais"

la liste de mes envies,cine 13 theatre,anne bouvier,mikael chinirian,grégoire delacourt,livre adaptation,critique
Photo : William K.

Ce fut un des succès littéraires de 2012 : La liste de mes envies de Grégoire Delacourt s'est vendu à plus de 400 000 exemplaires. L'ouvrage a été adapté et mis en scène par Anne Bouvier. Un seul en scène, créé en 2012 au Ciné XIII Théâtre, interprété par Mikaël Chinirian a (re)découvrir au Théâtre des Béliers parisiens.

Sur le plateau, tous les accessoires ont été recouverts de tricot et de macramé. L'univers de Jocelyne, mercière à Arras, est ainsi : tout feutré et douillé. Et même si son mari a changé avec le temps, elle l'aime encore profondément après 21 ans de mariage. Lorsqu'elle découvre qu'elle a remporté plusieurs millions d'euros au loto, la mercière imagine immédiatement tous les achats qu'elle va pouvoir faire. Mais la psychologue de la Française des jeux qui la reçoit a tôt fait de lui dresser un tableau très sombre de ce qui l'attend. Amis avides, époux volage une fois la somme partagée, pique-assiettes ...  Alors Jocelyne prend peur et cache le chèque au lieu de l'encaisser. 

la liste de mes envies,cine 13 theatre,anne bouvier,mikael chinirian,grégoire delacourt,livre adaptation,critique
Photo : William K.

Un homme pour incarner Jocelyne : le choix peut paraître saugrenu de prime abord. Mais Mikaël Chinirian est finalement touchant et convaincant dans ce rôle (même si le maniement des aiguilles à tricoter reste laborieux !). Il insuffle à son personnage une douceur, une certaine indolence face aux aléas de la vie. Le comédien se glisse aussi dans la peau des autres protagonistes : le mari bourru, le père amnésique après un AVC, les deux amies de l'héroïne, des jumelles coiffeuses fantasques. 

Loin de l'aspect anecdotique du gain à la loterie, la pièce nous interroge sur notre rapport à l'argent, nos liens affectifs. Que coucherions nous, nous, sur la liste de nos envies ? Qu'est-ce qui est finalement essentiel à notre quotidien : les biens matériels ou les gens qui nous entourent ? Comme dans toutes les fables, il y a une morale à la fin ...

La liste de mes envies de Grégoire Delacourt. Adaptation et mise en scène Anne Bouvier et Mikael Chinirian. Avec Mikaël Chinirian. Au Théâtre des Béliers parisiensdu mardi au samedi à 20 h, matinée le samedi à 17h30. Réservations au 01 42 62 35 00. Durée: 1h05