Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 janvier 2014

Homme pour Homme de Bertolt Brecht / Clément Poirée / Théâtre de la Tempête

"La chose la plus certaine, c'est le doute."

 homme pour homme4 (c)Julien Piffaut.jpg
Photos : Julien Piffaut

Hier, je vous parlais de Corps étrangers, l'une des deux pièces actuellement à l'affiche au Théâtre de la Tempête. Évoquons à présent Homme pour Homme de Bertolt Brecht. A la mise en scène : Clément Poirée dont j'avais adoré le Beaucoup de bruit pour rien, sur cette même scène en 2011.

Galy Gay est docker. Parti de chez lui pour acheter du poisson, il tombe sur des mitrailleurs de l'armée coloniale britannique. La compagnie n'est pas au complet - le quatrième homme a été abandonné en fâcheuse posture - et ne peut se présenter ainsi devant le sergent lors de l'appel. Qu'importe : Galy Gay le remplacera. Les trois militaires entreprennent donc d'en faire un parfait soldat, sans que le malheureux docker n'ait véritablement son mot à dire. 

Pour nous raconter cette histoire, Clément Poirée a opté pour un décor d'usine. Une papeterie ou une imprimerie, semble-t-il, avec d'énormes rouleaux de papiers. Un décor qui n'a pas grand chose à voir avec l'intrigue mais dont les éléments permettront tour à tour de figurer un temple bouddhiste, une cantine militaire ou un wagon de train. 

homme pour homme,bertolt brecht,clément poirée,bruno blairet,laure calamy,thibaut corrion,eddie chignara,pierre giafferi,anthony paliotti,patrick paroux,benjamin wangermée,théâtre de la tempête,theatre,critique,avis,blog

La mise en scène laisse une grande place au comique de geste. On retrouve sur les premières scènes une ambiance qui rappelle celle du cinéma muet. Les comédiens jouent à merveille ce registre, incarnant des personnages très stéréotypés : un bonze enjôleur mais très rusé (Patrick Paroux), la veuve Begbick, cantinière aux allures d'entraîneuse de saloon (Laure Calamy), le sergent (Eddie Chignara) tel le loup de Tex Avery devant les ogives de la tenancière ...

Le ton se fait plus grave sur la fin et le récit gagne en profondeur jusqu'à poser implicitement la question : les hommes sont-ils interchangeables ? Face à la pression le docker Galy Gay (Thibaut Corion) accepte d'endosser une autre identité car c'est toujours mieux que d'être fusillé... Avec son humour grinçant, Homme pour homme nous rappelle que la négation de l'individu commence toujours de façon insidieuse. 

Homme pour homme de Bertolt Brecht, mise en scène Clément Poirée. Avec Bruno Blairet, Laure Calamy, Thibaut Corrion, Eddie Chignara, Pierre Giafferi, Anthony Paliotti, Patrick Paroux, Benjamin Wangermée. Au Théâtre de la Tempête, jusqu'au 16 février 2014, du mardi au samedi à 20h, dimanche 16h. Réservations au 01 43 28 36 36. durée : 2h10.  

Les commentaires sont fermés.