Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 novembre 2013

Elisabeth ou l'équité de Eric Reinhardt / Frédéric Fisbach / Théâtre du Rond-Point

"La laideur de notre époque"

FireShot Screen Capture #018 - 'wents-users_cccommunication_biz_153539_docs_elisabethequite_pdf' - wents-users_cccommunication_biz_153539_docs_elisabethequite.jpg

CCE, PSE ... Des mots plus souvent utilisés dans les revues économiques que sur scène. Voilà pourtant un monde que maîtrise parfaitement le romancier et dramaturge Eric Reinhardt. Son Élisabeth ou l'équité est mis en scène par Frédéric Fisbach au Théâtre du Rond-Point*

Elisabeth est DRH d'un groupe industriel désormais au main d'un fond de pension américain. Et comme souvent, le nouveau propriétaire veut dégraisser ... Elisabeth se voit donc confier la tâche ingrate de mener à bien un plan social prévoyant la suppression de 192 emplois dans une des usines du groupe et ce, "sans conflit social ni tapage médiatique".  

La voilà donc coincée entre le marteau et l'enclume. Un patron américain qui n'a jamais mis les pieds sur place et ne connait rien au droit du travail français d'un côté, les syndicats de l'autre. Elisabeth gère parfaitement - en anglais - les discussions au dernier étage d'un building new-yorkais mais se retrouve aussi impliquée émotionnellement dans ce dossier : c'est dans cette usine qu'elle fit ses débuts, allant jusqu'à connaitre le prénom des enfants des délégués syndicaux. Funambule sur un fil, Elisabeth tente de limiter les dégâts, de ne trahir aucun des deux camps. Position intenable d'autant que sa hiérarchie lui cache certains aspects de cette restructuration. Trop naïve ? Trop honnête ? Elle fera finalement office de fusible. La voilà bête traquée sous le feu des caméras, malmenée par des tracs syndicaux la traitant d'assassin lorsque le drame survient.

Frédéric Fisbach réussit par sa mise en scène à maintenir un rythme, tout au long de cette pièce qui dure tout de même 2h20. Mais cette durée semble nécessaire pour mettre en place tous les rouages, comprendre le glissement progressif ... New-york, le siège de l'entreprise à Paris, l'usine dans le sud de la France, nous voilà dans les pas d'Elisabeth, à chaque étape de cette négociation. Bureau ou salle de réunion, le décor est toujours un peu le même, symbole de l'uniformisation d'un monde aux mains des puissances économiques. 

Anne Consigny est superbe dans ce rôle de working-girl à fleur de peau. Le texte nous dévoile les pires travers de l'économie libérale tout en faisant d'Elisabeth une utopiste. Elle veut changer le système de l'intérieur, y remettre de l'équité. Position un peu schizophrénique qui, au delà de ce conte économique, nous jette aussi à la face nos petits arrangements quotidiens, à mille lieux de nos idéaux. 

Élisabeth ou l'Équité de Éric Reinhardt, mise en scène Frédéric Fisbach. Avec Valérie Blanchon, Anne Consigny, Madalina Constantin, Alexis Fichet, Frédéric Fisbach, D.J. Mendel, Benoît Résillot, Gérard Watkins. Au Théâtre du Rond-Point, salle Renaud-Barrault, à 21h00 du mardi au samedi, matinées le samedi à 17h30 et le dimanche à 15h, jusqu'au 8 décembre 2013. Réservations au 01 44 95 98 21. Durée 2h20

* Par soucis déontologique, je vous signale que mon employeur, France 3 Ile-de-France, est partenaire du Théâtre du Rond-Point, même si ce blog est indépendant de mon activité professionnelle.

Les commentaires sont fermés.