Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 novembre 2013

Les démineuses de Milka Assaf / Vingtième Théâtre

"Verrouiller le passé"

Il y a quelques semaines, je vous parlais du livre de Sorj Chalandon Le Quatrième mur. Un roman passionnant dans lequel un metteur en scène tente de monter Antigone d'Anouilh en pleine guerre du Liban. Du Liban et de la guerre, il en est aussi question dans Les Démineuses. Une pièce écrite et mise en scène par Milka Assaf,  présentée actuellement au Vingtième Théâtre.

 

les démineuses,milka assaf,sabrina aliane,nawel ben kraiem,marine martin-ehlinger,sophie garmilla,ibtissem guerda,taïdir ouazine,vingtieme theatre,liban,guerre,avis,critique,blog
Photo © Vincent Marit

Depuis les raids aériens israéliens de 2006, le Sud-Liban est recouvert de mines anti-personnel. Il y en aurait deux millions, disséminées dans les champs, les collines. Autant de dangers pour les populations civiles.

Milka Assaf est franco-libanaise. Documentariste, elle a passé deux mois en 2009 avec des démineuses. Son projet de documentaire n'a pu aboutir alors elle a choisi de raconter le quotidien de ces femmes sur les planches. 

Sur scène, alignées, elles scrute méticuleusement le sol, leur détecteur à bout de bras.  Travail de fourmis et de robots à la fois : lorsqu'une mine est repérée, il faut s'agenouiller avec précaution, retirer la terre, marquer la zone ... avec pour toutes protections un casque avec visière et un plastron sur lequel figure leur nom et leur groupe sanguin. Détail significatif du danger qu'elles encourent. 

 

les démineuses,milka assaf,sabrina aliane,nawel ben kraiem,marine martin-ehlinger,sophie garmilla,ibtissem guerda,taïdir ouazine,vingtieme theatre,liban,guerre,avis,critique,blog
Photo © Vincent Marit

Un danger quotidien que ce métier mais aussi une liberté : bien payée, les voilà autonomes financièrement dans un pays où les femmes dépendent encore beaucoup des hommes. Toutes sont musulmanes - certaines voilées, d'autres non - mais n'appartiennent pas à la même communauté. Si c'est la solidarité qui prime entre elles, leurs visions de Dieu et de la religion divergent. Face à Salma, la rigoriste, Shéhérazade, la chef d'équipe fait figure de rebelle. Scientifique, elle peut citer par coeur les versets du Coran mais rejette les dogmes ... La mort de l'une d'entre elle va encore plus ébranler leurs certitudes respectives.

On regrettera quelques imperfections : à trop vouloir nous expliquer la situation de ce pays, les dialogues virent parfois au cours d'histoire-géographie et manquent alors de naturel. Quelques longueurs aussi. Pour autant, l'histoire est prenante ; les réflexions sur la religion, la vie et la mort le sont tout autant et les six héroïnes très attachantes. Milka Assaf parvient ainsi à faire appel à nos émotions.  

Les démineuses, texte et mise en scène de Milka Assaf. Avec Sabrina Aliane, Nawel Ben Kraiem, Marine Martin-Ehlinger, Sophie Garmilla, Ibtissem Guerda, Taïdir Ouazine. Au Vingtième Théâtre, du mercredi au samedi à 21h30, le dimanche à 17h30. Réservations au 01 48 65 97 90.

Les commentaires sont fermés.