Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 juin 2013

Un "Roméo & Juliet" rock et 100% mâle au Vingtième Théâtre

"Peu m'importent les conventions"

romeo et juliet.jpg
Christophe Bonzom et Sinan Bertrand / Crédit photo Marie Julliard

Roméo et Juliette c'est l'histoire d'amour universelle, adaptable à toutes les époques, à tous les amours impossibles. Au Vingtième Théâtre, la Compagnie Magnus Casalibus nous le démontre : Roméo & Juliet revisite la pièce de Shakespeare - façon glam-rock et amour gay - avec une distribution 100% masculine.

La metteuse en scène Vincianne Regattieri a choisi de situer l'action dans les coulisses d'un théâtre, entre caisses à roulettes et portants pour les vêtements. Des accessoires qui deviennent un terrain de jeu pour les six comédiens de la distribution. Lucas Anglarès (Roméo), évolue comme un chat au quatre coins de la scène malgré une blessure qui, ce soir-là, le contraignit à se déplacer avec des béquilles. Sinan Bertrand est éblouissant dans le rôle de Juliet. Pas de perruque ni de travestissement : le comédien parvient à exprimer une certaine féminité sans tomber dans la caricature. Alexandre Bonstein, Christophe Bonzom, Lauri Lupi et Léo Messe assurent, eux aussi avec brio, tous les autres rôles de la distribution. 

Comme le film Romeo + Juliet de Baz Luhrmann (avec Leonardo Di Caprio et Claire Danes), la pièce est ponctuée de chansons pop rock qui agissent comme des exhausteurs d'émotions comme "Where the wild roses grove" de Nick Cave, interprêtée par Lucas Anglarès et Sinan Bertrand. Un moment magnifique. A la fin de la scène, on a la gorge nouée  lorsqu'ils s'enlacent. C'est simplement beau et émouvant. David Bowie et Rage against the machine figurent aussi dans la playlist. 

Bon, j'arrête là, les mots manquent un peu pour décrire ce que j'ai ressenti ce soir-là : vous aurez cependant compris, j'espère, que j'ai été saisie aux tripes (en langage plus spontanné, j'ai kiffé grave !) et vous conseille vivement de courir au Vingtième Théâtre pour voir cela. 

Pour vous donner un léger avant-goût, voici une vidéo réalisée lors du Festival d'Angers où la pièce a reçu le prix du jury. Même mise en scène mais distribution différente :

Roméo & Juliet, d'après William Shakespeare par la compagnie Magnus Casalibus, mise en scène Vincianne Regattieri, adaptation Alain Sizey et Vincianne Regattieri. Avec Lucas Anglarès, Sinan Bertrand, Alexandre Bonstein, Christophe Bonzom, Lauri Lupi, Léo Messe. Au Vingtième Théâtre, du mardi au samedi à 21h30, le dimanche à 17h30, jusqu'au 28 juillet 2013 (relâche exceptionnelle le 24 juillet 2013).
Réseravtion au 01 48 65 97 90. Durée 1h45.

21 juin 2013

Juin, c'est le mois où l'on découvre les talents théâtraux de demain ...

Les représentations de fin d'année de écoles de théâtre sont le bon plan pour voir des pièces - le plus souvent de qualité - sans débourser un centime. L'occasion aussi de découvrir des comédiens en herbe qui parfois n'ont rien à envier à leurs ainés. 

théâtre,représentations,gratuit,festival écoles de théâtre,cnsad,journées de juinA la Cartoucherie de Vincennes, le Festival des écoles du Théâtre Public se tient jusqu'au 30 juin 2013. Quatre pièces sont à l'affiche, proposées par quatre écoles de renom : l'Ecole Départementale de Théâtre de l'Essonne, l'Ecole supérieure d'art dramatique de Paris, l'Ecole supérieure de Théâtre de Bordeaux Aquitaine et l'ENSATT, Ecole nationale supérieure des Arts et technique du théâtre, anciennement connue sous le nom de l'Ecole de la rue Blanche et aujourd'hui installée à Lyon. Coté mise en scène : des pro comme Galin Stoev. Le metteur en scène bulgare a collaboré plusieurs fois avec la Comédie-Française (L'Illusion comique ou encore Le jeu de l'amour et du hasard). Pour ce festival, il a dirigé les élèves de l'ESAD.

Le programme en détail : 

Le Garçon girafe de Christophe Pellet, mise en scène Étienne Pommeret (avec les élèves de la promotion 7 de l’EDT 91,  École Départementale de Théâtre – Essonne) du 20 au 23 juin 2013 au Théâtre de l’Épée de Bois (jeudi, vendredi, samedi à 19h, dimanche à 16h).

Illusions de Ivan Viripaev, mise en scène de Galin Stoev avec les élèves de la promotion 2013 de l’ESAD, École Supérieure d’Art Dramatique de Paris du 20 au 23 juin 2013 au Théâtre de l’Aquarium (jeudi, vendredi, samedi à 21h, dimanche à 18h)

Machine Feydeau  d’après quatre pièces de Georges Feydeau (Notre futur, Tailleur pour dames, L’homme de paille et Dormez, je le veux) - mise en scène Yann-Joël Collin avec les élèves de la 2e promotion de l’ESTBA, École Supérieure de Théâtre de Bordeaux en Aquitaine,  du 27 au 30 juin à l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson (jeudi, vendredi, samedi à 19h30, dimanche à 16h)

Indécences, spectacle composé de Une Femme sans importance d’Oscar Wilde et Outrage aux mœurs de Moïsès Kaufman - mise en scène Franck Vercruyssen  avec la 72e promotion de l’ENSATT, École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du théâtre – Lyon, du 27 au 30 juin au Théâtre de l'Aquarium. 

Réservation au 01 43 74 99 61  / Plus d'info sur le site consacré au festival.

De son côté, le très prestigieux Conservatoire supérieur national d'art dramatique (CNSAD) présente comme chaque année ses "Journées de juin". Les représentations ont déjà débuté mais se poursuivent. Restent à voir les classes de Nada Strancar et de Gérard Desarthe les 28 et 29 juin  2013 (plusieurs représentations par jour). C'est également gratuit mais il faut réserver vite (Réservations par téléphone au 01 53 24 90 16 du lundi au vendredi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 16h00).

12 juin 2013

"Le Médecin Malgré lui" de Molière s'américanise au Lucernaire

"Quelque petit grain de folie
mêlé à leur science"

Le medecin malgr+® lui 12.jpg

Imaginer les personnages de Molière dans un autre lieu et une autre époque : c'est l'idée de ce Médecin malgré lui - Los Angeles 1990. La pièce se joue jusqu'à la fin de l'été au Théâtre du Lucernaire à Paris. 

Pourquoi transposer la pièce de Molière - respectée à la virgule près, précisons-le - aux Etats-Unis ? Parce que "l'outrance des personnages du Médecin malgré lui trouve une résonnance immédiate dans les archétypes sociaux de la population américaine typique" expliquent les deux metteurs en scène Aurélien Rondeau et Quentin Paulhiac mais aussi "parce que cette société, avec ses clichés, ses poncifs, fait dorénavant partie de notre imaginaire collectif"

Nous voici donc dans la cité des anges il y a un peu plus de 20 ans. Sganarelle est un clochard qui vit au milieu des détritus, sa femme Martine a le look racoleur des prostituées tapinant le long des avenues. Lorsque débarquent les deux hommes de mains de Géronte, à la recherche d'un médecin pour soigner la fille de leur boss, Martine se fait un malin plaisir de lancer son mari - qui la cogne un peu trop - dans cette entourloupe.  Voilà donc notre clochard dans la banlieue chic de Bel-Air. Déco bling-bling, domestiques latinos et maitre de maison coiffé d'un stenson façon JR : rien ne manque, pas même le string rose qui dépasse du survêt' de Lucinde.  

Le medecin malgr+® lui 1.jpg

Ca pourrait faire peur dit comme ça mais c'est au final très drôle, d'autant que la mise en scène est ponctuée de références so 90's : la musique de Top Gun ou encore celle de la série Urgences lorsque Sganarelletransformé en médecin bien malgré lui, apparait en tenue de chirurgien.

La pièce est menée tambour battant et reste, malgré cette transposition, une farce. Et il y a de bonnes trouvailles pour renforcer le ressort comique de l'intrigue. Augustin de Monts campe un Sganarelle borderline, toxico en manque qui dévore frénétiquement le contenu de la boite à pharmacie et fait des démonstration mathématiques farfelues sur tableau véléda. On rit beaucoup, grâce à la force du texte de Molière, bien sûr, mais aussi grâce à cette mise en scène réjouissante. 

Le Médecin malgré lui - Los Angeles 1990, texte intégral de Molière, mise en scène Quentin Paulhiac et Aurélien Rondeau. Avec (en alternance) Augustin de Monts, Sophie Staub, Amandine Gaymard, Caroline Anglade, Lydia Besson, Sébastien Faglain, Jerome Rodriguez, Benjamin Bourgois, Michael Cohen, Pierre Khorsand et Aurélien Rondeau.
Au Théâtre du Lucernaire, du mardi au samedi à 18h30, jusqu'au 24 août 2013.
Réservations : 01 45 44 57 34. 
Durée : 1h10