Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mai 2013

Lever de rideau sur la saison 2013 - 2014 (épisode 2) : le théâtre du Rond-Point et les Bouffes du Nord

On continue notre synthèse de ce qu'il faudra voir la saison prochain. Focus sur ce que nous réservent le Théâtre du Rond-Point et les Bouffes du Nord en 2013-2014.

La présentation du Théâtre du Rond-Point était cette année accessible en vidéo, en direct, sur le site du théâtre. Si vous avez raté cela, vous pouvez le visionner à nouveau (plus de 2h30 tout de même !).

En résumé, on retiendra une création "Théâtre musical pop": Anna, d'après le film de Pierre Koralnik, avec notamment Cécile de France et Emmanuel Daumas à la mise en scène (du 5 septembre au 6 octobre 2013). 

Alfredo Arias, avec El Tigre (du 17 décembre  2013 au 12 janvier 2014) et Pippo Delbono avec Orchidées (du 29 janvier au 16 février 2014) seront également à l'affiche. 

A voir aussi Clôture de l'amour de Pascal Rambert. La pièce, interprêtée par Audrey Bonnet et Stanislas Nordey, sera au Rond-Point du 22 février au 2 mars 2014, après une tournée couronnée de succès.

Enfin, dernière pièce dans ce tour d'horizon non exhaustif: A portée de crachat de Taher Najib, mise en scène de Laurent Fréchuret, une pièce vue au festival Off d'Avignon en 2012

Aux Bouffes du Nord, la saison s'ouvrira avec La Grande et fabuleuse histoire du commerce de Joël Pommerat (du 9 octobre au 16 novembre 2013). Pommerat qui sera en même temps à l'affiche à l'Odéon

Mon traitre - adaptation des deux romans de Sorj Chalandon Mon traitre et Retour à Killybegs, dans une mise en scène par Ammanuel Meirieu - sera à l'affiche du 4 au 21 décembre 2013. Une histoire d'amitié entre un jeune français et un leader de l'IRA, personnage charismatique qui en réalité renseignait les anglais sur le mouvement indépendantiste. Les romans étaient magnifiques, on espère que cette adaptation sera une réussite.

Au printemps, Denis Podalydès mettra en scène Les méfaits du tabac de Tchekhov avec, comme à l'accoutumée, Eric Ruf à la scénographie et Christian Lacroix pour les costumes (du 18 au 22 mars et du 1er au 12 avril 2014).

En toute fin de saison, du 24 juin au 19 juillet 2014, Judith Chemla et Julie-Marie Parmentier interprêteront L'annonce faite à Marie de Claudel sous la direction de Yves Beaunesne (On ne badine pas avec l'amour à la Comédie-française il y a deux saisons)

Cette sélection est, bien entendue, totalement subjective ! Pour connaitre toutes les pièces prévues la saison prochaine, consultez le programme des Bouffes du Nord en .pdf

22 mai 2013

Mises en capsules au Ciné XIII Théâtre : à la découverte des succès de demain ?

mises en capsules.jpg

Depuis lundi 20 mai, et pour trois semaines, les formes théâtrales très courtes sont à l'honneur au Ciné XIII Théâtre pour la 7e édition du Festival Mises en Capsules

Des formes courtes théâtrales ? Le principe du festival, c'est de présenter de très courtes pièces - une demi-heure chacune - écrites par de jeunes auteurs. Chaque soir, cinq pièces s'enchainent ainsi. A la fin du festival, l'une d'entre elles se verra offrir les moyens d'aller un peu plus loin, de se développer sous un format plus long. 

L'expérience a plutôt bien marché lors des éditions précédentes : Le Porteur d'histoire dont je vous ai déjà parlé et qui cartonne en ce moment au Studio des Champs-Elysées a été créé lors de ce festival.

Je ne vais pas vous faire de fausses promesses : toutes les pièces présentées ne sont pas de ce niveau là. Faire court, c'est compliqué : il faut réussir à présenter les personnages, créer une atmosphère, nouer et dénouer l'intrigue ...  en une demi-heure seulement, ça ne laisse pas la place aux approximations ! On sent bien que ces oeuvres auraient besoin de plus de temps pour réellement embarquer le spectateur. Pourtant au milieu de toutes ces pièces - 15 au total sont présentées en alternance pendant le festival - quelques unes suscitent un peu plus l'enthousiasme. Parmi les quatre pièces que j'ai pu voir, deux ont véritablement retenu mon attention.

Un jour quelqu'un que j'aime m'a dit tu me frappes avec tes yeux, pièce écrite par Anaïs Allais et Guillaume Gouix autour du personnage de Lester Bangs (un critique musical américain des années 70), nous interroge sur ce que c'est qu'être rock ou punk aujourd'hui. La forme de cette création peut un peu surprendre mais le texte est bien écrit et impeccablement interprêté par Guillaume Gouix, Fanny Touron et Benjamin Le Souef.  

Plus classique par la forme Un Boulevard dans la tête pourrait aisément, sous un format lon, tenir l'affiche. Ses trois auteurs et metteurs en scène, Martin Darondeau, Julien Labigne et Jordi Le Bolloc'h, nous entrainent dans l'imaginaire d'un auteur de théâtre qui n'ose pas se lancer. Et lorsque l'on a une pièce de boulevard en tête, qu'on réécrit sans cesse le début de l'intrigue, imaginez ce que cela peut donner si les personnages se matérialisent sous nos yeux. On rit beaucoup au cours de cette demi-heure qui a un goût de trop peu.

Quinze pièces en alternance, ça laisse pas mal de possibilités de découvrir une pépite ! Côté tarif, la formule pass à 36 euros (22 euros en tarif réduit) permet de tout voir sans casser sa tirelire. Voilà de quoi satisfaire les boulimiques de théâtre!

Festival Mises en Capsules au Ciné XIII Théâtre (Paris 18e), jusqu'au 8 juin 2013 du lundi au samedi, de 19h à 22h30. Réservations au 01 42 54 15 12. 

19 mai 2013

Michel Fau remet Montherlant sur le devant de la scène avec "Demain il fera jour" au Théâtre de l'Oeuvre

Les pièces d'Henry de Montherlant sont rarement jouées aujourd'hui. La cause ? Probablement le positionnement politique de Montherlant, un peu trop à droite dans le paysage théâtral. Un dédain qu'on ne peut que regretter en voyant ce Demain il fera jour, mis en scène par Michel Fau. La pièce, suite de Fils de personne (1943), est actuellement à l'affiche au Théâtre de L'Oeuvre. 


La pièce fut créée quelques années après la Seconde Guerre Mondiale, en 1949. A l'époque, elle ne sut touver un écho favorable. Personne ne voulait entendre une telle histoire, les plaies étaient encore trop vives, les tensions toujours palpables entre ceux qui avaient résisté et ceux qui n'avaient rien fait.


Juin 1944. Georges Carrion (Michel Fau) est avocat. Pas vraiment collabo mais pas résistant non plus. Lorsque son fils de 17 ans (Loïc Mobihan) lui demande son feu vert pour entrer dans le Résistance, sa première réaction est un refus ferme. Pourquoi risquer sa vie, pourquoi se battre ? Les idéaux, visiblement ne font pas partie de son raisonnement. Carrion a défendu un Allemand durant l'Occupation et il comprend peu à peu qu'on pourrait bien lui reprocher cela, une fois la France libérée ... alors il fait volte-face : un fils résistant, ça lavera les "erreurs" du père.


Michel Fau a su créer une atmosphère oppressante grâce à un décor surrané et un éclairage façon sépia comme vous pouvez le voir ci-dessous dans le reportage que j'ai eu le plaisir de tourner pour France 3 Ile-de-France (notez au passage que la caméra encaisse assez mal l'éclairage orangé de la pièce)



Léa Drucker était l'invitée de Jean-Noël Mirande sur France 3 Ile-de-France samedi 18 mai 2013 pour présenter cette pièce. 



La pièce, très sombre, est fascinante : les rapports filiaux au sein de cette famille nous interpellent encore aujourd'hui, au delà du contexte historique. L'interprétation est irréprochable et le tout jeune Loïc Mobihan est à la hauteur de ses ainés. A 19 ans, il vient de réussir le concours d'entrée au Conservatoire national supérieur d'art dramatique. Talent à suivre, donc, et pièce à voir !


Demain il fera jour de Henry de Montherlant, mise en scène Michel Fau. Avec Léa Drucker, Michel Fau, Loïc Mobihan et Roman Girelli. Au Théâtre de l'Oeuvre, à 21h du mardi au samedi, matinées le samedi à 18h et le dimanche à 16h. Réservations : 01 44 53 88 88