Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mars 2013

Coup de coeur pour Médée de Corneille revue façon heroic fantasy par le metteur en scène Paulo Correia à la Tempête

"Souvent je ne sais quoi qu'on ne peut exprimer 
Nous surprend, nous emporte, et nous force d'aimer
Et souvent, sans raison, les objets de nos flammes 
Frappent nos yeux ensemble et saisissent nos âmes."

 

Médée (1).jpg
Photo © Fraicher-Matthey

 

L'amoureuse de Corneille que je suis (cf le nom de ce blog) n'a pas été déçue : la mise en scène de Médée par Paulo Correia, actuellement au Théâtre de la Tempête, est tout simplement sublime.

Le metteur en scène a transposé cette tragédie dans un univers heroic fantaisy. Le texte est là, inchangé, respecté à la virgule mais porté par un dispositif technique très élaboré. La vidéo - souvent utilisée à tort et à travers au théâtre ces derniers temps - trouve ici une vraie raison d'être.

Les gravures de Gustave Doré prennent ainsi vie pour nous expliquer, en prélude, l'histoire de Médée et de Jason. La conquête de la toison d'or et la fuite des deux amants sont racontées en détails. Petit rappel des "épisodes précédents" pour mieux comprendre le point de départ de l'oeuvre de Corneille : le couple s'est réfugié à Corinthe après avoir semé la mort sur son passage mais Jason s'éprend de Créuse, la fille du roi Créon, et délaisse Médée. Les cinq actes de la pièce sont le récit de la vengeance de celle-ci. Une vengeance qui la conduira au crime suprême : l'infanticide.

Médée.jpg
Photo © Fraicher-Matthey

Voici donc Médée (Gaële Boghossian) qui apparait dans sa magnifique robe noire au milieu d'un vol de corbeaux. Ne l'oublions pas : cette héroïne n'est pas complètement humaine. Petite-fille du Soleil, c'est une magicienne et ce sont ses pouvoirs qui ont assuré ses victoire à Jason. Pour le lui rappeler, elle fait ressurgir d'un mouvement de poignet dragons et armées de squelettes . Les alexandrins deviennent images et le récit gagne en clarté.  

Et les autres personnages ? Avouons-le : Médée est si envoutante et captivante qu'on n'a d'yeux que pour elle ! Jason (Fabrice Pierre), Créon (Laurent Chouteau) et Créuse (Amandine Pudlo) font figures de seconds rôles face à cette héroïne dont on oublie même la monstruosité. 

Le merveilleux est omniprésent. Nérine, la suivante de Médée, n'est ici qu'une nuée, une volute de fumée à la voix un peu métallique, conscience sans corps à l'image du miroir dans Blanche-Neige. Le son est aussi soigneusement travaillé : souffle du vent, babillements d'enfants au loin ... Seul tout petit bémol : la scénographie oblige les comédiens a être équipés de micro, ce qui n'est jamais très agréable au théâtre (mais là, vraiment, je pinaille).

Ce spectacle m'a laissée dans un rare état d'euphorie, me rappelant que c'est pour vivre de telles sensations que l'on se presse si souvent au théâtre. Et s'il fallait trouver un argument supplémentaire pour convaincre les ado, dites-leur que c'est encore mieux que Game of thrones 

Médée de Pierre Corneille, mise en scène Paulo Correia, collaboration artistique Gaële Boghossian. Avec Gaële Boghossian, Laurent Chouteau, Stéphane Kordylas, Stéphane Naigeon, Fabrice Pierre, Amandine Pudlo. Au Théâtre de la Tempête (Cartoucherie de Vincennes), du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h, jusqu'au 21 avril 2013. Réservations : 01 43 28 36 36

Commentaires

Bonjour,
Je suis absolument d'accord avec vous, cette pièce est tellement bien fait , que s'en est renversant !! Moi aussi, j'ai vraiment adoré!! Je découvre seulement le talent de comédienne de Gaêlle Boghossian, c'est fantastique! :)

Vraiment a recommander cette pièce !

Écrit par : Toutinesse | 28 avril 2013

Les commentaires sont fermés.