Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mars 2013

L'effroyable "Grand Guignol" ressuscité sur la scène du Théâtre 13

"Cette atmosphère..."

Visuel 3 © Maline Cresson.jpg
Photo © Maline Cresson

Le Grand Guignol n'a rien à voir avec des marionnettes. Sous ce nom, c'est un lieux du passé qui ressurgit. Un théâtre situé rue Chaptal à Paris qui, de la fin du XIXe au milieu des années 60, proposait des pièces d'un genre très particulier. Sur la scène du Théâtre 13, Frédéric Jessua et Isabelle Siou nous font revivre cette époque en proposant trois courtes pièces jouées au Grand Guignol dans les années 20.

Elle a été "flagellée, martyrisée, coupée en tranches, recollée à la vapeur, passée au laminoir, écrasée, ébouillantée, saignée, vitriolée, empalée, désossée, pendue, enterrée vivante, bouillie au pot-au-feu, éventrée, écartelée, fusillée, hachée, lapidée, déchiquetée, asphyxiée, empoisonnée, brûlée vive, dévorée par un lion, crucifiée, scalpée, étranglée, égorgée, noyée, pulvérisée, poignardée, revolvérisée et violée" : devant le rideau, avec son élégant porte-cigarette et les cheveux enturbannés, c'est Paula Maxa qui nous parle. Elle est La femme la plus assassinée au monde, la comédienne star du Grand Guignol. Tout est dit dans ce prologue. Le Grand Guignol, c'est du théâtre qu'on qualifierait aujourd'hui de gore. Les vices de la société sont le coeur des intrigues. C'est fait pour choquer le bourgeois, pour faire peur, pour donner aux spectateurs l'impression de s'encanailler. 

Grand Guignol, Théâtre 13, elise chièze,julien buchy,jonathan hume,jonathan frajenberg,joseph fourez,aurélien osinski,frédéric jessua,clémentine marmey,stéphanie papanian,isabelle siou,dominique massat,justine bachelet,claire guionie
Photo © Sophie Pincemaille

Les titres des pièces présentées au Théâtre 13 parlent d'eux-mêmes : L'amant de la morte, Le Baiser de sang ou encore Les Détraquées. Des pièces où il est question de fantômes, de meurtres, où les protagonistes se piquent à la morphine et où le sang coule ...

L'atmosphère est soigneusment reconstituée par les décors et les costumes mais presque cent ans plus tard, ces histoires ne suscitent pas forcément les mêmes réactions. Ces moeurs là ne sont plus si choquantes aujourd'hui, à l'heure où les films et les séries télévisées nous montrent des meurtres à toute heure et de façon beaucoup plus réaliste... 

Pourtant ce décalage ne nuit pas au spectacle, bien au contraire : il lui confère une autre valeur, un côté surrané, un peu kitsch. A l'époque, il parait que certains spectateurs s'évanouissaient lors des représentations.  Loin de nous faire hurler de terreur, Grand Guignol nous fait aujourd'hui hurler de rire. On adore ! Et comme lorsque l'on redescend du train fantôme, on a bien envie de refaire un tour.

Grand Guignol : trois courtes pièces mises en scènes par Frédéric Jessua et Isabelle Siou.  
L’amant de la Morte de Maurice Renard (1925) mise en scène Frédéric Jessua. 
Le Baiser de Sang de Jean Aragny et Francis Neilson (1929) mise en scène Isabelle Siou. 
Les Détraquées d’Olaf et Palau (1921) mise en scène Frédéric Jessua. 
Avec Elise Chièze, Julien Buchy, Jonathan Hume, Jonathan Frajenberg, Joseph Fourez, Aurélien Osinski, Frédéric Jessua, Clémentine Marmey, Stéphanie Papanian, Isabelle Siou,  Dominique Massat, Justine Bachelet et Claire Guionie. Au Théâtre 13 jusqu'au 28 avril 2013, mardi, jeudi et samedi à 19h30, mercredi et vendredi à 20h30, dimanche à 15h30. Durée 2h sans entracte.

Les commentaires sont fermés.