Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 mars 2013

Une vision hypnotique de Médée au Théâtre de l'Epée de Bois

 Médée_228.jpg

Sur la scène du Théâtre de l'Epée de bois, Diana Dobreva nous livre sa vision du mythe de Médée. Sous titré L'insomnie de l'amour monstre, le spectacle s'appuie sur des textes d'Ovide, Euripide, Müller ou encore Borges. 

Au coeur de la pièce : la passion. Ce mythe antique nous est raconté de façon lapidaire, à travers quelques flash. On ne rentre pas dans les détails du récit. Les argonautes, la quête de la toison d'or, la séduction de Jason, la mort du frère de Médée,  ... tout cela n'est qu'un arrière-fond. Les dialogues se concentrent sur l'histoire de ce couple. Mots d'amours de Médée et Jason enlacés, paroles de désespoir de l'amoureuse délaissé, cris de douleur de la femme blessée... 

Médée_001.jpg

Médée est une femme bafouée, malmenée : voilà de quoi justifier l'infanticide, en somme. 

Plus que le jeu des comédiens ou la construction de l'intrigue, c'est l'aspect pictural de cette pièce que l'on retiendra surtout. Il y a une grande recherche esthétique et visuelle dans le travail de Diana Dobreva. Les déplacements sur le plateau sont lents, très chorégraphiés. Les costumes et la scénographie géométrique frappent les esprits. 

Une construction qui séduit plus par l'image que par les mots, laissant les spectateurs comme hypnotisés.  

Médée, l'insomnie de l'amour monstre, d'après Ovide, Euripide, Heiner Müller, Jorge-Luis Borges et Diana Dobreva, mise en scène de Diana Dobreva. Avec Diana Dobreva, Olivier Raynal, Jean-Charles Mouveaux, Aneli Pino. Au Théâtre de l'épée de bois (cartoucherie de Vincennes), du 19 mars au 7 avril 2013, du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 16h. Réservations au 01 48 08 39 74. Durée : 1h10

Les commentaires sont fermés.