Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 janvier 2013

Un fil à la patte de Feydeau / Lise Quet / Théâtre de Belleville

 "Il est plouss pétite que l'autre...
mais il est plouss portatif ! ..."
Un fil à la patte.jpg

Une fois de plus, le Théâtre de Belleville réussit le pari de la jeunesse. Après Hernani de Victor Hugo mis en scène par Margaux Eskenazy, voici Un fil à la patte de Feydeau, mis en scène par Lise Quet et interprêté par la jeune troupe HoCemo (composée d'anciens élèves de l'Ecole Claude Mathieu).

C'est en ayant fortement en tête la version Jérôme Deschamps-Comédie-Française que je me suis installée dans mon fauteuil. On a beau tenter d'avoir un regard neuf et neutre dans ces cas-là, il faut se faire violence pour ne pas faire des comparaisons scène à scène ... Du moins pendant les premières minutes. Car très rapidement, l'énergie de ces jeunes comédiens a effacé tout le reste. 

Il y a de l'inventivité et de l'enthousiasme dans cette mise en scène. Peu de moyens pour les décors - on le sent bien - et même pas de rideau. Comment faire alors pour passer d'un acte à l'autre, de l'appartement de Lucette à celui de la baronne puis à la cage d'escalier de Bois d'Enghien ? L'astuce trouvée est ingénieuse : une petite chanson et tout le monde s'active à déménager en rythme. Et comme Cindy Rodrigues (Lucette) a une assez jolie voix, le subterfuge n'en est que plus agréable.

Rappelons en deux mots l'histoire : Bois d'Enghien va bientôt se marier mais n'arrive pas à se défaire de sa maitresse, Lucette, chanteuse de café-concert. La chose se complique encore plus lorsque surgit un général sud-américain fou amoureux de la chanteuse et que cette dernière se retrouve invitée à la signature de contrat des deux futurs mariés.

Voici un court extrait du spectacle :


L'atmosphère est un peu cartoonesque - mais qui s'en plaindrait ? - et les huit comédiens en scène mènent l'intrigue tambour battant. Mention spéciale pour Damien Prévot qui interprête le général Irrigua et Nicolas Fantoli dans le rôle de Bois d'Enghien. Comique de situation, quiproquos ... tous les ressorts qui font le succès des pièces de Feydeau sont bien au rendez-vous cette mise en scène. Lise Quiet parvient en plus à mettre de la légèreté dans tout cela. On en redemande ! 

Un fil à la patte de Georges Feydeau, mise en scène Lise Quet. Avec Nicolas Fantoli , Cindy Rodrigues, Julien Large, Lionel Rondeau, Damien Prévot, Rémi Dessenoix (en alternance avec Florent Bresson), Amandine Calsat, Claire Pouderoux.
Au Théâtre de Belleville, jusqu'au 28 février, du  mardi au samedi à 21H15 et dimanche à 17H15 (Relâches les 6, 7 février). Réservation 01 48 06 72 34. Durée du spectacle 2H

Commentaires

dans la barre de recherche j'ai demander que l'on me donne des comique de langage et voila se que l'on me donne

Écrit par : s.a. | 05 juin 2013

Les commentaires sont fermés.