Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 janvier 2013

Magnifique "Troïlus et Cressida" de Shakespeare dans la Salle Richelieu restaurée

"Conquise je le fus dès le premier regard"

Samedi dernier, le 26 janvier 2013, c'était donc la réouverture de la Salle Richelieu de la Comédie-Française. Une salle rénovée, comme je vous l'expliquais hier. Sur scène, Troïlus et Cressida de Shakespeare, mis en scène par Jean-Yves Ruf.

troïlus et cressida,shakespeare,comédie française,salle richelieu,jean-yves ruf,yves gasc,michel favory,eric ruf,laurent natrella,michel vuillermoz,christian gonon,loic corbery,stephane varupenne,gilles david,georgia scalliet,jérémy lopez,louis arene,sébastien pouderoux,akli menni,critiqueEn pleine guerre de Troie, Troïlus et Cressida s'aiment. Tous deux sont troyens mais le père de Cressida, Calchas, s'est allié aux grecs et veut que sa fille le rejoigne. Cressida devra donc être échangée contre Anténor, capturé par les Grecs sur le champ de bataille. Voici, grossièrement résumée, l'intrigue principale de cette pièce. 

Loin d'être une tragédie amoureuse à la Roméo et Juliette, l'histoire des deux amoureux, interprêtés par Stéphane Varupenne et Georgia Scalliet, est éclipsée par les autres intrigues de ce récit. Entre Grecs et Troyens, le conflit s'enlise. Dans chaque camp des divergences apparaissent : chez les Grecs, Achille (Sébastien Pouderoux dont c'est le premier rôle depuis son entrée dans la troupe) refuse de combattre et Ulysse (Eric Ruf) et Nestor (Michel Favory) intriguent pour lui faire reprendre les armes ; à l'intérieur des murailles qui protègent Troie, Hector (Michel Vuillermoz)  tente de convaincre le roi Priam  son père (Yves Gasc) de rendre Hélène à son époux pour mettre fin à la guerre. Pendant les trèves, les guerriers se rencontrent fort civilement et banquettent même ensemble.

Pour ce retour salle Richelieu, les cintres et dessous de scène - inexistants au Théâtre Ephémère - sont largement utilisés par la scénographie d'Eric Ruf. Voici donc les Troyens derrière leur majestueuse muraille toute de bois sculptée. C'est par une fosse à l'avant scène qu'ils partent au combat. La muraille s'élève ensuite dans les airs pour dévoiler le campement grec. 

Il y a beaucoup d'humour dans les dialogues de cette pièce, beaucoup d'esprit. Le personnage de Thersite notamment, bouffon des grecs, magistralement interprêté par Jérémy Lopez, contribue pour beaucoup à cette légérèté. Tout comme celui d'Ajax (Loïc Corbery), stupide guerrier grec avide de combat, ou encore Pandare l'entremetteur (Gilles David). Au final, Troïlus et Cressida est une oeuvre un peu inclassable ... mais assurément un beau spectacle, comme la Comédie-Française sait si bien en faire, avec vingt comédiens sur scène. 

A voir absolument donc (il reste des places !) et pas seulement pour le plaisir d'admirer la Salle Richelieu restaurée !

Troïlus et Cressida de  William Shakespeare (texte français d’André Markowicz), mise en scène de Jean-Yves Ruf. Avec  Yves Gasc, Michel Favory, Éric Ruf, Laurent Natrella ou Bruno Raffaelli, Michel Vuillermoz, Christian Gonon, Loïc Corbery, Stéphane Varupenne, Gilles David, Georgia Scalliet, Jérémy Lopez, Louis Arene ou Benjamin Lavernhe, Sébastien Pouderoux, Akli Menni et les élèves-comédiens de la Comédie-Française : Laurent Cogez, Carine Goron, Lucas Hérault, Blaise Pettebone, Nelly Pulicani et Maxime Taffanel.
A la Comédie-Française, Salle Richelieu jusqu'au 5 mai 2013. réservations : 0825 10 1680
Durée : 3h avec entracte. 

Commentaires

Votre enthousiasme est étonnant, car j'ai eu d'autres échos selon lesquels certes la scénographie est spectaculaire et les acteurs brillants, mais la pièce serait difficile à comprendre et à suivre et donc... très ennuyeuse !
Malgrè mon amour pour la Comédie Française, et mon impatience de découvrir la nouvelle salle Richelieu, j'hésite donc !

Écrit par : Christophe | 30 janvier 2013

Il y a effectivement beaucoup de personnages mais de là à dire que c'est difficile à suivre, je ne suis pas d'accord. Il faut cependant, à mon avis, se rafraîchir un peu la mémoire sur la guerre de Troie avant d'y aller.

Écrit par : Audrey | 30 janvier 2013

Qui a pu choisir cette pièce bavarde et brouillonne pour inaugurer la salle Richelieu rénovée ? Quand il y a tant de chefs-d'oeuvre et pas seulement les pièces majeures ( j'ai vu " la Comédie des erreurs " aux Bouffes du Nord un vrai régal ). Ceci dit les comédiens français sont prodigieux comme d' habitude et même les nouveaux comme Sébastien Pouderoux ou Jérémy Lopez. Eric Ruff sophiste parfais, Michel Vuillermoz dans une tenue, hélas, grand-guignolesque, Gilles David parfait en lamentable entremetteur et cet étonnant matamore athlétique que compose l'excellent Loïc Corbery etc ... etc ... beaucoup de bruit pour rien ?

Écrit par : OLIVIER | 04 février 2013

Pièce brouillonne et bavarde servie par des acteurs fabuleux. Beaucoup de bruit pour rien !

Écrit par : OLIVIER | 04 février 2013

Les commentaires sont fermés.