Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 janvier 2013

Au Ciné XIII Théâtre, Nicolas Briançon met en scène "Sade" de et avec Pierre-Alain Leleu

 "La première des libertés est la liberté de tout dire."

sade003.jpg
Photo : Fabien Dumas

Je vous en parlais il y a quelques jours : D.A.F Marquis de Sade est à l'affiche du Ciné XIII Théâtre. Une pièce écrite et interprêtée par Pierre-Alain Leleu et mise en scène par Nicolas Briançon

Le Marquis de Sade y est représenté incarcéré à la Bastille, coincé entre une geôlier frustre (Jacques Brunet) et une religieuse qui tente de le remettre dans le droit chemin (Michel Dussarat). Seule évasion possible : ses écrits et ses conversations avec une femme imaginaire (Dany Verissimo) à la fois confidente et voix de la raison. 

J'avoue : avant d'aller voir le spectacle, j'étais un peu sceptique . Lors d'une interview, Nicolas Briançon et Pierre-Alain Leleu avaient eu beau m'expliquer que ce qui les intéressait c'est l'homme derrière les écrits et sa soif de liberté, la réputation sulfureuse de  Sade - dont les écrits émaillent la pièce - me faisais craindre le pire. Et bien j'avais tort : malgré quelques passages un peu difficiles à entendre (on réservera ce spectacle aux adultes) il y a beaucoup de choses intéressantes dans ce texte. 

La liberté, la religion, la notion de remord sont abordés sur scène dans ce dialogue entre Sade et cette femme imaginaire. On y découvre un homme rendu vulnérable par sa détention. Les conditions de vie sont difficiles, encore plus pour une personne de son rang. Désespéré, il cherche des signes partout, se raccroche à la numérologie pour savoir de quoi l'avenir sera fait. C'est toujours en réaction que surviennent ses "dérapages", lorsqu'on l'on n'accède pas à l'une de ses demandes. Un flot d'injures sort alors de sa bouche, il décrit des fantasmes vraiment trash.

Peut-être n'est-ce là que provocation ? C'est la thèse de l'auteur de la pièce en tout cas. Le personnage de femme qu'il a créé nous permet de prendre de la distance avec ce discours réellement choquant. Elle ne cautionne pas, se bouche les oreilles, va jusqu'à dire à Sade que son emprisonnement est justifié. Dans ce rôle, Dany Verissimo se révèle être une bonne surprise. Malgré son parcours atypique et son manque d'expérience au théâtre, elle s'en sort plutôt bien.

Pierre-Alain Leleu et Nicolas Briançon donnent ici à l'écrivain l'humanité qu'on lui accorde rarement. En cela ils ont réussi leur pari. La pièce vaut le détour mais n'est pas conseillées aux oreilles trop prudes. 

D.A.F Marquis de Sade de Pierre-Alain Leleu, mise en scène Nicolas Briançon. Avec Pierre-Alain Leleu, Dany Verissimo, Michel Dussarat et Jacques Brunet. Au  Ciné XII Théâtre (rue Junot, Paris 18e). A 21 h 30 (relâche les lundi et mardi), le dimanche à 17 h 30. Réservations au 01 42 54 15 12.  

A lire aussi : Rencontre avec Nicolas Briançon et Pierre-Alain Leleu

Commentaires

J'ai adoré et grâce à vous. La mise en scène est parfaite et le sujet très subversif et jouissif

Écrit par : Vanessa | 12 juin 2013

Merci Vanessa pour ce commentaire. Je suis heureuse que cela vous ait plu

Écrit par : Audrey | 12 juin 2013

Les commentaires sont fermés.