Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 novembre 2012

"J'avance et j'efface" au Théâtre Silvia Monfort : une fable sur la mémoire au accent japonais

"Comme c'est étrange ..."

Photo 2 J'avance et j'efface - libres de droits Isabelle Vignaud.jpg
Photo : Isabelle Vignaud

J'avance et j'efface : voilà résumée dans le titre la vie de Stirs, le héros de la pièce présentée actuellement au Monfort dans le cadre du parcours "Enfance et jeunesse".

Ce qu'il efface, ou plutôt ce qui s'efface, c'est sa mémoire. A neuf ans, Stirs a eu un accident. S'il est toujours vivant, le temps s'est un peu arrêté pour lui. Sa mémoire est désormais limitée à trois minutes. Impossible dans ces conditions de s'adapter au monde qui change autour de lui.

Alors pour le protéger, ses parents l'ont envoyé au Japon et confié aux bons soins d'une nourrice, Asaki. Le Japon où les traditions sont préservées, où le temps s'écoule différemment. Pour l'aider au quotidien, Stirs peut compter sur les dessins de sa nourrice, qui consigne ainsi sur papier les souvenirs de cet éternel petit garçon, devenu adulte.

Photo J'avance et j'efface - libres de droits Isabelle Vignaud.jpg
Photo : Isabelle Vignaud

Alexis Armengol s'appuie sur cette fable pour évoquer avec pudeur le thème de l'oubli. Le spectacle est destiné aux enfants: il ne s'agit donc pas de provoquer une angoisse mais de montrer à quel points les souvenirs sont précieux. La vie de Stirs (Laurent Seron-Keller) pourrait être un véritable enfer sans la protection bienveillante d'Asaki : comment retrouver son chemin lorsque l'on n'a que trois minutes de mémoire devant soi ? 

Véritable hommage au Japon, ce spectacle est plein de poésie et fait la part belle aux dessins, réalisés en direct par Shih Han Shaw et projetés sur écran, à la vidéo, la danse mais aussi au chant. Camille Trophème passe ainsi de la berceuse à la chanson d'héroïne manga. Avec sa perruque flamboyante, elle se transforme alors en divinité protectrice comme en trouve chez Miyazaki. Dépaysement garanti ! 

J'avance et j'efface d'Alexis Armengol (Compagnie Théâtre à cru). Avec Claudine Baschet, Laurent Seron-Keller, Shih Han Shaw, Camille Trophème, Frank Ternier, Mélanie Loisel. Au Théâtre Silvia Monfort (en collaboration avec le Théâtre de la Ville), jusqu'au 24 novembre 2012, du mardi au samedi à 20h30; représentations supplémentaires les mercredis & vendredis à 14h30 et le samedi 17/11 à 16h. Durée 1h. A partir de 8 ans. Réservations au 01 56 08 33 88.

Commentaires

Whao !! quel magnifique spectacle vu avec ma classe de 6e on a tous pleuré !!

Écrit par : méli | 26 février 2013

Les commentaires sont fermés.