Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 septembre 2012

"Phèdre Les Oiseaux" : un avant-goût de "Marseille 2013, capitale européenne de la culture" à l'Institut du Monde arabe

"Pourquoi parler encore 

de Phèdre et Hippolyte ?"

visuel_phedre_ima-mba_0.jpg

C'est un projet original que nous invite à découvrir l'Institut du Monde arabe. Jusqu'au 29 septembre 2012, le metteur en scène Jean-Baptisite Sastre y présente Phèdre les Oiseaux. Une oeuvre inclassable, basée sur un texte de Frédéric Boyer.

Impossible de trouver un fil à ce récit, constitué de fragments. Une construction assez conceptuelle qui laisse surtout place aux émotions.

Le personnage central c'est Phèdre, ou plutôt une femme perdue et désespérée dont le récit fait, par bribes, référence à l'histoire de Phèdre. Face à un homme, dont on comprendra plus tard qu'il s'agit d'Hippolyte, elle vient exprimer sa douleur, ses peurs, son désarroi au travers de morceaux de souvenirs épars. 

Les mots sortent en flots, tantôt en français, tantôt en arabe. Phèdre, c'est la comédienne franco-palestinienne Hiam Abbas. Hippolyte est quant à lui interprêté par Jean-Baptiste Sastre lui-même. Aux côtés des deux comédiens, des compagnons d'Emmaüs forment un choeur polyglotte. 

Créé en mars 2012 au théâtre de Lorient, le spectacle doit effectuer une tournée aux quatre coins du monde, dans des langues différentes, avec à chaque fois une nouvelle comédienne dans le rôle titre. Plusieurs versions seront ensuite présentées en juin 2013 dans la cité phocéenne dans le cadre de "Marseille 2013, capitale européenne de la culture".  

Phèdre Les Oiseaux de Frédéric Boyer, mise en scène de Jean-Baptiste Sastre. Avec Hiam Abbass, Jean-Baptiste Sastre et Les Compagnons d’Emmaüs (Chœur). Spectacle en français et en arabe. A l'Institut du monde arabe – Mobile Art jusqu'au 29 septembre 2012 à 20h30
Le texte de Frédéric Boyer PHÈDRE LES OISEAUX est publié aux éditions P.O.L., février 2012.

Les commentaires sont fermés.