Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2012

Callas à la Manufacture des Abbesses : quand la diva se livrait en conférence de presse

"Maitriser le Bel Canto ne suffit pas
à faire un bon chanteur"

callas,manufacture des abbesses,jean-yves picq,jean-marc avocat,noémie biancoIl est toujours extrêmement difficile de faire revivre un artiste sur scène. Surtout lorsque cet artiste est un monstre sacré, ultra médiatisé, comme la Callas. Le metteur en scène Jean-Marc Avocat s'y risque pourtant sur la scène de la Manufacture des Abbesses, s'appuyant pour cela sur un texte de Jean-Yves Picq et l'interprétation de Noémie Bianco.

Les spectateurs rechercheront forcément la ressemblance physique, les mimétismes.  On a tous vu Maria Callas au moins une fois, en vidéo ou en photo, entendu sa voix. La voici interviewée en 1970 à propos du film Médée de Pasolini :

Les interviews de la cantatrice sont le point de départ du texte de Jean-Marie Picq. Seule en scène, Noémie Bianco incarne la prima donna en conférence de presse. Une table, des micros, une rose posée au sol : voilà pour la scénographie.

Dans un monologue de près d'un heure trente, Callas se met peu à peu à nu. Comment sa mère l'a poussée vers le chant dès 13 ans, la faisant travailler 10 heures par jour, pourquoi elle refusa d'interprêter Tosca au Met à 22 ans, ses prétendus caprices ... aucun des sujets n'est laissé de côté. Callas fait front, assume, s'explique. 

"Ce n'est pas le public qui me fait peur, c'est tout se qui se passe dans ma tête, dans ma poitrine" finit-elle par avouer. Un degré d'exigence que les autres ne peuvent saisir, son mal-être de femme : seule au bord de la scène comme au bord d'un précipice, le personnage public se fendille ne laissant plus apparaitre que la douleur.

La prestation de Noémie Bianco nous touche. Le texte aussi. On regrette seulement cet accent un peu artificiel et agaçant même si l'on s'y accoutume au fil de la scène. Sans cela, peut être que l'émotion aurait encore été encore plus présente. Juste une femme qui nous livre ses pensées, ses craintes, ses angoisses. Nous faire oublier Callas pour mieux nous faire découvrir Callas en somme. 

Callas de Jean-Yves Picq d'après les interviews de Maria Callas, mise en scène Jean-Marc Avocat. Avec Noémie Bianco. A la Manufacture des Abbesses, jusqu'au 7 octobre 2012, les jeudis, vendredis, samedis à 21h et les dimanches à 17h. Réservations : 01 42 33 42 03

Les commentaires sont fermés.