22 juin 2012

Le Bourgeois gentilhomme aux Bouffes du Nord : la "dream team" Podalydès - Ruf - Lacroix a encore frappé

"Tenez, Monsieur, battez-moi plutôt,
et me laisser rire de tout mon soûl,
cela me fera plus de bien."

le bourgeois gentilhomme,denis podalydès,theatre des bouffes du nord,molière,lully,manon combes,éric ruf,christian lacroix,pascal rénéric

Après Catherine Hiegel à la Porte Saint-Martin cet hiver, c'est au tour de Denis Podalydès de nous présenter sa version du Bourgeois gentilhomme de Molière, aux Bouffes du Nord. Forcément, on est tenté de comparer les deux mises en scène ...

Sans jouer au jeu des différences, on notera simplement qu'alors que Hiegel mettait du pastel et des couleurs chatoyantes partout, Podalydès et ses deux acolytes - Eric Ruf pour la scénographie et Christian Lacroix pour les costumes - sont plus sobres, qu'il s'agisse des costumes ou de la mise en scène de la turquerie finale. De là un plus grand décalage entre la tenue extravagante de M. Jourdain et une certaine normalité incarnée par les autres personnages.  Côté décor, l'intrigue se déroule dans une échoppe de tissus. Une façon de ramener M. Jourdain à sa condition : un fils de marchand de draps, un boutiquier, quelque soit le rang auquel il aspire.


Pascal Rénéric, qui incarne Monsieur Jourdain,  est un comédien de talent, c'est indéniable. Beaucoup de critiques font son éloge et c'est grandement justifié.  Je préfèrerai pour ma part souligner les belles prestations des plus jeunes. Manon Combes (que l'on a déjà appréciée au Théâtre de la Tempète) dans le rôle de Nicole et Julien Campani, dans celui de Dorante - tous deux fraîchement sortis du Conservatoire (promo 2011 pour elle, 2012 pour lui !) - sont remarquables. Il faut voir cette Nicole prise d'un fou rire devant l'accoutrement de Monsieur Jourdain. Cléonte alias Thibault Vinçon brille lui aussi. Quelle jolie scène que celle où Nicole et Lucile (Leslie Menu) tentent de convaincre Cléonte et Covielle (Alexandre Steiger)de la constance de leurs sentiments (Acte III, scène 10). Des fragments de la scène sont repris sur des tons différents, comme une ritournelle, et les quatre comédiens se lancent dans une sorte de quadrille réglé avec finesse. Quelle belle idée !

Ajoutons à cela les ballets conçus par Lully , présentés dans leur intégralité ... Un magnifique spectacle au final mais qui dépasse, avec l'entracte, les trois heures et se termine ainsi bien après les douze coups de minuit. On conseillera donc aux couches-tôt et aux spectateurs accompagnés d'enfants d'opter pour une représentation en matinée.

Le Bourgeois gentilhomme, comédie-ballet de Molière, sur une musique de Lully, mise en scène Denis Podalydès. Avec Isabelle Candelier, Manon Combes, Bénédicte Guilbert, Julien Campani , Manuel le Lièvre, Francis Leplay, Hermann Marchand, Leslie Menu, Nicolas Orlando, Pascal Rénéric, Alexandre Steiger, Thibault Vinçon. Danseuses : Kaori Ito, Artemis Stavridi, Jennifer Macavinta ; chanteurs : Romain Champion, Cécile Granger, Marc Labonnette, Francisco Mañalich et avec 7 solistes de l'Ensemble Baroque de Limoges.
Au Théâtre des Bouffes du Nord, jusqu'au 21 juillet 2012 (relâche le 14 juillet), du mardi au samedi à 21h, les samedis à 15h30. Durée 2h50 avec entracte.  Réservations : 01 46 07 34 50
Attention : la station de métro La Chapelle ligne 2 est fermée de juin à septembre. Accès par un bus de remplacement ou à pied depuis Barbès-Rochechouart et Stalingrad, accès à pied par la station Gare du Nord.

Commentaires

Je m'étonne que vous considériez comme une "belle idée" ces répétitions lourdes, inutiles et agaçantes. Pour ma part, j'ai détesté ! C'est d'ailleurs dommage parce que tout le reste est excellent.
Je remarque que le plus jeune des frères Podalydès, Laurent, se cantonne une nouvelle fois au rôle d'assistant... Je crois que je n'aimerais pas être éclipsée par mes frères comme lui l'est.

Écrit par : Minyu | 22 juin 2012

Répondre à ce commentaire

J'y étais samedi dernier.
merveilleuse soirée.
J''tais pourtant réticent: Le Bourgeois Gentihomme, on connait par coeur, on l'a déjà tellement vu, peut-il encore nous étonner?
Eh bien oui!
Une mise en scène éblouissante, des acteurs talentueux, d'excellents musiciens et chanteurs, quel bonheur, quelle jubilation !
Et quelle bonne idée que ces répétitions de la fin de l'acte III, qui donnent à la scène un caractère de plus en plus grave et passionné ! Tant de créativité et de finesse au service d'une oeuvre immortelle ne peut que nous emballer !
Merci, Audrey, pour cette bonne idée !
Dans un autre registre, j'ai beaucoup aimé l'Alouette avec une Sara Giraudeau qui est en train de devenir une très grande actrice !

Écrit par : Christophe | 04 juillet 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.